Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le marketing boude le futur annuaire universel

19/01/2001

L'annuaire téléphonique universel devrait bientôt devenir une réalité, mais l'exploitation des numéros de mobiles à des fins de marketing direct laisse encore perplexe.

L'annuaire universel, regroupant tous les numéros de téléphones, aussi bien fixes que mobiles, revient sur le devant de la scène. Le gouvernement compte enfin permettre l'application d'une directive communautaire sur le sujet. Le calendrier n'est pas encore fixé, mais le dossier est cette fois sur la bonne voie. En juillet 1996, la loi qui a ouvert le marché des télécommunications à la concurrence prévoyait en effet la mise en place de ce nouveau répertoire téléphonique. Mais, à l'époque, le décret d'application s'était perdu dans les méandres législatifs pour, finalement, ne pas être adopté. L'annuaire universel devient aujourd'hui une nécessité.«Avec 26,2millions de téléphones portables, les consommateurs ont bien besoin d'une liste de tous les numéros», insiste Bertrand Macabeo, président du Syndicat national des annuaires. Si France Télécom doit d'ores et déjà vendre ses bases de données d'abonnés au téléphone fixe à tout éditeur qui en fait la demande, ses concurrents ne sont soumis à aucune obligation.«Nous leur avons fait des offres, mais nous n'avons reçu aucune réponse»,regrette Michel Datchary, président du directoire de Pages jaunes, la filiale de France Télécom en charge des annuaires. Si SFR ne fait aucun commentaire, Bouygues Telecom se dit prêt à se conformer à la loi.«Leur comportement est très irrationnel,poursuit Michel Datchary.Il est de leur intérêt de voir figurer les numéros de leurs abonnés dans un annuaire, car cela facilitera les appels et augmentera le trafic.»

De nombreux freins

A priori, la sortie d'un annuaire universel devrait également bénéficier aux sociétés spécialisées dans le marketing direct. Celles-ci auront en effet une nouvelle possibilité pour toucher leur cible. Mais en pratique, le téléphone mobile présente de sérieux inconvénients. Pour Valérie Papaud, présidente de la commission e-direct du Syndicat national de la communication directe et directrice générale de Médiatel, la filiale de France Télécom chargée de la location des fichiers d'abonnés,«le portable est plus intrusif que le fixe. Le marché n'est pas encore mûr».«Il y a encore un frein psychologique,renchérit Guy Birenbaum, président de Group/adress.On hésite à appeler pour des raisons commerciales, de peur d'empiéter sur la vie privée.»Le coût encore élevé des communications vers les portables constitue également une autre limite.«L'utilisation du mobile devra se faire au cas par cas, estime Denise Bengioar, présidente d'Addibel marketing et du Syndicat du marketing téléphonique, qui reste elle aussi circonspecte.Je ne suis pas sûre que cette méthode sera beaucoup utilisée. Au final, elle devrait d'ailleurs se développer plus facilement en business to business qu'en business to consumer.»

Envoyer par mail un article

Le marketing boude le futur annuaire universel

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.