Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

TRIBUNE

Gérard Desportes : Donner d'une main ce que l'on vend de l'autre est une stratégie mortelle

09/02/2001

Gérard Desportes est rédacteur en chef et responsable éditorial de liberation.fr. «Quand on s'est lancé en 1995-1996 parmi les pionniers, personne ne se préoccupait du modèle économique, ni même de la concurrence avec le papier. La publicité allait solvabiliser l'ensemble, le réseau allait l'emporter sur les autres médias. La gratuité d'Internet était vécue comme une aventure, une liberté, jamais comme un frein. Les choses ont bien changé, surtout de l'autre côté de l'Atlantique. En ce début d'année 2001, la promesse publicitaire envolée, les sites issus de la presse quotidienne s'interrogent. Peut-on continuer de dupliquer les articles sur le Web sans autre forme de singularité? Peut-on donner d'une main ce que l'on vend de l'autre? Le virtuel se fait incertain.

Jouer la complémentarité

Mais la période a peut-être du bon. Penser complémentarité obligera à radicaliser l'approche du quotidien papier comme du Web. Penser vente de contenus conduira à créer des services autour de la communauté des lecteurs indistinctement regroupés par la Toile, le portage à domicile et le kiosque. Le journal y regagnera son rôle de média fondamental, nos journaux se feront à nouveau entendre, le Web s'y construira une vraie identité, avec son rythme et son écriture propres. Les lecteurs auront des infos, des services et la voix au chapitre grâce à toutes les fonctionnalités interactives du Web. Plus de la moitié de nos lecteurs Web sont à l'étranger ou dans des régions où le quotidien n'est pas toujours bien distribué. La question de la vampirisation est donc moins évidente qu'il n'y paraît. Elle n'en demeure pas moins centrale. ÀLibé,on fait même très fort, puisque l'on donne la veille, sur le coup de 23h30, ce que l'on vend au petit matin et l'on en donne "plus". Des dossiers, du son, des images, etc. À terme, cette stratégie est mortelle. Elle revient à conditionner l'existence du papier à un mode de vie.Libéaussi indispensable que le petit crème? C'est un peu juste, comme projet éditorial. Le problème vient du fait que le papier paie le tout. Et pour un moment encore. L'autre difficulté, c'est que l'habitude de gratuité de l'information sur le Web paraît définitivement ancrée. Il va donc falloir inventer une offre qui ait un prix et non plus simplement un coût. Le Web n'est pas un ennemi. À force de dupliquer, on finit par soustraire les audiences. En réalité, le jour où les deux médias, papier et Web, se distingueront, on ajoutera. La complémentarité et la vente de contenus en phase avec l'identité de l'éditeur sont les deux faces d'une même pièce: les débuts d'un nouveau média.» G.D.

Envoyer par mail un article

Gérard Desportes : Donner d'une main ce que l'on vend de l'autre est une stratégie mortelle

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.