Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Coupe du monde

Doublet fabrique de l'or avec ses places

17/04/1998

De quels moyens dispose-t-on pour émerger quand on ne s'appelle ni Adidas ni Coca-Cola? En devenant le «décorateur officiel» du Mondial, Doublet, une petite entreprise du Nord, s'est dotée d'une arme commerciale redoutable.

Le 12juillet prochain, Philippe Pelluault va réaliser son rêve de gamin: assister, con-fortablement installé dans les gradins du Stade de France, à une finale de la Coupe du monde de football. Ce jour-là, il poussera aussi un énorme soupir de soulagement. Pendant toute la durée de l'événement, cet expert-comptable, nommé un peu par hasard Monsieur Coupe du monde par son employeur, le fabricant de drapeaux et barrières de sécurité Doublet, n'aura pas relâché la pression. Pendant quatre semaines et demie, Philippe Pelluault surveillera d'un oeil les dix mille bannières et les quinze kilomètres de banderoles installées par ses soins aux abords des stades, et de l'autre les VIP gentiment conviés aux rencontres. Grâce à son partenariat avec le Comité français d'organisation, Doublet va pouvoir inviter quelque mille huit cents personnes au Mondial! Les premiers contacts avec le CFO remontent au mois de novembre 1996. Encore auréolé de sa participation aux jeux Olympiques d'Atlanta, Doublet convainc le comité organisateur de la Coupe du monde de lui faire confiance.«Après quelques semaines de collaboration, le CFO nous a proposé de devenir prestataire agréé»,raconte Philippe Pelluault, qui ne s'est pas fait prier pour accepter. Au premier abord, ce statut semble pénalisant sur le plan financier: une partie des prestations fournies par Doublet au CFO ne lui est pas payée. Mais, comme dans tout système d'échange-marchandises, il y a des contreparties. Doublet peut utiliser le logo France 98 sur ses catalogues, son papier à en-tête et même sur les drapeaux qui flottent fièrement devant le siège de l'entreprise, à Avelin. Surtout, la PME est prioritaire pour acquérir des places.

Fidélisation, promotion et prospection

Doublet saute sur l'occasion et achète un total de mille huit cents places, vingt-cinq pour chacun des soixante-quatre matchs de la Coupe (et cinquante pour ceux se déroulant dans la ville voisine de Lens). L'investissement s'élève à 850000francs. Les clients fidèles du fabricant, des municipalités ou des entreprises privées sont les premiers servis. Dès le mois de janvier, Doublet leur adresse des invitations. Dans son catalogue, l'entreprise organise également un jeu-concours permettant de gagner des places. Le principe n'est pas très original, puisqu'il suffit aux intéressés de gratter des ballons, mais Doublet fait encore trente heureux supplémentaires. Plus malin: Doublet glisse dans son catalogue un bon de commande et promet une invitation au Mondial pour toute commande supérieure à 20000francs.«Par rapport à la même période de 1997, le nombre de ces grosses commandes enregistre cette année une croissance à deux chiffres»,se félicite Philippe Pelluault, qui se souvient de son premier métier d'homme de chiffres. Doublet a encore imaginé un jeu sur le Minitel (quatre places offertes chaque semaine), sans oublier d'inviter ses prospects les plus chauds aux matchs. Fidélisation, promotion, prospection: restait le personnel de l'entreprise. Doublet a mis un point d'honneur à inviter chacun de ses cent vingt salariés français à l'une des rencontres. Au chapitre des retombées médiatiques, Doublet, là aussi, se frotte les mains. Le 22septembre dernier, l'entreprise organisait une conférence de presse pour dévoiler le partenariat avec le CFO et la signature de son contrat de prestataire agréé. Pour l'occasion, Doublet avait reconstitué grandeur nature, aux abords du parc des Princes, l'habillage prévu pour les stades de la Coupe du monde.«Trois jours plus tard, à la mi-temps du match de championnat diffusé ce soir-là sur Canal+, un reportage de 3min40 a été consacré au sujet,se réjouit le Monsieur Coupe du monde de Doublet.Pour une entreprise comme la nôtre, qui n'a pas les moyens de s'offrir la dernière page deL'Équipe,cela vaut de l'or.»Le Parisien, Le Fig écoouLa Voix du Nordont, eux aussi, rédigé des papiers sur Doublet. Même TF1, qui prévoit un sujet sur Doublet dans ses journaux télévisés, a envoyé une équipe tourner un reportage au siège de l'entreprise. Entouré aujourd'hui d'une équipe de sept personnes, Philippe Pelluault, à deux mois du coup d'envoi du Mondial, n'a pas fini de se faire des cheveux blancs.«On vient encore de me demander de partir au pied levé à Bordeaux pour une réunion avec la municipalité et le CFO,raconte-t-il.J'ai accepté, parce qu'il faut jouer le jeu du partenariat jusqu'au bout. Seuls les frais de déplacement me seront payés, pas les honoraires, mais c'est un investissement à long terme pour l'entreprise.»Des drapeaux et des bannières flottant autour de tous les grands stades français, voilà encore la meilleure publicité pour l'entreprise Doublet.

Envoyer par mail un article

Doublet fabrique de l'or avec ses places

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.