Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PA : fini l'euphorie !

13/04/2001

La presse a connu en 2000 l'une de ses meilleures années en termes de petites annonces de recrutement. Mais elle enregistre un ralentissement au premier trimestre 2001.

La presse revient de loin. Après avoir enregistré une baisse de près de 80% de sa pagination en 1992/1993, quotidiens et magazines ont retrouvé des couleurs. Selon RPPA (Recrutement presse petites annonces), la société qui pige les annonces de recrutement dans les onze principaux titres du marché, la pagination est passée d'un volume annuel de 2,6millions de cm2 en 1993 à 8,6millions de cm2 en 2000... Les onze journaux, toutes fonctions confondues et hors repasses d'annonces, ont affiché l'an dernier une croissance de 24,4% en volume et de 14,9% en nombre de parutions par rapport à 1999. Bonne santé de l'économie, optimisme des entrepreneurs, mise en place des 35heures: tout a contribué à gonfler les effectifs des entreprises.«C'est une très bonne année, mais ce n'est pas la meilleure»,nuance Bernard Parisot, responsable de la pige RPPA. Depuis la création de celle-ci, en 1989, l'an 2000 est le troisième meilleur millésime, derrière 1989 et 1990.

Technique et logistique: le plus recherché

Des disparités existent. Les fonctions techniques et logistiques, en forte hausse (+22% en nombre d'annonces), sont les plus recherchées; ce qui a logiquement dopéL'Usine nouvelle.«Nous avons battu le record de l'histoire du journal en chiffre d'affaires,se félicite Georges Marescaux, directeur des annonces classées de l'hebdomadaire.Le marché est revenu à ce qu'il était avant la crise.»L'Usine nouvellea engrangé l'an dernier 155millions de francs en annonces d'emploi, soit davantage qu'en publicité commerciale! En 1988, les premières ne dépassaient pas les 27millions de francs... Le titre est aussi bien placé sur les fonctions commerciales, marketing et communication, un marché en hausse de 10% en nombre d'annonces, sur lequel il grignote, commeL'Express,des parts de marché au détriment du leader,Le Figaro économie.«En période de pénurie de candidats, les entreprises cherchent des supports capables de valoriser leur image,commente Éric Dufour, directeur des annonces classées deL'Express.Une annonce en quadri dans un environnement valorisant peut décider quelqu'un qui ne cherchait pas à répondre.»Sur les fonctions de direction générale, c'estLe Mondequi se distingue avec une progression de cinq points de part de marché. Enfin, la finance et la gestion voient leur poids progresser de 1,7% avec 1,2million d'annonces et 14,7% du marché. Une tendance de fond qui fait l'affaire desÉchos.Celui-ci signe la plus forte hausse (42,3%) du nombre de ses annonces sur un an.«Les grandes entreprises de la banque et de l'audit ont déployé un recrutement très dynamique cette année»,constate Julie Le Corre, directrice de la publicité de recrutement. Le quotidien tire désormais 12% de son revenu publicitaire des petites annonces, contre 7 à 8% il y a cinq ans. Seule ombre au tableau, la fonction informatique, dont le nombre d'annonces recule de 1,6%. Le leader incontesté,01 Informatique,accuse une perte de 7,4% sur un an, cédant au passage 3,7points de part de marché. Derrière lui,Le Figaro économieetLe Mondes'inscrivent également en retrait. Sur ces fonctions, la concurrence d'Internet se fait durement sentir.«Mais notre chiffre d'affaires Web explose depuis janvier»,indique Valérie Vaillant chez01 Informatique.L'embellie profite surtout au trio de tête.Le Figaro économiecreuse l'écart sur ses poursuivants à 45% (+1,6point), après un bond de 19,1% en nombre d'annonces. Le titre se renforce sur les fonctions techniques et logistiques à 29,4% du marché (derrièreL'Usine nouvelle) et reste en tête pour les fonctions commerciales et marketing. Les généralistes commeLibérationet le tandemLe Point-Le Nouvel Observateurattaquent résolument le marché avec respectivement 33% et 31,7% de hausse, mais sur des volumes encore faibles. Quant auMonde,qui avait perdu beaucoup de terrain entre 1997 et 1999, il reste en demi-teinte avec une croissance très inférieure à celle du marché: 1,4% en nombre (contre 14,9% de moyenne) et 14,3% en volume (contre 24,4% de moyenne).«Nous revenons de loin,explique Sophie Letourneau, directeur du département emploi, en place depuis un an au Monde Publicité.En fait, nous n'avons cessé de progresser tout au long de l'année dernière pour atteindre une progression de 40% au dernier trimestre. Sur les deux premiers mois de 2001, nous sommes à 10% au-dessus de notre chiffre d'affaires de l'an dernier.»Une exception. La tendance globale du marché est plutôt en recul de 10%. Sans être pessimistes, les supports n'espèrent pas cette année renouveler l'exploit de 2000.«Le marché reste tout de même supérieur à celui de 1998»,rappelle Georges Marescaux.

Envoyer par mail un article

PA : fini l'euphorie !

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.