Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Internet se hisse parmi les grands médias

04/05/2001

En 2000, un annonceur sur dix a communiqué sur Internet. Avec plus d'un milliard de francs de recettes publicitaires nettes, celui-ci devient le cinquième média, devant le cinéma.

En 2000, la publicité sur Internet a dépassé le cap symbolique du milliard de francs, avec des recettes estimées, selon IAB/PricewaterhouseCoopers, à 1,209milliard de francs net.«Le marché de la publicité en ligne enregistre une croissance de 134% par rapport au montant des revenus bruts 1999, qui avaient atteint les 516millions de francs brut»,souligne Jean-Pierre Levieux, président de l'IAB France. Internet devient ainsi le cinquième média, devançant le cinéma qui, selon l'Irep, a enregistré 530millions de francs de recettes nettes en 2000. Les quarante-six secteurs annonceurs répertoriés ont tous investi dans le média Internet. Mais ce sont surtout les dotcoms qui ont contribué au développement du marché, indique l'étude IAB/PwC, comme le montre la progression de la catégorie «nouveaux médias»: premier secteur annonceur en 1999 avec 21% des dépenses des annonceurs, celle-ci a confirmé son rang en 2000 avec 32% des investissements publicitaires. Autre exemple: la VPC, inexistante en 1999, a multiplié par 2,5 ses dépenses en 2000 et totalise 15% du montant de l'e-pub, toujours selon l'IAB. Les résultats fournis par TNS Sécodip confirment cette tendance. Son outil Adnettrack, qui pige les 200plus gros sites (sur le millier qui proposent de la publicité sur le Net), a recensé 35089bannières en 2000, pour un peu plus de 3000annonceurs.«Autrement dit, un annonceur sur dix a communiqué sur le Net l'an passé,appuie Éric Trousset, directeur marketing de la pige quantitative chez TNS Sécodip.C'est un résultat très encourageant pour un média si jeune. Parmi les cent premiers annonceurs, trois sur quatre ont d'ailleurs intégré Internet dans leur plan plurimédia.»

Les télécoms restent omniprésents

Globalement, plus de la moitié des annonceurs présents sur le Net en 2000 (soit 54%) ont aussi communiqué au moins dans un autre grand média: presque tous ont utilisé la presse (96%), un tiers ont intégré la radio ou l'affichage, et 20% la télévision. Soixante dix-sept annonceurs ont communiqué sur les six médias. Mais les annonceurs Internet sont encore timides en matière de médiaplanning.«En 2000, une marque a communiqué en moyenne sur seulement quatre sites différents,souligne Éric Trousset.Les annonceurs sont encore en phase d'apprentissage, mais leur présence est assez longue, avec une durée moyenne des campagnes de quatorze semaines.»On notera que la moyenne en télévision est de six semaines. En 2000, les télécommunications prédominent toujours, avec 35% des insertions publicitaires. Selon la classification de TNS Sécodip, ce secteur comprend à la fois les métiers de la téléphonie, les fournisseurs d'accès et les moteurs de recherche. France Télécom (Wanadoo, Voilà, Alapage, Mappy, Après l'école, etc.) n'est plus le premier annonceur Internet en 2000. Il cède sa première place au groupe Lycos, qui comprend le portail éponyme et le site de communauté Multimania, et au groupe Tiscali spécialisé dans l'accès à Internet avec Liberty Surf, World OnLine et Freesbee. Après les télécommunications vient le secteur des services (16% des insertions). La distribution marque son entrée sur le Web en multipliant par trois sa présence publicitaire en un an: de 4% des insertions en 1999, elle est passée à 13% en 2000! L'informatique est en retrait, mais c'est le secteur de la culture et des loisirs qui affiche le plus important recul: 4% des insertions en 2000, alors qu'il affichait 10% en 1999. Les résultats TNS Sécodip confirment également le caractère saisonnier du Web, avec un creux très nettement perceptible en juillet et en août. De même, l'effet du krach boursier s'est fait ressentir sur l'e-pub à travers une baisse du nombre de bannières en octobre et en novembre, suivie d'une reprise en décembre. Le début de l'année 2001 s'avère difficile, compte tenu de la désertion des dotcoms. Par conséquent, tous les professionnels misent sur les annonceurs traditionnels pour maintenir la croissance. À cet égard, TNS Sécodip souligne que, parmi les 3000annonceurs Internet, un tiers ont utilisé ce média pour promouvoir une activité non directement liée au Web.«On constate également, au premier trimestre 2001, que 49% des annonceurs actifs sur le Net sont des nouveaux venus», ajoute Éric Trousset.

Envoyer par mail un article

Internet se hisse parmi les grands médias

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.