Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Libération : Ici, on ne s'ennuie pas

18/05/2001

Décidément, la vie àLibérationn'a rien d'un long fleuve tranquille, sur fond de stabilité de la diffusion l'an dernier. Première secousse dès février, avec la démission brutale de Frédéric Filloux, directeur de la rédaction du journal depuis un an. Serge July (photo) confie alors les rênes d'une rédaction réputée difficile à Jacques Amalric, à l'autorité incontestée en interne. En mars, nouvelle secousse, liée cette fois au capital du titre. Pathé voulant se désengager partiellement,Libépart à la recherche d'un nouvel actionnaire... et trouve, en septembre, le fonds d'investissement britannique 3i, qui entre à hauteur de 20%. Simultanément, la société civile des personnels deLibérationdevient le premier actionnaire, avec 36,4% des parts. L'épisode provoque manifestations internes, assemblées générales, etc. Ce n'est pas fini: le site Web deLibération, accusé de faire de l'ombre à la version papier, est mis en cause. La crise provoque le départ, en décembre, du patron des éditions électroniques, Michel Colonna d'Istria, remplacé dans ses fonctions éditoriales par Gérard Desportes, rédacteur en chef. L'année 2001démarre avec la vive polémique suscitée par la décision du conseil d'administration d'augmenter de 33% les salaires de Serge July et du directeur général, Charles-Évence Coppée. Face au trouble, qui provoquera une journée de grève, les deux managers limitent la hausse de leur rémunération à 16,8%. Pour un an seulement. L'agitation a encore de belles heures devant elle àLibé. Surtout que Jacques Amalric, qui n'avait accepté sa mission que pour un temps déterminé, devrait passer la main cet été.

Envoyer par mail un article

Libération : Ici, on ne s'ennuie pas

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.