Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ultramoderne solitude

13/07/2001

Martine Teillac, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute et relaxologue, s'est livrée pour Stratégies à une analyse du courrier des lecteurs de la presse masculine. Cette praticienne, installée boulevard Haussmann à Paris, a passé en revue les magazines publiés en juin 2001. MMagazine, qui a depuis cessé de paraître, a fait partie de l'étude.

Avez-vous observé des similitudes entre les interrogations des hommes selon les titres de la presse masculine? Martine Teillac. J'ai repéré trois profils de lecteurs selon les titres. DansNewlook, MaximaletMax,les hommes qui s'expriment via le courrier des lecteurs ne sont absolument pas arrivés à maturité sexuelle. Ils en sont encore au stade de la découverte de la différence des sexes. «L'autre» est considéré comme un bien de consommation. Je soupçonne chez ces hommes une difficulté à assumer une sexualité épanouie. Éternels adolescents, ils fantasment beaucoup et adoptent une attitude macho qui n'est pas celle d'un homme abouti. Les femmes leur font sans doute peur.Maxfait clairement de l'initiation sexuelle. Ses lecteurs manifestent un besoin d'information et de formation et les conseils donnés sur le ton de l'humour apparaissent très professionnels. Que révèle le courrier des autres magazines? M.T. Les hommes qui s'expriment dansFHMetMen's Healthme semblent jeunes et narcissiques, mais ils manifestent déjà une certaine distance par rapport à la sexualité, qui n'est plus leur unique préoccupation.FHMest ludique et farceur. Les lecteurs sont à l'image du journal: ils ne se prennent pas la tête. Ils sont contents d'appartenir au genre masculin.Men's Healthest de loin le plus narcissique de ces magazines. Son public en quête de bien-être exprime des soucis d'ordre hypocondriaque, typiques des homosexuels. On sent chez ces hommes une peur du vieillissement. Enfin, je classerais à part les lecteurs deMMagazine,curieux de tous les aspects de la vie, comme les modalités de la relation à deux ou l'éducation des enfants. Le titre, plein d'humour, est à mon sens celui qui joue le plus la mixité. Retrouve-t-on ce type de préoccupations dans la presse féminine? M.T. Dans la presse pour adolescentes commeJeune et Jolie,on retrouve des interrogations d'ordre initiatique. La différence, c'est qu'elles sont doublées de préoccupations d'ordre sentimental. Les demandes sont tout aussi précises en matière de sexologie, mais «l'autre» existe en tant que personne. Les jeunes filles sont plus matures car elles se risquent davantage dans la relation sexuelle: elles ont une responsabilité biologique. À l'inverse, le garçon risque seulement de satisfaire une pulsion, éventuellement de se sentir maladroit. J'ai beaucoup d'estime pour la presse féminine, qui a su offrir aux femmes des espaces réservés dans les créneaux laissés par les hommes: l'apparence, la mode, l'éducation, la culture. En revanche, la presse masculine me semble pathétique, décevante et peu homogène. Pourquoi? M.T. Elle renvoie de l'homme une image dévalorisante. Soit il apparaît démuni sur le plan sexuel, infantile et réduit à un univers d'expression restreint comme le sport ou l'exploit. Soit il est considéré comme un être narcissique, ce qui le fait soupçonner d'homosexualité. Ces courriers des lecteurs reflètent-ils une évolution de l'homme? M.T. Je suis frappée par la pauvreté des fantasmes et de l'imaginaire des lecteurs, incapables de se créer leurs propres scénarios. Cela traduit l'incapacité de l'homme à s'engager dans une relation avec la femme, autre que sexuelle. Parmi les patients de mon cabinet, nombreux sont à l'image de ces lecteurs, immatures sur le plan affectif et donc en permanence insatisfaits. Cette presse masculine reflète le mal-être de l'homme jeune dans notre société, sa difficulté à se trouver une nouvelle masculinité face à l'évolution de la femme. Aujourd'hui, ce n'est plus du tout facile d'être un homme. Il y a un manque flagrant de confiance, d'autant que le lectorat appartient à une nouvelle génération, fruit du divorce. La fragilité s'en ressent.

Envoyer par mail un article

Ultramoderne solitude

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.