Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Jibéna, très discret roi de la grille

20/07/2001

La moitié des magazines de jeux en France sont édités par cette discrète entreprise du haut Poitou, sise à quelques kilomètres de Châtellerault. Visite guidée.

Connaissez-vous Sénillé dans la Vienne, ses six cent trente-deux habitants, son église au chevet XVIIesiècle, ses cultures de champignons et... son entreprise poids lourd de la presse de jeux en France?Fléchés basiques, Fléchés 80grilles, Mêlés plus, Mots casés, Multijeux magazine:c'est au lieu-dit La Petite Motte, siège de la discrète société Jibéna, que sont conçus soixante-seize magazines de jeux vendus dans les kiosques de l'Hexagone à 800000exemplaires chaque mois. Nantie d'un confortable chiffre d'affaires de 221millions de francs en 2000, l'entreprise de Sénillé domine le marché devant le dynamique groupe Keesing France (éditeur des revuesSport cérébral,actuellement en campagne d'affichage avec l'agence Sixième Millénaire) et les éditions Megastar, créées par... des anciens de Sénillé.

250 à 300grilles par mois

«Nous sommes numéro un depuis plus de dix ans»,revendique fièrement Guy-Clément Cogné, soixante et onze ans, âme de l'entreprise depuis sa création et toujours directeur des publications. Une vraie saga. Guy-Clément Cogné publie son premier jeu à l'âge de quatorze ans, en 1944, dans le magazineJeunesse ouvrière.Comme «cognée» signifie «petite hache» et qu'en ces temps troublés il admire la courageuse Jeanne Hachette, il signe sa première contribution à la presse du nom de Guy Hachette. Le puissant groupe homonyme a toujours laissé faire, même lorsque le personnage, alors salarié deL'Écho de la presse,signait de ce nom, dans ses temps libres, pas moins de 250 à 300grilles par mois, publiées dans une bonne soixantaine de revues! La société Jibéna naît de la rencontre de ce virtuose de la grille avec Jacques et Gilbert Benhamou, deux imprimeurs d'Oran rapatriés, sans le sou, après les «événements» d'Algérie. En 1964, ce sont eux qui éditent la première revue de Guy-Clément Cogné,Casse-tête et Amusettes,à quelque 8000exemplaires, tous pliés et brochés à la main. Les deux frères détiennent toujours, avec leurs enfants, la totalité du capital de Jibéna. En 1970, l'entreprise grandissante quitte Paris pour Châtellerault, dans la Vienne, avant de s'établir l'année suivante à quelques kilomètres de là, dans la petite ville de Sénillé. Les revues se multiplient.«Entre 1964 et 1974, nous avons doublé les ventes des revues Guy Hachette tous les ans»,se félicite Guy-Clément Cogné, leur prolifique créateur. Trente ans plus tard, Jibéna compte deux cent dix salariés. Depuis une vingtaine d'années, la plupart des grilles ne sont plus élaborées à la main mais composées sur ordinateur à l'aide de logiciels internes. Dans les mémoires informatiques, plus de quatre millions de définitions sont destinées à la confection des mots croisés et autres jeux d'esprit.«Certains mots en ont plus de deux cents»,précise Guy-Clément Cogné. Pour soutenir l'intérêt, le logiciel garantit que le joueur ne trouvera pas deux fois la même définition dans sa revue. Les salariés les reprennent rapidement à la main pour gommer les petites imperfections éventuelles. Ils ne font plus à la main, d'un bout à l'autre, que les grilles et les jeux thématiques.

Un public féminin vieillissant

Les nuages s'amoncellent pourtant sur un groupe qui a fait de gros efforts de rentabilité, diminuant le nombre de ses titres de plus de cent, voilà quelques années, à soixante-seize aujourd'hui. Son public, féminin pour les trois quarts, vieillit d'année en année.«Nous avons perdu la clientèle des adolescents et des jeunes depuis l'arrivée des consoles de jeux il y a dix ans»,reconnaît Guy-Clément Cogné. Dans les transports en commun, les voyageurs et les voyageuses sont de plus en plus souvent debout, ce qui rend difficile l'exploitation des petites grilles. Malgré la constitution d'un couplage réunissant l'ensemble des titres du groupe, la publicité ne vient toujours pas. Et les magazines de jeux restent soumis à une TVA de 19,6% sur leur prix de vente alors qu'elle est de 2,1% pour les autres familles de presse. Une somme directement ponctionnée sur la marge de l'éditeur.«L'État met un impôt sur un jeu culturel!»,s'emporte Guy-Clément Cogné. Pour échapper à la TVA, Jibéna a ainsi décidé d'intégrer une part de contenu rédactionnel dans trente de ses revues les plus vendues. En dépit du coût de l'opération, l'économie réalisée sur la TVA lui permet d'accroître ses bénéfices et de baisser le prix de la revue. Un sacré paradoxe aux yeux des autres éditeurs.

Envoyer par mail un article

Jibéna, très discret roi de la grille

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.