Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Huit poids lourds à la pesée

14/09/2001

Environ trois mille six cents titres de presse se disputent en kiosques les faveurs du public français. Nombreux sont ceux qui ne dépassent pas quelques milliers d'exemplaires vendus... ou quelques mois d'existence. Pas de risque d'extinction rapide, en revanche, avec les poids lourds du papier.

L'hebdomadaire le plus lu :TV magazine

C'est l'avantage du pionnier. TV magazine, vendu chaque semaine à près de 4,5 millions d'exemplaires, se taille la part du lion dans les chiffres d'audience de l'AEPM (Audience étude de la presse magazine) : 13,4 millions de lecteurs. Créé en 1987, le magazine télévision de la Socpresse accompagne l'ensemble des quotidiens nationaux et régionaux des groupes Hersant et Ouest France. Et se place devant son concurrentTV hebdo(Hachette Filipacchi Médias), crédité d'une audience de 5,8 millions de lecteurs. Le contrat signé récemment avecLe Parisien-Aujourd'hui en Francepermettra à ce dernier de rattraper une partie du retard. Comme son concurrent,TV magazinepeine cependant à séduire les annonceurs. Diffusé trop largement pour « vendre » un ciblage précis -l'argument traditionnel de la presse magazine auprès des annonceurs- ce géant est aussi concurrencé par la télévision et la radio, autres médias de masse, sur les opérations grand public.

L'hebdomadaire le plus vendu :Télé 7 jours

Télé 7 jours n'a plus sa forme d'antan. L'hebdomadaire de télévision d'Hachette Filipacchi Médias a cédé 15,9 % de sa diffusion entre 1995 et 2000. Avec 2,37 millions d'exemplaires vendus chaque semaine en 2000 selon Diffusion Contrôle, il n'en reste pas moins l'hebdomadaire le plus diffusé, si l'on exclutTV magazine, vendu en supplément de quotidiens régionaux (lire page précédente). Selon l'AEPM, plus de 9 millions de personnes le lisent chaque semaine. Pour ralentir la chute d'un titre désormais talonné parTélé Z(2,29 millions d'exemplaires), les responsables deTélé 7 joursne sont pas avares d'efforts. L'un des plus récents a été de mobiliser le héros de bande dessinée Largo Winch pour séduire les 15-34 ans. Les offensives publicitaires se sont multipliées pour soutenir une évolution de la formule rédactionnelle, en mars dernier.« Nous réduisons la vitesse de décrue », constate Patrick Mahé, directeur de la rédaction. Mais il faudra encore du temps à ce poids lourd pour repartir à la hausse.

Le plus acheté par les femmes :Femme actuelle

Quinze idées pour cuisiner à toute vitesse », « Leur amour des bêtes les emmène au bout du monde », « Dossier premier emploi », « Les réparations au noir »... Avec ses sujets pratiques et sa maquette éclatée en encadrés, Femme actuelle occupe une place sans équivalent dans les kiosques de l'Hexagone. Chaque semaine, plus de 1,5 million de femmes l'achètent. Ce magazine créé en 1984 est, avecTélé loisirs, l'une des plus importantes contributions au chiffre d'affaires de Prisma Presse. Mais le colosse montre depuis quelques années des signes de faiblesse. Entre 1995 et 2000, sa diffusion a baissé de 12,9 %. Ce passage à vide n'est guère surprenant.Femme actuelleenregistre avec retard les contrecoups du développement des deux suppléments hebdomadaires de la presse quotidienne,Version femmeetFemina hebdo, dont les audiences cumulées dépassent les 9 millions d'individus contre 8,5 millions pourFemme actuelle, selon l'AEPM.

Le préféré des cadres :Télérama

Le modesteRadio-Cinéma-Télévisionde 1950 a bien changé. Le fascicule de 32 pages d'alors est devenu un titre de 150 pages, incontournable sur son créneau, balayant toutes les sphères de la culture. Il est l'hebdomadaire le plus lu par les cadres, selon l'étude Ipsos-La France des cadres actifs qui le crédite d'une pénétration de 14,7 % auprès de cette population, soit 914 000 cadres. Son succès ne se dément pas. Depuis sa création, le titre n'a connu que deux années de baisse de régime, en 1987 et 1988, à la suite d'un changement de formule radical. En 2000,Téléramaaffiche une diffusion de 664 493 exemplaires (+ 7,8 % sur cinq ans). Repositionné depuis une dizaine d'années dans l'univers des news magazines,Téléramaest aussi devenu un succès publicitaire. Il a enregistré en 2000 une pagination Sécodip de 2 534 pages. La nouvelle formule, inaugurée en octobre de la même année, notamment pour faire davantage de place aux chaînes du câble et du satellite, doit pérenniser le succès.

Le mensuel le plus lu :Top santé

Être au top et le rester. »La promesse publicitaire de la nouvelle campagne de communication deTop santérésume l'enjeu stratégique de ce titre principalement lu par de jeunes mères de famille. Premier mensuel en audience avec 4,9 millions de lecteurs, ce magazine essuie depuis 1995 une forte chute (- 23,7 %) de sa diffusion. Cette tendance inquiétante semble cependant enrayée.Top santéa enregistré en 2000 une légère hausse de + 1,2 % à 446 010 exemplaires. Depuis dix-huit mois, ce magazine, créé en 1990 et racheté par Emap France en 1996, a évolué vers un concept de « santé globale » en élargissant son traitement rédactionnel au bien-être, aux médecines parallèles ou à la médecine douce. L'initiative répond à une évolution en profondeur de la société.« La santé est maintenant le premier centre d'intérêt des lectrices de magazines féminins,constate Annick Alombert, directrice commerciale du pôle femmes d'Emap France.Il y a cinq ou six ans, c'était encore la cuisine et les enfants. »

Le mensuel le plus vendu :Pleine Vie

Avec 1 021 051 exemplaires vendus en 2000 selon Diffusion Contrôle, Pleine Vie s'est invité dans le club fermé des magazines millionnaires. Un beau cadeau à son propriétaire, Emap France, qui, en juillet 1999, a acquis à prix d'or ce magazine destiné aux seniors. La clé du succès ? Une cible en pleine explosion, une base solide d'abonnés (issus des adhérents aux caisses de retraite) et un cocktail rédactionnel suffisamment subtil pour tendre à ses lecteurs un miroir actif et valorisant. Au passage, le mensuel créé par Antoine Adam grille la politesse à son concurrentNotre Temps, de Bayard Presse. Relégué pour la première fois de son existence à la deuxième place en termes de diffusion, ce dernier demeure pourtant en tête dans les derniers chiffres d'audience... et rêve de revanche. Ébranlé par des erreurs de stratégie, le titre de Bayard Presse a engagé une contre-offensive. Lancée en février 2001, la nouvelle formule a permis d'améliorer le taux de réabonnements et la vente en kiosques est repartie à la hausse.

Le chouchou des annonceurs :Elle

Le prestigieux magazine féminin, fleuron d'Hachette Filipacchi Médias, est une mine d'or. Il représente 18,5 % des revenus d'Interdeco France, la régie publicitaire filiale du groupe de presse. Géré depuis longtemps comme une marque, le titre créé en 1945 par Hélène Lazareff pour« ouvrir les appétits des femmes »se décline à travers trente-trois éditions étrangères touchant quelque 20 millions de femmes. En France, son atout, c'est un positionnement haut de gamme et une audience très équilibrée entre les différentes générations. Près du quart de son lectorat (23,5 %) se situe dans la tranche des 15-24 ans, 20 % sont âgées de 25 à 34 ans, près de 30 % ont entre 35 et 49 ans et 17,8 % entre 50 et 65 ans. Même monsieur ne dédaigne pas jeter un oeil à ce temple« d'optimisme, de modernité et d'innovation »: les hommes représentent 25 % du lectorat. Du coup,Ellecaracole en tête des supports féminins préférés des annonceurs. À la fin 2000, selon Sécodip, le titre alignait 4 578 pages de publicité, très loin devantLe Nouvel Observateur(3 557 pages) etL'Express(3 069 pages).

Celui que les hommes préfèrent :L'Équipe magazine

L'ébullition du marché de la presse masculine n'y a rien changé.L'Équipemagazine continue de caracoler en tête de l'audience sur la cible des hommes (hors suppléments TV et magazines de télévision) avec 3,1 millions de lecteurs par semaine, selon l'AEPM. Vingt et un ans après sa création comme simple supplément de L'Équipe, il compte parmi les poids lourds de la publicité avec près de 2 500 pages en 2000 (+ 26,8 % par rapport à 1999) et pèse pour un tiers dans le chiffre d'affaires global de la régie Manchette Sports.« Nous sommes à la conjonction de deux marchés, celui des masculins et celui des cadres », explique Éric Schnubel, directeur marketing de Manchette Sports. Le lecteur type est actif, plutôt jeune (entre 25 et 49 ans), cadre et chargé de famille. Et il va se mobiliser en 2002, année de la Coupe du monde au Japon et en Corée.

Envoyer par mail un article

Huit poids lourds à la pesée

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.