Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Vive le sport!

05/10/2001

Les chaînes sportives ont le vent en poupe. Dans le sillon d'Eurosport, Pathé Sport, L'Équipe TV et Infosport se sont bien installées dans le paysage. La plupart hésitent encore à s'engager dans le numérique terrestre.

Le dernier MédiaCabSat l'a mis en lumière, le baromètre Ipsos/Stratégiesle confirme : les chaînes sportives ont le vent en poupe. Derrière Eurosport (1,7 % de part d'audience), Pathé Sport, L'Équipe TV et Infosport atteignent à elles trois 1,2 % de part d'audience sur les 4 ans et plus,« un score supérieur à celui de LCI »,souligne René Saal, le directeur général de Carat Expert. Pour autant, il convient de distinguer les chaînes d'événements en direct (Eurosport, Pathé Sport) des chaînes d'information en continu (Infosport, L'Équipe TV), du paiement à la séance (Kiosque, Multivision Sport) ou encore des chaînes de clubs (OM TV, OL TV). Sans surprise, Eurosport conserve son leadership dans le baromètre Ipsos/Stratégies. Rachetée à 100 % par TF1 en janvier dernier, la chaîne reste, de loin, la plus connue. Mieux,« son audience dépasse pour la première fois celle de RTL9 sur les 4 ans et plus dans le dernier MédiaCabSat »,souligne Stéphane Devergies, son directeur marketing. Forte d'un budget de 45 millions d'euros (près de 300 millions de francs), elle diffuse plus de 100 disciplines par an et dispose d'un imposant portefeuille de droits, dont l'US Open de tennis ou l'US PJA de golf, acquis récemment.

Changement de braquet

Derrière Eurosport, la concurrence fait rage. Pathé Sport, en tête du peloton, touche plus de 2 millions d'abonnés et affiche la progression la plus spectaculaire. Absente du classement il y a deux ans, elle obtient 11 % des citations spontanées (+ 4 points par rapport à la précédente vague). Sur les 15 ans et plus, elle affiche 0,6 % de part d'audience, comme Canal J, Cinestar ou TF6.« Pathé Sport est devenue incontournable dans le PAF de complément »,se félicite son président, Georges Bonopéra, qui y voit le résultat d'une communication corporate forte et d'une politique d'acquisition de droits originale. Depuis l'entrée de Pathé dans la chaîne, fin 1998, puis son rachat à 100 % en janvier 2000, elle a, il est vrai, changé de braquet. En trois ans, son budget est passé de 6,8 à 22,9 millions d'euros (de 45 à 150 millions de francs). En plus des trois piliers de la grille (tennis, basket et golf), elle propose désormais du football, du handball, du rugby à XIII, de la boxe et même de la pétanque. Plutôt que de compiler des droits, l'objectif reste de proposer une alternative. François Févre, son directeur de l'antenne, refuse l'image de« robinet à images » :d'où la multiplication des magazines (Côté tribune, Golf ClubetTransversales). Après des pertes de 7,6 millions d'euros (environ 50 millions de francs) en 2000 et d'autres prévues cette année et l'an prochain, Pathé Sport espère atteindre l'équilibre en 2003.

Les chaînes d'information sportive en continu semblent, elles aussi, avoir trouvé leur public. Trois ans après sa naissance, l'Équipe TV touche près de 2,5 millions d'abonnés. Selon MédiaCabSat, la chaîne est vue par 45 % des foyers de son univers de réception. Selon Ipsos/Stratégies, elle est citée par 5 % des abonnés à une offre élargie. Jean Hornain, son directeur général, y voit la confirmation que« l'information sportive a sa place dans les basiques des bouquets et que le sport reste une motivation forte d'abonnement ».Ses principaux atouts ? Un actionnaire très solide (le groupe Amaury), une marque incontournable, un budget costaud (14,5 millions d'euros, 95 millions de francs) et l'appartenance à un pôle plurimédia qui autorise toutes les synergies et multiplie les sources de profit. Son handicap : faute de détenir des droits en exclusivité, elle doit se contenter du fameux droit à l'image. Pour le reste, la chaîne a recours aux achats, parfois en partenariat avec Eurosport. En contrepartie, elle tire une partie de ses recettes de la ventes de sujets (150 l'an dernier) à la banque d'images de l'UER (Union européenne de radiotélédiffusion). Cet automne, L'Équipe TV repart à l'offensive avec un nouvel habillage et un nouveau rendez-vous d'info quotidien,La Grande édition.L'équilibre, lui, est attendu pour 2003.

Sa principale concurrente, Infosport, affiche également l'une des plus grosses progressions du dernier MédiaCabSat : 0,6 % de part d'audience sur les 15-24ans, 0,5 % sur les 15-34 ans, et 0,3 % sur les 4 ans et plus. En trois ans, le nombre des téléspectateurs a été multiplié par 4,5. Pourtant, seuls 2 % des abonnés de l'offre élargie la citent spontanément, un score identique aux deux vagues précédentes.« Beaucoup de gens regardent la chaîne sans la connaître »,explique Nicolas Rotkoff, son directeur général, qui met en avant sa très forte croissance en notoriété assistée. La chaîne, filiale à 100 % de TPS, touche 1,7 million d'abonnés et espère l'équilibre l'an prochain. L'essentiel de son budget (8,4 millions d'euros, 55 millions de francs) est consacré aux achats de droits et aux opérations marketing menée avec les opérateurs.

De quoi renforcer la volonté du groupe Canal+ de lancer sa propre chaîne sportive. Initialement annoncée pour fin 2002, elle tirera profit de l'important catalogue de droits sportifs via Sport Plus. De là à penser qu'il y aura aussi de la place sur la télévision numérique terrestre, il y a un pas qu'aucun opérateur ne souhaite franchir. Comme le résume Jean Hornain,« nous ne serons candidats que si nous y trouvons une logique économique. Pour l'instant, les investissements nécessaires sont difficiles à évaluer ».

Envoyer par mail un article

Vive le sport!

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.