Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Groupe Les Échos : Signé Les Échos

12/10/2001

Nous nous positionnons comme un fournisseur de contenus à haute valeur ajoutée. Lorsque nous identifions un besoin sur un marché, nous nous demandons si nos marques peuvent apporter un savoir-faire. »Pour David Guiraud, directeur général du groupe Les Échos, la diversification constitue l'une des priorités de son développement. Ce n'est pas un hasard si le label Les Échos se décline sous plusieurs formes et appose son nom à ses différentes publications (le hors-sérieÉchos supet les supplémentsLes Echos.net,Série limitée,Connectis).

Lancé il y a vingt ans, le mensuelEnjeux Les Échosaffichait en 2000 une diffusion France payée de 129 994 ex-emplaires, à une encâblure deL'Expansion. Les douze lettres professionnelles du groupe, dontTourisme&BusinessetÉnergies News, lancées en 2000, revendiquent leur filiation avec le quotidien, clé de voûte de la marque, qui se décline également via des conférences, de la formation et sur Internet. Présent sur le Web depuis 1996, lesechos.fr atteint quelque 3 millions de visites par mois et 800 000 visiteurs uniques. Le groupe s'est aussi intéressé aux études stratégiques et financières : il en publie environ cent soixante par an sous le label Eurostaf. Les Échos sont-ils partout ?« Nous ne nous sommes pas déployés dans le business des salons de recrutement,répond David Guiraud.Il est inutile de rajouter un acteur supplémentaire dans ce domaine, alors que de plus puissants que nous se le partagent déjà. »

Le développement du groupe, qui affichait un chiffre d'affaires de 169,83 millions d'euros en 2000 (1,1 milliard de francs), pourrait être compromis par le net ralentissement des rentrées commerciales depuis le mois de mai.« Nous avons intégré le fait de rentrer dans une période publicitaire difficile pendant au moins un an,note David Guiraud, qui se refuse à évoquer des résolutions définitives.Il sera juste question de la rapidité de mise en oeuvre de quelques projets. Il est beaucoup trop tôt pour décider de se retirer de certains segments. »

La force de l'abonnement

La diversification montre d'ailleurs son intérêt dans cette phase délicate. Malgré les tracas du quotidien, particulièrement touché par le dégonflement de ses rentrées publicitaires, Les Échos peuvent compter sur la bonne santé des autres activités. Les cycles de conférences et de formation ne sont pas concernés par la publicité. Les lettres professionnelles, vendues par abonnement, sont absolument indépendantes de la crise. Quant à la presse magazine, elle paraît moins affectée par ce ralentissement.«Enjeux Les Échosdevrait faire une meilleure année que l'année dernière »,insiste même David Guiraud.

M.Bo.

Envoyer par mail un article

Groupe Les Échos : Signé Les Échos

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.