Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

LES 200 PREMIÈRES ENTREPRISES DE COMMUNICATION EN FRANCE

19/10/2001

Une nouvelle hiérarchie

En un an, la hiérarchie a été sensiblement modifiée.

C'est désormais Vivendi Universal qui, avec son pôle Communication, s'impose en 2000 comme le leader du secteur. Il est vrai que le groupe dirigé par Jean-Marie Messier inclut dans ce pôle toutes ses activités liées à la musique, l'édition, l'audiovisuel, Internet, mais aussi les télécommunications. Premier du classement en 1999, Havas Advertising voit même, malgré une activité en croissance de près de 50 %, sa seconde place menacée par son concurrent de toujours, Publicis, qui a vu, lui, son chiffre d'affaires progresser de 72,1 % l'an dernier.

Une performance qui relègue Lagardère Médias, leader en 1998 et deuxième en 1999, à la quatrième place.

Ipsos prend l'accent américain

En quelques années, Ipsos a connu une croissance à marche forcée. En 2000, le groupe codirigé par Didier Truchot et Jean-Marc Lech a ainsi vu son chiffre d'affaires progresser de 43 %, à 329,44 millions d'euros (2,16 milliards de francs). Et 2001 s'annonce sur les mêmes bases avec le rachat, au début de l'année, des actifs de la division Études marketing de la société américaine NPD (qui comprend notamment un panel de 500 000 foyers américains) et, plus récemment, en France, de Novaction. Du coup, au premier semestre 2001, l'Europe ne représentait plus que 45 % de l'activité du groupe, contre 41 % pour les États-Unis et 12 % pour l'Amérique latine.

Claude Perdriel aime le risque

2000 et 2001 resteront, pour le groupe Le Nouvel Observateur, comme deux années importantes. En dix-huit mois, son propriétaire, Claude Perdriel, a lancé une nouvelle formule de son news magazine, fusionné le mensuel Le Nouveau Cinéma avec le supplément TV du Nouvel Observateur pour en faire un cahier culturel hebdomadaire, créé un supplément Paris-Île-de-France, transformé le mensuel Challenges en bimensuel et lancé un nouveau titre, Triba, sur le créneau de la famille recomposée. Un pari osé pour un entrepreneur indépendant.

Le nouveau rôle de France Rail Publicité

En rejoignant, en juillet 2000, le groupe Dauphin, France Rail Publicité n'a rien perdu au change. Par son savoir-faire, l'ancienne filiale de la SNCF est en effet devenue le fer de lance du développement, à l'international, des activités d'affichage transport du groupe Clear Channel, propriétaire de Dauphin. Une mission confiée à son PDG, Daniel Cukierman.

Quant à la baisse de 21 % de son chiffre d'affaires (à 79,12 millions d'euros), elle s'explique avant tout par l'abandon de ses activités d'achat d'espace et de location de sites pour les tournages de cinéma.

France Soir en chute libre

En prenant le contrôle de France Soir, début 2001, le groupe italien Poligrafici Editoriale aspirait à rendre à la marque son lustre d'antan. Neuf mois plus tard, force est de reconnaître qu'il n'y est toujours pas parvenu. Au contraire, l'année 2001 a été marquée, pour le quotidien, par une série de grèves et d'annonces de plans sociaux, qui n'ont pas réussi à enrayer la baisse de la diffusion et des recettes publicitaires. L'étendue du chantier peut se résumer en deux chiffres : pour s'en sortir, la régie (Régie Print) table sur un chiffre d'affaires de 15 millions d'euros (environ 100 millions de francs), contre 4,5 à 5,3 millions d'euros (30 à 35 millions de francs) cette année.

Envoyer par mail un article

LES 200 PREMIÈRES ENTREPRISES DE COMMUNICATION EN FRANCE

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.