Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Dix nouveautés au banc d'essai

11/01/2002

L'impact des nouvelles technologies sur le secteur de l'industrie graphique ne faiblit pas, loin de là. Pour preuve, la liste des nouveaux produits, matériels ou logiciels, qui apparaissent sur le marché. Stratégies en a sélectionné dix.

TV Factory et Régie Line : La TV interactive en toute simplicité

Avec le développement de la télévision numérique, de plus en plus de producteurs ou d'opérateurs proposent des programmes interactifs, par exemple sous forme de tests ou de quiz. Dans ce domaine, l'évolution technologique majeure concerne l'apparition de logiciels facilitant la création et l'intégration de pages interactives. Les produits, développés notamment par NPTV (ITV Factory) ou IDP (Régie Line), permettent aux créatifs d'élaborer des programmes beaucoup plus poussés. En toute simplicité, car les logiciels offrent un accompagnement pas à pas au programmeur et sont compatibles avec les plates-formes utilisées par les opérateurs (CanalSatellite ou TPS par exemple).

L'avis de l'utilisateur : Sandrine Goullier,directrice éditoriale et de production chez Lagardère Active ITV

« Nous utilisons Régie Line d'IDP depuis quelques mois. Nous l'avons inauguré lors des lancements des programmesElle Cuisine,Auto-Moto,Elle AstrologieouPremièresur CanalSatellite. L'avantage principal de ce système : il est préintégré chez CanalSatellite, ce qui nous fait gagner beaucoup de temps dans le développement. Dès que les écrans sont créés, nous pouvons les lancer. Ce logiciel est en outre très simple à utiliser et il n'y a pas de problème de compatibilité avec les services interactifs existants. Nous pouvons étoffer nos programmes puisque nous ne sommes plus limités sur le nombre de questions/réponses. Cela ouvre d'énormes perspectives aux éditeurs de services interactifs. »

Imation Composer : L'esperanto de l'informatique

Les conflits entre les différents formats de fichiers informatiques sont monnaie courante à l'heure du tout-numérique. C'est pour tenter de faciliter les échanges que la société Imation, qui sera intégrée le mois prochain à Kodak Polychrome Graphics, propose le logiciel Imation Composer. Disponible exclusivement sur Macintosh, cet outil (8 725 euros hors taxes) permet, d'un simple clic, de convertir un fichier dans un autre format, celui utilisé par l'imprimeur par exemple. L'utilisateur crée un répertoire précis pour chaque format (PDF, JPEG, TIFF, etc.) et n'a plus qu'à le faire glisser dans le répertoire pour le convertir au format voulu.

L'avis de l'utilisateur : Jean-Christophe Girardi,responsable informatique de Questions d'édition, agence d'édition d'entreprise de TBWA France

« Avant d'être équipés de ce logiciel, il nous arrivait d'envoyer des fichiers au mauvais format à l'imprimeur. Il ne pouvait pas forcément les lire et nous perdions beaucoup de temps, donc de l'argent. Désormais, nous pouvons fournir aux imprimeurs des fichiers normalisés. En plus, le logiciel est très simple à utiliser et fonctionne sur les Macintosh G4 dont nous étions déjà équipés. Nous n'avons pas eu à consentir d'investissements supplémentaires. »

ColorExpert et Agfajet Sherpa : L'épreuvage au laser

L'innovation s'intensifie en matière de solutions d'épreuvage laser, le dernier point de contrôle avant le lancement de l'impression. Les nouvelles générations d'imprimantes, à l'instar des gammes ColorExpert de Canon ou Agfajet Sherpa d'Agfa (de 15 000 à 36 000 euros), tendent à remplacer le classique Cromalin en respectant les couleurs. Ces deux gammes constituent une ligne complète de produits, comprenant les consommables. Elles s'adressent aux agences de création, aux studios photo et aux imprimeurs.

L'avis de l'utilisateur : Nathalie Guernion, directrice d'ABC Le Studio, studio de prépresse

« L'utilisation de la Sherpa 43 d'Agfa permet à nos clients de valider directement l'épreuve numérique. Du coup, nous n'avons plus besoin d'utiliser des Cromalins, ce qui est très économique : un Cromalin coûte de 7,6 à 10,70 euros, tandis qu'une épreuve numérique revient à moins de 3 euros. Nos clients voient donc leur facture d'épreuvage diminuer de plus de la moitié !

Autre avantage, cette machine est très simple à utiliser, elle fonctionne comme une imprimante et tous les opérateurs du studio peuvent l'utiliser. Quant à sa rapidité, elle nous fait gagner du temps, donc de l'argent à nos clients. Par exemple, l'épreuve d'un fascicule de 24pages A4 sera réalisée en moins de deux heures et demie, contre cinq auparavant. Le donneur d'ordre peut ainsi gagner deux jours entre la commande et l'impression finale. »

XPress 5 et Indesign 2.0 : De nouvelles possibilités de mise en page

Les deux logiciels majeurs de mise en page et de création professionnelles, Indesign d'Adobe et XPress de Quark, mettent sur le marché en 2002 leur nouvelle version, Indesign 2.0 et XPress 5, en y ajoutant de nouvelles fonctionnalités afin de répondre aux demandes des créatifs. Citons par exemple la fonction de transparence d'Indesign 2.0 qui permet de produire et de modifier avec facilité des effets qui nécessitaient auparavant une autre application. L'utilisateur peut appliquer des ombres portées, des contours progressifs et des paramètres d'opacité aux objets. Quant à XPress 5, il permet de dresser une liste des polices utilisées (et de les communiquer au flasheur), d'exporter un document au format PDF, plus simple pour les échanges de fichiers, ou de créer des pages Web. Ces deux logiciels assurent en outre la création de tableaux : le créatif peut désormais les importer sous format Excel, les modifier, y insérer des illustrations, etc.

L'avis de l'utilisateur : Butaïna Atallah, maquettiste à L'Agence

« Je travaille sur la version 4.1 de XPress, mais les futures évolutions du logiciel me semblent intéressantes, surtout en ce qui concerne les calques, qui ne seront plus en option comme c'est le cas sur la version que j'utilise. C'est un vrai atout : lorsque nous réaliserons des catalogues en plusieurs langues, nous pourrons travailler indifféremment sur la version française ou anglaise du document, en superposant simplement les blocs pour, par exemple, les caler. Le logiciel calculera automatiquement l'encombrement de chaque bloc, en anglais ou en français. Le mode de changement automatique des langues sera également très pratique et nous évitera de commettre des erreurs puisqu'il ne sera plus nécessaire de connaître les langues, le logiciel respectant les césures linguistiques ou leur absence, comme c'est le cas en anglais. De même, l'outil de création ou d'importation de tableaux facilitera la réalisation des rapports annuels. Cela peut nous faire gagner beaucoup de temps. »

PrintChannel : L'impression à la carte

Avec le système proposé par la jeune entreprise PrintChannel.com, le donneur d'ordre peut commander en ligne ses imprimés. Ce produit, dont la licence est disponible à partir de 20 000 euros, a été conçu pour les imprimeurs, qui le mettent ensuite à la disposition de leurs clients qui ont accès sur le Web à leur catalogue de documents. Ils peuvent alors commander à loisir et vérifier l'épreuve directement sur le Net. Le fichier est ensuite transmis à l'imprimeur qui, grâce au tableau de bord proposé avec l'application, peut gérer ses commandes et définir son planning.

L'avis de l'utilisateur : Christian Devambez, PDG de l'imprimerie Soregraph

« De plus en plus de clients, comme Total ou General Electric, sont séduits par PrintChannel. C'est logique, puisque ce système supprime beaucoup de paperasserie, notamment les bons à tirer imprimés (BAT). Nos clients gagnent du temps puisqu'ils visualisent directement sur le Net les documents à imprimer et n'ont qu'à valider en ligne le BAT. Il nous suffit de prédéfinir un catalogue d'imprimés récurrents : cartes de visite, plaquettes, affichettes, cartons d'invitation, etc. Tous ces documents peuvent être personnalisés directement par le client qui modifie les noms ou adresses, ou change les images... C'est vraiment à la carte et nous n'avons plus qu'à imprimer ! »

Platinum : Une presse pressée

Lancée en novembre dernier, la nouvelle presse de la société Indigo, baptisée Platinum, fonctionne comme une imprimante de bureau, mais elle est beaucoup plus puissante. Elle assure l'impression de documents directement depuis l'ordinateur : plus de plaques ni de films, le résultat est immédiat. De plus, on peut y insérer des données variables, très utiles pour le marketing direct : en fonction du prospect, le texte ou les images peuvent être changés pour chaque exemplaire. Son débit est très rapide (2 000 A4 en une heure, par exemple) pour une très haute qualité d'impression. Pour le moment, seuls quelques imprimeurs sont équipés de cette machine, qui est vendue 200 000 euros, mais certaines agences de communication ne devraient pas tarder à suivre leur exemple.

L'avis de l'utilisateur : Michel Grand, directeur de Picture Perfect, studio de création et imprimerie numérique

« Dans notre métier, nos clients n'ont jamais le temps ! Nous réalisons, par exemple, des cartes pour des mannequins, à partir de leurs dernières photos. Elles en ont besoin très rapidement : du studio où nous travaillons les images à la livraison des cartes imprimées, le délai est de 24 à 48 heures. Avec la Platinum, nous évitons l'étape de la photogravure : nous imprimons directement le bon à tirer à partir du fichier, qui correspond fidèlement à la série imprimée. Nous gagnons au moins une journée. »

Envoyer par mail un article

Dix nouveautés au banc d'essai

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.