Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Dans la cour des clubs

01/02/2002

Les groupes médias sont de plus en plus présents dans le capital des clubs de football. Et pas seulement pour l'amour du jeu... Les exemples de Pathé, Canal +, M6 et Socpresse.

Depuis quelques mois, les joueurs de l'Olympique lyonnais ne portent plus sur leur maillot le logo de Pathé.« Trop cher pour nous »,a estimé Jérôme Seydoux, PDG du groupe audiovisuel. Les bons résultats sportifs de l'OL ont amené Pathé, qui détient une minorité de blocage dans le club, à retirer son parrainage. Mais l'essentiel est acquis :« L'utilisation du maillot de l'OL a favorisé la visibilité du nouveau logo de Pathé et nous a permis, en même temps, de nous faire un nom dans le sport »,expliquait en décembre 2001 Jérôme Seydoux dansMatchMag,le journal du club. Avant son entrée dans l'OL, en mars 1999, Pathé avait racheté AB Sports - chaîne thématique rebaptisée Pathé Sport - et souffrait d'un déficit d'image dans un domaine qui a bien des ressemblances avec le cinéma :« Le football fonctionne en Europe comme Hollywood dans la culture américaine,explique Laurent Perpère, PDG du Paris Saint-Germain.C'est une industrie de l'"entertainment", avec des investissements à risques, comme les films, et des clubs qui sont créateurs de richesses, comme les studios de cinéma. »Selon Jérôme Seydoux, le parallèle ne s'arrête pas là : notoriété, vie d'artiste, disparité de salaires...« Je n'ai pas été dépaysé »,sourit-il.

Si le mariage n'est pas contre nature, est-il pour autant profitable ? Depuis qu'il a investi 15,3 millions d'euros pour acquérir 34 % de l'Olympique lyonnais, Pathé a pris soin de ne pas jouer les maîtres des lieux. Quand il assiste à un match au stade Gerland, Jérôme Seydoux s'ingénie à échapper aux journalistes pour ne pas faire de l'ombre au président de l'OL, l'industriel Jean-Michel Aulas, propriétaire du club avec 52 % du capital.« Il n'y a chez lui aucun interventionnisme »,confirme Olivier Blanc, directeur de la communication de l'OL. En revanche, Pathé apporte ses compétences audiovisuelles, comme le montre le lancement en octobre1999 d'OL TV, un programme sur le modèle d'OM TV, diffusé via Télé-Lyon-Métropole. Outre un intérêt en termes d'image de marque, Jérôme Seydoux espère y trouver son compte plus tard. Ne soutient-il pas Jean-Michel Aulas dans son combat pour rendre les clubs propriétaires de leurs droits TV ?« Quelqu'un qui possède une part du capital est au moins aussi bien placé qu'un autre pour récupérer ces droits »,observe Olivier Blanc.

Tout autre est la relation entre Canal + et le PSG, club détenu à 91 % par la chaîne cryptée. Laurent Perpère plaide pour une intégration à la grande industrie de loisirs de Vivendi Universal. Il n'a pas à se plaindre d'un actionnaire qui« accompagne l'évolution du PSG de façon plus compréhensive qu'un pur investisseur financier ».La preuve ? Canal + a accepté de réinvestir dans le club il y a deux ans alors que ses piètres scores faisaient, sur la chaîne, les délices desGuignols. Comme le note Laurent Perpère, il faut remonter à 1990, époque où le PSG cherchait un investisseur, pour saisir l'union scellée avec la chaîne :« Canal + fonde une grande partie de sa réussite sur le football,explique-t-il.Il est important pour la chaîne d'avoir de grands clubs et de grands joueurs. Car sans grand club dans la capitale, le championnat de France perd de son intérêt. »

M6 à l'offensive avec les Girondins

L'entrée de M6 dans les Girondins de Bordeaux s'inscrit plutôt dans une logique de développement. Quand la chaîne achète pour« pas grand-chose »le club en 1999 auprès de Jean-Louis Triaud et Jean-Didier Lange, elle s'engage à investir 18,3 millions d'euros via une augmentation de capital. Elle récupère un club dont l'exploitation est positive, des matchs amicaux à retransmettre sur son antenne nationale et un décrochage sur Bordeaux qui recueille 65 % de part d'audience. Surtout, c'est la stratégie offensive de M6 vers le football qui se voit confortée.« Nous sommes désormais assis à la table des négociations de la Coupe du monde,de la Champions'League, deTéléfoot, énumère Jean d'Arthuys, membre du directoire de M6.Et nous participons au conseil d'administration de la Ligue nationale de football, ce qui nous a permis de mieux négocier notre contrat sur TPS avec le championnat de France.Peu à peu, nous faisons notre éducation. »

La Socpresse, elle, trouve dans le FC Nantes l'occasion de redorer son blason face au groupe Ouest France.« Nous n'avons jamais été de grands communicants,explique Christian Coustal, PDG de Presse Océan.L'association des deux marques, FC Nantes et Presse Océan, rééquilibre notre image face à Ouest France. » Le quotidien régional profite du FC Nantes pour inviter ses annonceurs au stade, réaliser un journal du club avant chaque match et transformer un millier des 20 000 adhérents du club en abonnés. Champion de France l'an dernier, le FC Nantes donne moins satisfaction cette année. Mais il reste une arme face àOuest France,qui a installé ses panneaux jusque dans le stade de La Beaujoire...

Envoyer par mail un article

Dans la cour des clubs

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.