Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Médias : un pronostic réservé

Santé Vie doit faire ses preuves en 2002

08/03/2002

La télévision est plus facile d'accès que la presse. »Fort de ce constat, le groupe Lyonnaise-Dumez, à la demande de l'Assistance publique, avait lancé en mars 1990 Canal Santé. Diffusée sur le satellite et sur le câble, cette expérience de chaîne destinée aux médecins a tourné court moins de deux ans plus tard. Après avoir injecté plus de 12 millions d'euros pour moins de 5 000 abonnés, le groupe a préféré jeter l'éponge. Un précédent qui n'a pas découragé le groupe Lagardère de lancer en avril 2000 Santé Vie, qui reste aujourd'hui la seule et unique chaîne sur ce thème du paysage audiovisuel.« Nous avons démarré sur un créneau vierge »,se souvient son directeur, Hugues Durocher, qui visait alors non seulement le grand public, mais aussi les médecins, à qui deux tranches horaires (7 heures-9 heures et 23 heures-1 heures) étaient réservées.« Nous voulions être pour eux un outil de formation. Or, cette démarche n'avait pas de sens. Pour se former, les médecins, plutôt informatisés, ont recours à Internet. Ce dont ils ont besoin, c'est d'un espace de rencontres et de dialogue avec leurs patients, qui sont de plus en plus actifs et consuméristes »,analyse Hugues Durocher. Témoin les quelque 4 500 associations de patients qui ont fleuri en cinq ans. Par ailleurs, la partie grand public était certes crédible, mais« très austère, trop concrète »,admet Hugues Durocher, qui cite en exemple les opérations filmées en direct qui pouvaient choquer.

Une grille plus lisible

Ce qui a conduit Santé Vie à changer son fusil d'épaule. Depuis septembre 2001, les programmes destinés aux médecins ont été totalement abandonnés, au profit d'une extension de la diffusion (7 heures-3 heures) et d'une réorientation de la grille sur le grand public.« Nous avons accentué le côté papier glacé façonTop Santé»,résume Hugues Durocher. Davantage de magazines, des talk-shows, une ouverture à la beauté, la forme, la diététique - public majoritairement féminin oblige- et même du « people », le tout sur un ton« rassurant et positif ». Une réorientation qui a, assure-t-on, porté ses fruits. Sur Noos, où elle est présente depuis septembre, Santé Vie est passée de 14 000 abonnés fin novembre 2001 à 35 000 fin janvier 2002.« Et ce n'est qu'un début »,déclare Hugues Durocher, qui annonce le lancement d'un nouveau site Internet en avril et de nouveaux changements en septembre prochain, pour rendre la grille encore plus lisible.

Mais l'objectif,« prioritaire et urgentissime »,est de développer la distribution de la chaîne, insiste son directeur. De fait, Santé Vie peut pâtir de sa distribution en numérique. Créditée d'une audience modeste (1,2 million d'individus de 4 ans et plus en couverture semaine) par les premiers résultats de MediaCabsat en août dernier, elle aborde la seconde vague de résultats, attendus le 12 mars,« avec un mélange d'optimisme et d'inquiétude ».Bientôt libérée de son contrat d'exclusivité avec CanalSatellite, la chaîne va négocier une reprise sur TPS.« Il faut aussi augmenter les sources de revenus »,poursuit Hugues Durocher. La publicité traditionnelle ne suffisant pas, Santé Vie a lancé du téléachat, produit en interne, et finalise actuellement des partenariats de coproduction avec des institutionnels acteurs de la santé, comme la Caisse nationale d'assurance-maladie.

Contrainte de réduire son budget annuel (5,6 millions d'euros en 2002 contre 6,8 millions en 2001), Santé Vie doit désormais prouver au groupe Lagardère sa viabilité et se donne encore trois années pour y parvenir. Pour 2002, elle a l'obligation de dégager un chiffre d'affaires compris entre 2,3 et 3 millions d'euros. Une ouverture du capital, dans le courant de l'année, est également à l'étude. Pas de doute, 2002 sera une année vraiment décisive pour la chaîne Santé Vie.

Envoyer par mail un article

Santé Vie doit faire ses preuves en 2002

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.