Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Médias : un pronostic réservé

Les sites médicaux en quête de rentabilité

08/03/2002

Eurimed, Interactive Santé, Medisite... La liste des sites médicaux ayant cessé leur activité ou en quête de repreneur donne une idée de la purge subie, en un an, par le secteur. Premier problème rencontré : la cible.« Le grand public n'est pas prêt à payer pour des informations médicales sur le Web,juge Stéphanie Marc, directrice marketing de Medisite.Et la publicité ne suffit pas pour vivre. »La concentration a cependant permis à certains de tirer leur épingle du jeu. Racheté en septembre 2001 par Medcost, Web agency spécialisée dans le secteur médical, Doctissimo affiche quelque 300 000 visiteurs uniques par mois.« Notre modèle économique est fondé à 100 % sur la publicité,indique Cédric Tournay, directeur général de Medcost.Mais notre rentabilité s'établit à un peu plus d'un million d'euros de chiffre d'affaires par an, ce qui est peu. Nous pensons parvenir à l'équilibre dès la fin de cette année. »

Dans cet univers, ce sont les grands groupes de presse médicale qui réussissent le mieux. Vivendi Universal Publishing aligne un réseau rentable de sept sites (quotimed.com, le site duQuotidien du Médecin,le generaliste.fr, celui duGénéraliste,atmedica.com, site de services pour les professionnels, etc.).« Jusqu'en juin 2001, atme dica.com évoluait séparément,rappelle Sébastien Lanza, directeur des opérations duQuotidien du médecinet d'Atmedica.Mais il perdait trop d'argent. En le réintégrant dans le réseau, nous avons réduit les coûts liés au marketing et à la production de contenu. »Les sept sites, qui revendiquent une audience totale de quelque 100 000visiteurs uniques par mois, tirent leurs revenus de l'e-pub bien sûr (bannières, boutons, etc.), mais surtout du sponsoring, de l'e-mailing, des publi-rédactionnels, de la vente de contenu et de la commercialisation d'enquêtes et sondages.

Challenger de VUP, JB Baillière Santé affiche deux sites : 33docavenue, destiné au grand public, qui revendique plus de 42 000 visiteurs uniques par mois, et 33docpro, pour les professionnels, qui totalise 25 000 visiteurs mensuels.« Notre activité Internet n'est pas rentable en soi,reconnaît Hervé Barkatz, directeur des activités Internet du groupe.Mais JB Baillière Santé, qui intègre totalement les deux sites, a gagné 3,4 millions d'euros avant impôts en 2001. »Quant au groupe Impact Médecin, il se retrouve sans fenêtre sur le Web, depuis la mise en liquidation de son partenaire, Medisite, qui lui achetait du contenu. De quoi lui donner des envies d'acquisition ?

Envoyer par mail un article

Les sites médicaux en quête de rentabilité

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.