Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Socpresse : Une restructuration en bonne voie

24/05/2002

Après les groupes Le Point, propriété de François Pinault, et Desfossés International (Bernard Arnault), la Socpresse rejoint le club restreint des groupes de presse alliés aux grands industriels français. Avec un chiffre d'affaires de 1,22 milliard d'euros, l'éditeur duFigaro, de ses satellitesFigaro magazineetMadameFigaroet de nombreux quotidiens régionaux, a cédé, en janvier 2002, 30 % de son capital au holding familial de Serge Dassault, suscitant aussitôt de nombreuses réactions, à l'extérieur comme au sein même du groupe.« Il n'y a rien à changer dansLe Figaro.C'est un très bon journal »,a rassuré Serge Dassault dansLe Monde.

Le montant de la transaction est demeuré secret. Mais tout laisse penser que le ticket d'entrée proposé à l'avionneur a été élevé. Peu importe, le fils de Marcel Dassault, l'ancien propriétaire deJours de France, réalise là un vieux rêve et ne se prive pas de préciser qu'il serait disposé à monter encore au capital si l'opportunité s'en présentait. Cette arrivée a précipité la sortie de Carlyle, parti dès le mois de mars 2002 avec une confortable plus-value. Le fonds d'investissement américain était entré en juin 1996 au sein de Figaro holding à hauteur de 4,9 %. Préparée depuis des mois par Yves de Chaisemartin, PDG de la Socpresse, en lien avec la famille Hersant, désormais propriétaire à 70 %, l'arrivée de Dassault a assaini la situation financière en comblant la lourde dette qui plombait le résultat net du groupe depuis des années.

Auparavant, en janvier 2002, le groupe avait lancé une nouvelle formule duFigaro magazine, sous la houlette de son nouveau directeur général, Patrick de Carolis, afin de relancer une diffusion en légère érosion en 2001 (- 0,5 %). Dans la foulée, la Socpresse a éteint un important foyer de pertes en fusionnantVersion femme, son supplément féminin à la presse quotidienne, avec celui d'Hachette Filipacchi Médias,Femina hebdopour formerVersion femina. La rentabilité est attendue dès cette année, alors queVersion femmeperdait 4,1 millions d'euros en 2001. Reste désormais à réduire les déficits chroniques de certains titres de province, commeNord éclair,Le Progrès de LyonouLe Dauphiné libéréet à organiser l'ensemble. Dans son rapport annuel, le cabinet comptable Secafi-Alpha fustigeait l'absence de synergies commerciales et industrielles au sein du groupe. Ce sera notamment la mission de Denis Huertas, ancien PDG duDauphiné libéré, nommé le 1er janvier 2002 directeur général adjoint de la Socpresse.

Envoyer par mail un article

Socpresse : Une restructuration en bonne voie

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.