Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

REPÈRES

Entrez, c'est gratuit

21/06/2002

Les dimanches gratuits ont renouvelé partiellement le public des musées. Mais ces lieux de culture sont encore boudés par toute une frange de la population.

Certains visiteurs du dimanche gratuit arrivaient au Louvre avec leur pique-nique. Nous avons imaginé des espaces de détente pour les accueillir. Nous leur avons appris le musée. »Il n'y a aucun mépris dans la voix de Claude Fourteau, chargée de la politique des publics au Louvre, lorsqu'elle évoque ces « drôles » de touristes. Au contraire, elle montre avec fierté ses dernières statistiques. Celles-ci révèlent que la gratuité pratiquée le premier dimanche de chaque mois depuis 1996 a incité des Français d'origine modeste à franchir le pas.« Depuis cinq ans, nous accueillons deux fois plus d'ouvriers et d'employés les jours où l'accès est offert. Quant aux étudiants parisiens de plus de 18ans, leur nombre est multiplié par cinq», précise Claude Fourteau.

Pas d'élan populaire

Cette journée gratuite est devenue un rendez-vous initiatique indispensable. Elle est pourtant difficile à généraliser.« La ville de Paris a relancé le débat en décidant l'entrée libre aux collections permanentes. Mais, à l'échelle de la nation, supprimer le paiement au guichet représenterait un manque à gagner de 80 millions d'euros, ce qui est énorme »,estime Françoise Wasserman, chef du département des publics à la direction des musées de France. Elle est la première à le regretter : la hausse de fréquentation des musées de 6 % en 2000(1) est due aux amateurs traditionnels. Année après année, 65 % des cadres prennent le temps d'au moins une visite, contre 34 % des employés et 23 % des ouvriers. Sur les 54,5 millions de visiteurs, 52 % sont des Français de plus de 26ans, en majorité des cadres, professions libérales et enseignants, 34 %, des touristes étrangers de plus de 26ans et 14 % des jeunes (plus de 18ans), toutes nationalités confondues.

Les données du Louvre et du musée d'Art moderne de Lille Métropole (2) fournissent un panorama encore plus précis. Les visiteurs sont à 58 % des femmes. Hors groupes scolaires, plus de la moitié des déplacements se font en famille, 20 % entre amis et 22 % en groupe organisé. Les personnes interrogées se sont déclarées actives à 60 %, élèves ou étudiantes à 25 % et retraitées à 10 %. Il y a 50 % de primovisiteurs, l'autre moitié connaissant déjà les lieux. Tous restent en moyenne 3 h 30 sur place. Au musée de Lille, emblématique de la décentralisation, femmes, cadres supérieurs, professions libérales et enseignants sont également les mieux représentés ; 65,5 % viennent des alentours, 20 % des autres régions françaises et 14,5 % de l'étranger, pour des visites qui ne dépassent pas une heure.

« À partir des années quatre-vingt, l'État a formidablement investi dans les musées, avec la création de Beaubourg, d'Orsay, de la Cité des sciences et du nouveau Louvre. Malgré cet effort, le changement de public est faible »,analyse Claude Fourteau. L'introduction du marketing n'a pas modifié la donne. Certes, les grandes expositions battent des records de fréquentation. Lille a enregistré 113 000visites en 1999 lors de l'expositionAnnées cubistes,contre 76 000 en 2000. Le musée des Beaux-Arts de Nancy a attiré 294 000personnes en 1999 pour son inauguration, mais seulement 114 000 l'année suivante. Les stratégies de ciblage du Louvre ont été récompensés. 14 000étudiants possèdent la carte Louvre jeune, qui leur ouvre les portes pendant un an pour 15 euros. 64 000amateurs sont adhérents à l'association des Amis du Louvre. Mais on ne peut pas parler d'élan populaire.

L'espoir des 35 heures

Les spécialistes attendent donc beaucoup des 35 heures. Pourquoi ne pas lancer des offres couplant transport, hôtellerie et ticket d'entrée ? Jean Viard, sociologue et directeur de recherche au CNRS, s'interroge :« Il est vrai que les 35 heures favorisent le déplacement des personnes. Mais beaucoup de foyers consacrent ce gain de temps à des tâches courantes : les courses, la garde des enfants, ou le bricolage. »

(1) L'année 2001 n'est pas révélatrice, puisque les attentats du 11septembre et les grèves répétées du personnel des musées, dans le cadre des 35 heures, faussent les résultats. Les chiffres proviennent de 275musées. (2) Toutes les données mélangent les visiteurs français et étrangers.

Envoyer par mail un article

Entrez, c'est gratuit

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.