Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

REPÈRES

Les célibattants

21/06/2002

Contrairement aux idées reçues, il y a davantage de jeunes hommes célibataires que de jeunes femmes. Portaits.

Brun ténébreux aux yeux verts, Bruno, 34ans, consultant en marketing, vit seul dans un charmant duplex mansardé sur la butte Montmartre.« L'appart est petit, 35 m2, mais je n'ai pas besoin de beaucoup d'espace, je suis célibataire »précise-t-il. 22 sur 20 pour la déco, très design et chaleureuse à la fois. Le blanc des murs a disparu derrière une petite dizaine de toiles et lithographies signées Ben ou Jean-Michel Basquiat achetées au prix fort, entre 6 000 et 30 000 francs. Dépenses qu'il peut se permettre« parce que les achats utilitaires d'une grande famille comme celle de ma soeur qui a trois enfants (vêtements, fourniture pour la rentrée des classes, etc.) sont inexistants, quand on est célibataire »répète-t-il. Sous la table sont cachées des haltères et une barre fixe, pas très loin du vélo d'appartement coincé derrière le canapé. Sur la même table trône un service d'assiettes carrées très tendance car Bruno reçoit trois couples d'amis ce soir. Seul hic à ce parcours sans faute : la terrine de saumon a été cuisinée par sa mère, et l'agneau acheté déjà rôti chez son boucher.

Bruno réunit à lui seul les grandes caractéristiques (à l'exception de la déco...) du nouveau célibataire : il loue un petit appartement, dépense pour se faire plaisir, ne cuisine pas mais se muscle. Bonne nouvelle pour les filles ! Des garçons dans son genre, il y en a à la pelle... Sur les 7,4 millions de personnes qui vivent seules en France, la dernière enquête de l'Insee recense plus d'hommes que de femmes entre 30 et 50 ans, avec un déséquilibre maximum à la quarantaine où ils sont deux fois plus nombreux ! Ce n'est qu'à 51 ans que l'équilibre est atteint. Au-delà, le phénomène s'inverse : les hommes s'installent en couple plus facilement que les femmes, et souvent avec une partenaire plus jeune. En résumé, sur dix hommes vivant seuls, on trouve six jeunes célibataires, trois divorcés ou séparés, et un veuf.

La plupart résident en ville (43 % contre 28 % pour la population totale). Le célibat, autrefois réservé à ceux qui n'avaient pas le choix, est de manière générale en augmentation sur toutes les tranches d'âges. Ce n'est plus une situation marginale qui touche une petite catégorie de personnes. Entre les célibataires longue durée et les couples qui se séparent, tout le monde vit désormais une ou plusieurs séquences en solo. Comment en est-on arrivé là ?

D'abord, les hommes restent très longtemps chez papa-maman : 71 % des 20-23 ans (contre 51 % des femmes) vivent encore chez leurs parents. Et une fois partis pour s'installer en solo, ils s'accrochent à leur célibat. À la question : « Pour quelles raisons selon vous les jeunes se marient moins qu'il y a vingt ans ? », les 18-24ans répondent « le désir de ne pas s'engager trop vite » à 44 % et « l'attrait pour les formules où l'on est plus libre de se séparer » à 36 %. Selon Christine Castelain -Meunier, une sociologue du CNRS qui travaille sur l'identité masculine,« cette envie de n'avoir aucun compte à rendre témoigne de la difficulté à vivre avec quelqu'un, à être dans le relationnel ».De son côté, le sociologue Jean-Claude Kaufmann rappelle une autre réalité : les hommes célibataires n'ont pas le même rapport au temps que leurs homologues femmes, ils n'ont pas la pression de l'horloge biologique. Ils ont l'illusion qu'ils ont tout leur temps, et au final ont des difficultés à tourner la page. Accros au célibat, ces hommes ont décidé de s'assumer seuls, d'être autonomes. D'où les conseils des revues masculines typeFHMouMen's Healthpour se prendre en charge, faire à manger pour les copains, se préparer un bon petit-déjeuner, etc. Parce qu'il faut les aider, ces « solobataires » ! Ils sont perdus. Ils ne veulent plus s'identifier aux valeurs des générations masculines précédentes qui étaient celles de la performance, de la réussite professionnelle ou de l'argent, autant de contraintes trop lourdes. Aujourd'hui, ils cherchent de nouveaux repères.« Cette génération est dans la redéfinition du masculin avec pour objectif de se dégager des contraintes qui jusqu'à présent la caractérisaient »remarque Christine Castelain-Meunier.

Ainsi, un nouvel esprit se développe chez les hommes célibataires de 18 à 34 ans, caractérisé par l'attrait de la nouveauté et le rejet du conventionnel (source Cofremca 1998). D'autres aspirations font également surface, préemptées jusque-là par les femmes : le besoin de vivre ses émotions, le néo-romantisme ou la nécessité de réenchanter le quotidien, et enfin une plus grande attention sur soi. Cette dernière tendance a d'ailleurs trouvé un écho considérable : seule aspérité identitaire, la plastique masculine est devenue la garante du nouveau genre célibataire.« Dans une société de communication et d'images, avoir un corps très masculin dispense de longs discours sur son identité. L'enveloppe corporelle est vécue comme un outil de la distinction »,ajoute Christine Castelain-Meunier. D'où le succès de produits censés avoir un impact sur le corps. Pour 85 % des hommes, il est « important de prendre soin de sa peau » (source SIMM 2001). Mais si le corps devient objet de soins, c'est seulement à partir de préoccupations masculines, non par mimétisme par rapport aux femmes. Nickel, la première marque à avoir ouvert un institut exclusivement pour hommes, ne propose pas de masque antirides mais des soins « gueule de bois », « bonne mine » ou « poignées d'amour »... Dans l'éditorial deMen's Healthdu mois de juin, Jean-Pierre Saccani, rédacteur en chef du magazine, reprend la question récurrente qui l'énerve :« N'est-ce pas une forme de dictature d'exiger que tout le monde soit beau et musclé ? »Ce à quoi il répond :« Qui manifesterait l'envie d'être gros, gras, laid et stupide ? »

Ce souci de la « forme physique » s'accompagne de la recherche du résultat immédiat, du plaisir sans l'effort, ce marketing du « tout de suite » qui se retrouve à la une de la presse masculine (« Du muscle en 4 semaines. »).Mais si l'apparence physique est travaillée, l'hygiène de vie est négligée et inférieure aux hommes vivant en couple. Consommateurs de plats congelés, de pizzas ou de pâtes, ils ne mangent pas plus équilibré au restaurant et dorment peu car sortent beaucoup, entre autres au cinéma (deux fois plus que les hommes mariés). Attention les filles, les muscles et le teint bonne mine sont trompeurs. Autre raison pour ne pas trop vous emballer, ils préfèrent toujours les grandes blondes aux yeux bleus...

Envoyer par mail un article

Les célibattants

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.