Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

REPÈRES

In English, s'il vous plaît !

21/06/2002

La langue anglaise est omniprésente dans les médias. Pourtant, elle reste mal maîtrisée par la plupart des Français. Une situation qui évolue avec la nécessité de pratiquer l'anglais au travail.

Au cinéma, à la radio, sur Internet... Les Français ont l'habitude de lire et d'entendre de l'anglais partout. Au point qu'en avril dernier,Le Monde, un quotidien de référence, s'est permis de lancer un supplément hebdomadaire en partenariat avec leNew York Times.« Une sélection des articles de la semaine écoulée sur douze pages en VO », pavoisait alors le journal, qui avait déjà publié durant une semaine une page en anglais issue du quotidien new-yorkais, après les attentats du 11 septembre. À cette époque, précise encoreLe Monde, les lecteurs se sont déclarés intéressés par cette page à 93 % et 63 % d'entre eux l'ont lue, ne serait-ce qu'en partie.

Le lectorat du quotidien est cependant loin d'être représentatif de l'ensemble de la France. Selon la Sofres, 50 % des lecteurs duMondefont la démarche de lire des magazines ou des livres en anglais. À l'échelle du pays, aucune étude récente n'est disponible mais, d'après l'enquête sur les langues étrangères en France réalisée par l'Insee en 1998,« l'anglais est la langue la mieux connue, et pourtant, près des deux tiers (64 %) des personnes de quinze ans et plus de langue maternelle française disent n'avoir aucune notion utilisable dans cette langue ».

C'est le paradoxe français. D'un côté, 95 % des élèves apprennent l'anglais et sa prépondérance en tant que première langue continue de s'affirmer, selon le ministère de l'Éducation nationale. De l'autre, plus de la moitié des Français ayant appris cette langue continuent de se dire incapables de tenir une conversation avec un anglophone. Signe d'un échec de l'enseignement des langues ? Pas sûr. Les notions de langues étrangères sont d'autant plus utilisables que la fin de la scolarité est récente, indique en effet l'Insee.« Moins de dix ans après la fin de leur cursus scolaire, environ le tiers des anciens élèves (32 %) estime n'avoir aucune notion utilisable dans quelque langue étrangère que ce soit. Après dix ans, cette proportion passe à 40 % et après vingt-cinq ans, à plus de 50 % ». Plus les études ont été longues et plus les bases paraissent solides.« Dans les dix ans qui suivent la fin de leur scolarité, 79 % des personnes ayant un niveau inférieur au certificat d'études et 48 % de celles titulaires au plus d'un BEPC pensent avoir déjà oublié ce qu'elles ont appris. Au cours de la même période, seulement 31 % des titulaires d'un baccalauréat et 10 % des diplômés du supérieur oublient l'enseignement reçu. »

La mobilité aidant, le nombre de Français maîtrisant mieux et plus longtemps l'anglais est cependant en train d'augmenter.« Le nombre annuel de séjours à l'étranger a été multiplié par 3,1 en trente ans. Ce développement a vraisemblablement contribué à habituer un peu plus chaque génération à la pratique des langues étrangères »,indique encore l'Insee. Les Français sont aujourd'hui motivés par la nécessité professionnelle de maîtriser l'anglais, qui est désormais la langue de l'Europe et du monde des affaires.« Selon les sociétés de recrutement, les salariés qui parlent anglais, que ce soit dans des usines ou des bureaux, peuvent souvent prétendre à des salaires de 25 à 35 % supérieurs à ceux qui ne maîtrisent pas cette langue. Plus encore, ils ont accès à des postes plus élevés, auxquels les non-anglophones ne peuvent plus aspirer »,affirme l'hebdomadaire économiqueBusiness Week, qui a consacré l'an dernier une enquête à l'anglais en Europe.

Les formations pour adultes en pleine croissance

D'où le succès croissant des formations pour adultes, qui enregistrent une hausse continue ces dernières années. Les Berlitz, Telelangue ou Wall Street Institute ont néanmoins encore une large marge de progression, puisque« seul un actif sur cent a suivi une formation en langue étrangère dans les douze mois qui ont précédé l'enquête de l'Insee, ce qui ne représente que 3 % de l'ensemble des formations suivies pendant cette période ».

Certaines publications en anglais profitent aussi de la mondialisation économique. Ainsi, 85 % des acheteurs deNewsweeken France sont des patrons français souhaitant avoir des informations complémentaires à celles qu'ils trouvent dans la presse nationale.

Envoyer par mail un article

In English, s'il vous plaît !

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W