Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Famille anglaise à Paris

01/11/2002

Debbie et Jeremy Macklin vivent en région parisienne depuis six ans. Avec leurs deux enfants, ils se sont concocté un mode de vie franco-britannique où la baguette de pain voisine avec le pot de Marmite.

La famille Macklin au grand complet est installée sur les fauteuils fleuris de sa maison de Saint-Germain-en-Laye : Debbie, son mari Jeremy, dit Jerry, et leurs enfants blonds comme les blés, Hugo, dix ans, et Fiona, huit ans et demi. Passant de l'un à l'autre, Elsa, un labrador de huit mois, piaffe pour aller se promener. Comme la plupart des couples britanniques avec enfants en région parisienne, les Macklin ont choisi de s'installer dans cette bourgade cossue en bout de ligne du RER A pour être proches du lycée international. Les enfants suivent une scolarité normale en français, complétée par deux demi-journées en anglais. Ces petits globe-trotters, nés au Japon au gré d'une affectation précédente de leur père, maîtrisent parfaitement les deux langues.

Outre l'éducation, c'est aussi l'atmosphère de village qui a séduit Debbie et Jerry :« Ici, il y a un marché, un château avec un parc, la maison a des fenêtres et un carrelage typiquement français. Cela correspondait à notre idée de la France »,témoignent-ils. Leur intérieur a des allures de maison de campagne, avec son mélange de meubles gallois, français et bavarois. Les Macklin se sont vite habitués à la vie locale :« Au début, je me demandais vraiment pourquoi les gens faisaient la queue à la boulangerie,explique Jeremy.Puis j'ai compris que cela valait la peine de patienter pour avoir du meilleur pain. »Le chef d'entreprise a aussi appris à marier le fromage avec le vin et n'imagine pas un petit déjeuner sans croissants ni baguette. Son travail - il est directeur général d'une filiale de fabricant d'engrais -, l'amène à écouter France Info, et les Macklin se sont récemment abonnés auMonde. Mais ils vivent surtout au rythme des médias britanniques.« Ce qui me manque le plus ici, c'est la BBC,avoue Debbie.J'aime écouterToday, le programme du matin sur Radio 4, mais la réception est mauvaise. On reçoit BBC World sur le câble, mais ce n'est pas le vrai programme de la BBC. »

Le générique deQui veut gagner des millions ?qui parvient de la cuisine en fond sonore confirme que les enfants ont facilement adopté la télévision française.« Mais ils sont sans doute moins exposés au marketing qu'en Angleterre, car leurs camarades de classe n'ont pas les mêmes références culturelles »,assure Debbie, qui vient de passer l'examen pour être professeur d'anglais.

S'ils ont peu vécu en Grande-Bretagne, les Macklin en ont tout de même conservé quelques traditions. Les voyages au pays sont l'occasion d'un ravitaillement en Marmite (une pâte de levure au succès incompréhensible pour les non-initiés), en « pork pies » (tourtes au porc), en « wine gums » (bonbons gélatineux au goût de fruits), chips Walkers et menthes Polo (celles avec un trou au milieu) pour les enfants, et en dentifrice Macleans pour Jeremy. Heureusement, le Monoprix de Saint-Germain s'est adapté à la population locale, et l'on peut facilement trouver du thé Twinings Earl Grey et les produits Fortnum&Mason, la célèbre épicerie de luxe londonienne. Finalement, mis à part la bureaucratie et une certaine impatience des Français à l'égard de ceux qui ne maîtrisent pas parfaitement leur langue, les Macklin se sentent plutôt bien dans ce pays. Et si la nostalgie des vrais pubs se fait trop forte, ils ne sont qu'à quelques heures de l'Angleterre par Eurostar ou Easy Jet.

Envoyer par mail un article

Famille anglaise à Paris

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.