Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ouest France : la culture du terroir

15/11/2002

Le premier quotidien français a mis sur pied un réseau qui ne néglige aucun média dans le Grand Ouest.

C'est officiel, Ouest France s'allie avec TF1, le Crédit agricole de Bretagne et le groupe Mediaset de Silvio Berlusconi pour soutenir TV Breizh dans sa tentative de décrocher une fréquence de télévision analogique à Nantes. À en croire son président, François-Régis Hutin, le groupe s'engage dans cette aventure par devoir :« Il faut considérer le dynamisme nantais, son importance culturelle... Nous sommes devenus le premier journal de la ville, nous voudrions soutenir ce développement. »Avec ses 700 000habitants, l'agglomération est le premier marché publicitaire du Grand Ouest et, dans la corbeille de mariage, Ouest France emporte en dot la régie locale et régionale de la chaîne bretonne.

Réalisme économique

Les valeurs sociales et humanistes d'Ouest France s'accommodent depuis longtemps du réalisme économique. En 1967, quand le quotidien a acquis 50 % duCarillon, au Mans, il s'agissait déjà de conserver le marché des petites annonces, en train d'échapper à la presse d'information. Le même raisonnement a entraîné la reprise de Spir en 1991, qui s'est affirmé depuis comme le premier pôle français de journaux gratuits avec 160hebdomadaires, 51magazines thématiques, une filiale de distribution d'imprimés, Adrexo, et un chiffre d'affaires équivalent à celui du quotidien rennais. Mieux, Spir reste un vaisseau autonome : son président, Philippe Léoni, a gardé ses prérogatives, la société est cotée en Bourse et son métier la range à part. En mars dernier, c'est Spir, et non Ouest France, qui a lancé le gratuit20 Minutes,appuyé par le norvégien Schibsted. Certains journalistes ont commencé à s'inquiéter.« Nous émettions des réserves,reconnaît un délégué syndical.Mais, aujourd'hui, il n'y a pas à rougir de ce qui est fait sur le plan journalistique. »Ce qui ne l'empêche pas de s'interroger sur un changement de culture :« Pendant longtemps, le quotidien était au coeur du dispositif. Aujourd'hui, nous avons l'impression que les moyens sont devenus une fin en soi. »

Car la diversification du groupe est toujours présentée comme une stratégie de défense.« En 1989, nous avons repris le quotidienLa Presse de la Manchecontre Hersant,raconte François-Régis Hutin.Des hebdomadaires concurrents se tournaient vers nous alors qu'ils étaient sollicités par d'autres. Nous leur garantissions le respect de leur ligne éditoriale et une concurrence loyale avec nous. »Résultat, Ouest France possède désormais 38hebdomadaires d'information, soit 350 000 exemplaires chaque semaine. Le pôle Publihebdos a même doublé de volume en 2001. Ouest France n'hésite plus à se risquer hors de son territoire. La reprise récente du groupe Méaulle lui a ouvert les portes de la Haute-Normandie et la Picardie. Et les 35 000 exemplaires deLa République de Seine-et-Marne,rachetée en septembre 2001, lui offrent une position en région parisienne.

Pas un seul carré laissé en friche

L'autonomie est une règle valable autant pour la rédaction que pour la publicité.« Chaque ligne d'activité a sa force commerciale,insiste Philippe Toulemonde, gérant de la régie du groupe Précom.Les synergies se font au niveau des ressources humaines ou de l'informatique, mais sans échange de fichier clients ou prospects. »Sur les 175 millions d'euros de chiffre d'affaires de Précom, la part de la publicité pour le quotidien et ses suppléments n'est plus que de 113 millions. Précom a mis en place une dizaine de filiales. Europe Régie Ouest travaille pour Hit West, le réseau de radios lancé il y a un an pour fédérer les stations du groupe dans quinze villes de l'Ouest. Précom Sport commercialise les produits publicitaires du Football club de Lorient. S'y ajoutent une société d'enseignes et de signalétique, une agence de conseil et la commercialisation d'affichage avec 2 800panneaux.

Parmi les nouvelles activités de Précom, Internet a généré 1,3 million d'euros en 2001 en bannières publicitaires et petites annonces. Les quatre sites (immobilier, affaires, emploi et automobile) accueillent 40 000petites annonces en ligne. Regroupée au sein d'Ouest France Multimédia, l'édition Internet est connue pour ses city-guides maville.com, qui bénéficient de l'apport rédactionnel du quotidien, limité à quelques articles, car il faut s'abonner si l'on veut tout lire. Il y a un an, le journal a lancé ouestfrance-enligne.com, un service d'archives et de contenus personnalisés par mots clés qui compte une centaine d'abonnés professionnels. Ouest France Multimédia déploie des activités dans les logiciels pour les offices de tourisme, l'intranet et l'extranet, les bornes d'accès, etc. L'ensemble a dégagé un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros en 2001 et un résultat« légèrement positif, grâce à une stratégie toujours très prudente »,selon son directeur, Christian Philibert. Une prudence qui n'interdit pas l'expérimentation, puisque Ouest France a lancé le 1er octobre dernier Maville TV à Nantes, une chaîne de Web-TV dotée d'un budget de 600 000 euros.« Nous allons proposer aux entreprises une offre de tournages de films institutionnels,explique Jean-Luc Jouny, directeur de Maville TV.Une autre ressource passera par l'enrichissement des offres d'emploi avec de petits films sur l'entreprise. »

Dans sa passion à cultiver son terroir, Ouest France ne laisse pas un carré en friche. Sponsor de centaines d'événements régionaux, le groupe est aussi coorganisateur du Spi de La Trinité, du Cross du Mans, de la Rando de Redon ou encore du Grand Prix cycliste de Plouay.« Nous n'en faisons pas des centres de profits, mais nous évitons d'en faire des centres de pertes »,commente Philippe Toulemonde. Le groupe est aussi partie prenante de deux salons à Rennes, Ludomania et Top-recrutement. La maison d'édition Édilarge compte 1 600titres au catalogue. Et quand d'autres rêvent de conquêtes mondiales et de nouvelles technologies, Ouest France lance de petits suppléments hebdomadaires d'information ultra-locale. La« mission d'information »du groupe rennais finit par prendre les allures d'un filet aux mailles très resserrées.

Envoyer par mail un article

Ouest France : la culture du terroir

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies