Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Recyclage

Raffarin, consultant

20/12/2002

Un communicant à Matignon : la nouvelle a alimenté les gazettes. Retour sur la méthode du Premier ministre, largement inspirée de celle du consultant.

Ni Alain Juppé ni Nicolas Sarkozy. À peine réélu le 21 avril dernier, Jacques Chirac a sorti de son chapeau le presque inattendu Jean-Pierre Raffarin. La nomination à Matignon du sénateur et président de la région Poitou-Charentes a fait son petit effet dans le milieu politico-médiatique. Les Français ont découvert cet ancien proche de Valéry Giscard d'Estaing, présenté par la presse comme un professionnel de la communication. De fait, son passage dans les années quatre-vingt à la direction générale du cabinet Bernard Krief Communication a été copieusement évoqué dans les médias. De quoi ravir son ancien bras droit de l'époque, Louis Petiet, aujourd'hui président du groupe, qui s'est offert une couverture médias inespérée... Certes, l'épisode Bernard Krief date déjà d'une quinzaine d'années, mais après huit mois d'exercice du pouvoir, force est de constater que la méthode du Premier ministre ne varie guère de celle de l'ancien consultant.

Ce partisan du« gouverner modeste »,attentif à la« France d'en bas »,développe une approche marketing de sa mission gouvernementale.« J'ai le souvenir d'une personne qui a de bonnes antennes et qui sait surtout écouter avant d'agir »,se remémore Christian Liagre, PDG de Réponse (un holding de participations) et ancien président d'Usine Center, que Jean-Pierre Raffarin a conseillé pendant deux ans. Cette approche s'est ressentie dans le discours de politique générale du Premier ministre, truffé de références à« l'État attentif »et à« la République des proximités ». « Contrairement à ce que l'on dit de lui, Jean-Pierre Raffarin est davantage un homme de marketing que de communication,corrige Louis Petiet.C'est un homme de méthode qui, sur chaque dossier, commence par croiser les attentes des cibles et les moyens dont il dispose. »Déjà, pour ses clients chez Bernard Krief, il avait coutume, selon ses anciens collaborateurs, de ne jamais faire de préconisations maximalistes. C'est ce qu'il appelait« l'autoanalyse de l'organisation ».Déjà cette tendance aux « raffarinades »...

Un recueil de citations

« Raillé par les médias, ce sens de la formule présente l'avantage de prendre le contre-pied de la langue de bois technocratique »,observe Guy Chauvel, PDG de JWT France, qui s'intéresse de près à la communication du Premier ministre. Pierre Janin, associé du cabinet-conseil CNC et ancien collaborateur de Bernard Krief, se souvient, lui, du petit recueil de citations que Jean-Pierre Raffarin avait coutume d'offrir à ses clients, patrons d'entreprise (Chivas, Weight Watchers et Hasbro, notamment) ou hommes politiques (Gilles de Robien, Dominique Bussereau et Pierre-André Périssol).« Il incitait systématiquement les patrons à endosser le rôle de porte-parole de l'entreprise. À l'époque, ils n'étaient pas encore habitués à ce genre d'exercice »,constate l'une de ses anciennes collaboratrices.« Nous recourions souvent au média training,reconnaît Pierre Janin,une technique très prisée par Jean-Pierre Raffarin. »Elle semble l'être tout autant aujourd'hui : le Premier ministre s'est attaché les services d'un prestataire - la société Expression Conseil - capable de cornaquer certains de ses ministres ou secrétaires d'État ayant quelques lacunes en la matière.

Avec l'aide de son conseiller en communication, Dominique Ambiel, ancien PDG du groupe de production audiovisuelle Expand, il est bien sûr le premier à montrer l'exemple, connaissant trop l'importance de la forme pour faire passer le fond.« En fait, le grand pari de Jean-Pierre Raffarin est de parvenir, avec un physique de sénateur de la ive république, à convaincre les Français que le consensus n'est pas nécessairement mou et que l'on peut à la fois être à l'écoute des gens et savoir trancher »,explique Guy Chauvel. Une « promesse », comme on dit dans le marketing, pour le moins audacieuse...

Envoyer par mail un article

Raffarin, consultant

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.