Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

INTERNATIONAL

États-Unis : une longue montée en puissance

07/03/2003

Aux États-Unis, 45 % des ordonnances comportent des médicaments génériques. En 1984, quand le gouvernement américain a fait voter la loi Hatch Waxman, réglementant la procédure d'introduction de ces produits sur le marché, la proportion n'était que de 19 %. Malgré tout, l'industrie du générique ne représente encore que 8,4 % des dépenses en médicaments, selon les statistiques de la Generic Pharmaceutical Association, basée à Washington. Les grands laboratoires « trustent » toujours 91,6 % du marché avec un chiffre d'affaires de 111,73 milliards d'euros, les fabricants de génériques se contentant de 10,25 milliards d'euros.

Un projet de loi pour accélérer l'adoption des génériques

Mais les perspectives d'avenir pour le leader du secteur, la filiale américaine du groupe israélien Teva Pharmaceutical Industries, et ses concurrents (Apotex, Eon, Mylan Laboratories, Barr Laboratories) semblent des plus prometteuses, car les avocats de la formule sont de plus en plus nombreux. Le président des États-Unis en personne, George W. Bush, soutient un projet de loi pour accélérer le processus d'adoption des génériques. Et tenter de ralentir la forte progression du coût de la santé aux États-Unis. Les assureurs désireux de réduire les remboursements, les gouverneurs des États, inquiets devant la montée des factures à payer, et la puissante American Association of Retired Persons (AARP, association des retraités américains), tous plaident en faveur des génériques.

Habituellement, les «génériqueurs» dépensent peu en publicité et laissent à la Generic Pharmaceutical Association (GPA) le soin de plaider leur cause auprès des hommes politiques de Washington... pour tenter d'affaiblir les patentes qui protègent les médicaments classiques. Ces derniers temps, les «génériqueurs» peuvent aussi compter sur le soutien de certains assureurs. Ainsi, le groupe Blue Cross Blue Shield, dans l'État du Michigan, a lancé une campagne de 920 000 euros auprès de ses adhérents pour les inciter à prendre des génériques. Leur slogan : « Génériques : la marque sans publicité ».

Caroline Talbot, à New York

Envoyer par mail un article

États-Unis : une longue montée en puissance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.