Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

ENTRETIEN

Jean-Pierre Cottet : « France 5 a rompu avec son image scolaire »

21/03/2003

Avec sa grille remodelée, France 5 séduit les jeunes. Mieux : sa part d'audience flirte avec les 7 %. Interview de Jean-Pierre Cottet, DG de la chaîne.

Avec 61 % de téléspectateurs qui se disent satisfaits, France 5 a gagné deux points en un an. Comment expliquez-vous cette progression ?

Jean-Pierre Cottet.Ces résultats confirment que l'image de France 5 s'est très nettement améliorée depuis un an et demi. Je pense à cette phrase de Pierre Desgraupes :« L'image d'aujourd'hui, c'est l'audience de demain. »Depuis septembre 2000, toute l'équipe s'applique à rompre avec l'image scolaire de La Cinquième. Il fallait affirmer la personnalité de France 5, faire une télévision intelligente tout en restant dans notre mission de chaîne publique. C'est un pari difficile, qui nous laisse peu de marge de manoeuvre et nous interdit de céder à la facilité.

Comment avez-vous résolu cette équation ?

J.-P.C.Nous avons fait le pari d'une télévision de contenu et moderne. Nous avons fait venir des talents, ce qui a contribué à la professionnalisation des équipes. Nous avons aussi mis la priorité sur les jeunes...

Le pari semble tenu, puisque France 5, en un an, a gagné 9 points de satisfaction sur les moins de 35ans et 14 points sur les 15-24ans...

J.-P.C.C'est ce dont je suis le plus fier. C'est la preuve que l'on peut attirer les jeunes sans sombrer dans le divertissement bas de gamme.

Vous ne ferez jamais de télé-réalité ?

J.-P.C.Si la télé-réalité consiste à filmer l'oisiveté et la vie sexuelle des cloportes, non. En revanche, nous suivons pendant deux ans la vie d'un collège de la banlieue nord de Marseille, et cette réalité-là est passionnante.

France 5 est plébiscitée pour ses documentaires et ses débats, deux secteurs dont elle était quasi absente il y a quatre ans. Quelle est votre recette ?

J.-P.C.Concernant les documentaires, nous avons développé les achats et mis fin à l'émiettement des moyens, en les concentrant sur des productions moins nombreuses mais plus ambitieuses. Le meilleur exemple en estSuperplantes,que nous avons coproduit et que nous diffusons en mars. Nous avons aussi préachetéL'Odyssée de l'espèce,que nous diffuserons cet été. Quant aux débats, nous avons créé un axe Calvi-Moati. AvecC dans l'air,Yves Calvi réunit chaque soir plus d'un million de fidèles. Serge Moati fait de même le dimanche avecRipostes.

L'audience de France 5 atteint un niveau historique, mais reste handicapée par sa fenêtre de diffusion, partagée avec Arte en hertzien...

J.-P.C.Nous avons fini 2002 à plus de 5 % de part d'audience, contre 4 % il y a deux ans. En février, nous étions à 6,7 % : la plus forte audience de la chaîne depuis sa création, en décembre 1994 ! Nos émissions fluctuent entre 5 % et 10-12 %. C'est très encourageant dans un contexte de régression de l'audience des chaînes hertziennes. Je continue de me battre pour une diffusion 24 heures sur 24. Dès la rentrée prochaine, nous renforcerons les programmes diffusés sur le câble et le satellite. C'est un public d'avenir qui peut nous permettre de montrer que France 5 a toute sa place en soirée. Nous préparons des formats originaux, très identifiants, et des opérations exceptionnelles.

Entretien : M.M.

Envoyer par mail un article

Jean-Pierre Cottet : « France 5 a rompu avec son image scolaire »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.