Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tout est com'INTERNET

CLIQUEZ ET PARTEZ EN PAIX

28/03/2003

La généralisation d'Internet profite à l'industrie du voyage : quelques minutes suffisent pour acheter un billet au meilleur prix.

C'est décidé. Le week-end prochain, vous le passez à Lisbonne. Un clic sur le site d'une agence de voyage à prix réduit et vous trouvez votre bonheur : un aller-retour sur vol régulier plus deux nuits d'hôtel pour la modique somme de 300 euros. Banco ! Vous réservez en ligne. L'opération ne vous a pris que deux minutes, montre en main. L'industrie des voyages est l'une des grandes gagnantes du commerce en ligne et s'affirme comme l'un des secteurs les plus promoteurs d'Internet. En 2001, l'e-tourisme était déjà le premier secteur du commerce électronique en France, totalisant un chiffre d'affaires de 775 millions d'euros, soit près de la moitié des ventes en ligne (48,8 %). Mieux, 50 % des internautes français (environ neuf millions) cherchent des informations sur le tourisme et seulement 10 % achètent leur voyage en ligne. C'est dire si le potentiel de ce marché est énorme. Selon le cabinet Forrester Research, les voyages en ligne pèseront, en 2005, près de 4 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur un marché européen de 38 milliards d'euros.

Qu'ils soient issus de grandes entreprises de l'économie traditionnelle comme Accor, Nouvelles Frontières, Air France ou bien la SNCF - le transporteur s'affirme comme le grand gagnant des voyagistes en ligne, avec plus de 16 000 billets vendus par jour et près de 35 % de part de marché - ou des entreprises issues de la Net économie comme Lastminute/Degriftour, Karavel, Promovacances et Opodo, le dernier à s'être implanté en France, les sites de voyagistes sur le Web font un carton. Ils ont connu l'an dernier une croissance allant de 45 à 65 %.

Mais si le prix cassé est la condition sine qua non pour entrer sur Internet, il n'est plus suffisant pour fidéliser les clients.« Internet détient le plus grand catalogue de tourisme existant. Pour s'y retrouver, les internautes veulent pouvoir choisir et bénéficier d'un service irréprochable »,affirme Petra Friedmann, directrice générale d'Opodo. D'autant que le mythe de l'internaute sédentaire a fait long feu. Selon une étude réalisée par Raffourinteractif pour le compte d'Opodo, 89 % des internautes de France envisagent de partir en vacances en 2003, contre 56 % des non-internautes. Et grâce à ce catalogue pléthorique aux prix défiant toute concurrence, 32 % des internautes français partent plus souvent en vacances qu'avant, contre 18 % des non-internautes. Sans compter que les offres de dernière minute, à des tarifs exceptionnels, encouragent à partir sur un coup de tête. Ainsi, 32 % des internautes achètent leurs billets moins de quinze jours avant le départ contre 18 % des non-internautes. Enfin, avec Internet, le candidat au voyage dispose dorénavant de tous les outils, hier réservés aux professionnels, pour dénicher le meilleur billet. Le résultat est de taille : 30 % des internautes réservent en direct leurs vacances, contre 16 % des non-internautes.

Envoyer par mail un article

CLIQUEZ ET PARTEZ EN PAIX

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.