Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

D'Arcy

18/04/2003

Rarement année aura été aussi tumultueuse pour une agence. François Blachère, le président de D'Arcy, se remémore les péripéties de ce millésime 2002 : l'annonce du rachat de Bcom3 par Publicis, vécue comme« une assez bonne nouvelle »,puis l'annonce de la disparition de l'enseigne D'Arcy, en octobre 2002. Plus dur à digérer...« Le groupe allait bien,se souvient-il.J'ai d'abord encaissé le coup, puis je me suis attelé à ce projet intéressant de fusion avec Leo Burnett. Nous le bâtissons lentement, certes, mais le résultat final devrait être à la hauteur. »La fusion devrait se concrétiser prochainement.

Ces bouleversements n'ont pas paralysé D'Arcy. Après avoir perdu des budgets très importants en 2001, notamment Uncle Ben's et Mars, l'agence avait tout misé sur le développement commercial en remettant à plat son organisation. À la création, tout d'abord, le tandem Hervé Bourdon/Lorraine Holl succédait à André Paradis, tandis que Vincent Doyle, ex-Jean&Montmarin, partait à la conquête de nouveaux clients et que Christelle Jouffroy était promue directrice générale adjointe. Résultat, D'Arcy a remporté plusieurs grosses compétitions, comme TotalFinaElf (corporate), Aviva, Brandt et Vedette. Seule défection, celle de Candia.« Sur une année pleine, ces nouveaux budgets effacent les pertes de 2001 »,assure François Blachère.

Envoyer par mail un article

D'Arcy

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.