Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les chaînes cultivent le goût de la fiction

09/10/2003

La fiction reste l'un des genres préférés des téléspectateurs français et ses audiences figurent toujours en tête des palmarès. Aperçu des projets en cours.

La fiction est plébiscitée par les Français.« Les téléspectateurs lui manifestent un engouement croissant , tandis que le cinéma est de plus en plus segmentant», reconnaît Takis Candilis, le directeur de la fiction de TF1. En 2002, 49fictions figuraient dans le top 100 des meilleures audiences de la Une. Doté d'un budget annuel de 140 millions d'euros, le genre dispose sur la chaîne privée de cinq cases hebdomadaires, dont celle du mercredi, lancée à la rentrée.« Et nous n'allons pas nous arrêter là », promet Takis Candilis, qui dévoile la « recette » de TF1 : 80 % de téléfilms à l'unité - dits unitaires -, de héros récurrents ou de fictions de « day time », et 20 % d'événements (commeL'Affaire Dominici, en attendant unD'Artagnan et les trois mousquetaires). Avec sa filiale TAP, dirigée par Charles Villeneuve (Le Droit de savoir), TF1 se lance aussi dans le « docu-drama », mélange de fiction, d'interviews et d'archives. Le premier numéro sera consacré à l'affaire de Bruay-en-Artois.

Manque d'audace ? Laurence Bachmann, la directrice de la fiction de France2, s'en défend elle aussi.« Nous ne refusons aucun sujet, à condition qu'il ne soit pas voyeur », lâche-t-elle. Forte d'un budget annuel de 126 millions d'euros pour trois cases hebdomadaires, l'unité fiction de France2 attaque fortement TF1 sur la fiction de prestige. AprèsJean MoulinetNapoléon, la chaîne publique promet cette saisonLes Thibault, Le Champ Dolent, Robinson Crusoé, Colette, Lagardère, Les Parents terriblesou encoreLe Lion,avec Alain Delon.« En 2005, nous essaierons de mettre à l'antenne des soirées de deux séries de 52 minutes et des comédies feuilletonnantes », annonce Laurence Bachmann. Quant à la fiction de journée, le chantier est« loin d'être clos ». Enfin, France2 réfléchit à un feuilleton diffusé en dehors de la période estivale.« Ce sont autant de prises de risques importantes, et il n'y a que la télévision publique qui puisse se le permettre », conclut la directrice de la fiction.

Sa consoeur de France3, Perrine Fontaine, renchérit :« Il faut sans cesse surprendre, tout en restant proche des préoccupations des téléspectateurs. »Avec trois cases hebdomadaires, dont celle du mardi soir, ouverte à la rentrée 2002, (21,3 % de part d'audience en moyenne), France3 a mis l'accent sur la fiction : un budget de 61,3 millions d'euros (+44 % en trois ans) et 56 films cette année (contre 41 films il y a trois ans). En majorité, ce sont des unitaires de 90 minutes, des héros récurrents et des adaptations de prestige (commeLa Trilogie de BeaumarchaisouLe Voyageur sans bagages). Perrine Fontaine précise que la chaîne« prépare une série en 52 minutes sur les pompiers bénévoles, produite par JLA. Mais le chantier le plus important reste le feuilleton quotidien en 26minutes pour la rentrée 2004 dans la case de 20 heures », qui fait l'objet d'un appel d'offres.

Arte, elle, est un cas à part. En dépit d'un budget modeste, la chaîne a toujours fait montre de résistance grâce à Pierre Chevalier, son directeur de la fiction, remplacé depuis peu par son adjoint, François Sauvagnargues. Entre autres spécificités, la chaîne élabore souvent ses téléfilms comme des films de cinéma, que ce soit dans la réalisation ou l'écriture. Certains ont d'ailleurs été distribués en salles...

Canal+ monte au créneau

Nouveauté cette saison, il faudra compter avec Canal+, qui referme la parenthèse des sitcoms (commeHetEva mag).« Nous allons proposer une fiction différente dans l'écriture, qui sera plus moderne »,explique Fabrice de la Patellière, le directeur de la fiction de la chaîne, dont le souci est d'être« là où on ne l'attend pas forcément ». Forte d'un budget de près de 7 millions d'euros pour 2003, la chaîne cryptée suit deux axes principaux : les unitaires événementiels, d'abord, prévus pour la rentrée 2004, avec des sujets qui puisent dans l'histoire contemporaine (17 octobre 1961, la Gestapo, les enfants Finelli, etc.) ; et, par ailleurs, des séries policières en 52 minutes, destinés au samedi soir en prime time. Quatre projets sont en développement, autour de nouveaux héros, dans le domaine de la police scientifique, la justice, les crimes sexuels et les profileurs.« Nous travaillons aussi sur des séries feuilletonnantes de 6 fois 52 minutes », poursuit Fabrice de la Patellière. Les sujets tourneront autour des services secrets, de l'anticipation et du milieu de la boxe.

Envoyer par mail un article

Les chaînes cultivent le goût de la fiction

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.