Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Strix, le laboratoire d'Endemol

09/10/2003

Depuis le 2 septembre, Endemol France détient l'exclusivité du catalogue de Strix, la boîte à idées suédoise qui a conçu les plus grands programmes de télé-réalité.

Cette année, les Suédois de Strix ont décidé de bouder le Mipcom. Dans une lettre envoyée à ses clients, la société de production télévisée de Stockholm explique qu'elle préfère aller les voir dans leur pays ou les inviter en Suède.« Louer des yachts très chers à Cannes et parler vingt minutes avec chacun dans un stand, cela ne suffit pas »,glisse Anna Carrfors Brakenhielm en vous fixant droit dans les yeux. Cette grande femme blonde peut s'autoriser un brin d'arrogance : l'entreprise qu'elle dirige s'est taillé une sérieuse réputation dans le métier. Pour preuve, l'accord qu'elle a signé le 2 septembre avec Endemol France. La société dirigée par Arthur et Stéphane Courbit a acquis, pour une durée d'un an (et un montant non précisé), l'exclusivité et les droits d'adaptation sur le marché français de tous les formats conçus par Strix. Un portefeuille qui comprend notamment des émissions de télé-réalité déjà vues en France commeOpération séductionetKoh Lanta.

La Suède, marché créatif et d'avant-garde

« Ces Suédois ont une bonne réputation, ce sont eux qui ont développéSurvivor, rebaptiséeKoh Lantachez nous »,faisait remarquer Thierry Lachkar, le directeur des achats d'Endemol France, lors d'un récent passage à Stockholm en compagnie d'Alexia Laroche-Joubert, la directrice des programmes de la société. Pour celle-ci, le royaume scandinave a bien des avantages :« C'est un marché très créatif, et même assez avant-gardiste, avec des chaînes qui prennent des risques dans un cadre juridique plus souple qu'en France. »C'est dans cet environnement qu'a grandi la société de production suédoise. Créée en 1988, Strix s'est peu à peu imposée comme l'une des pièces maîtresses de Modern Times Group, l'une des filiales du petit empire des médias fondé par l'homme d'affaires suédois Jan Stenbeck, qui comprend aussi le quotidien gratuitMetroet plusieurs chaînes de télévision payantes. Destinée à l'origine à produire des émissions pour les chaînes maison, Strix a très tôt senti naître le phénomène de la télé-réalité, au point d'en faire son très rentable fonds de commerce. Dans ses locaux informels situés dans un nouveau quartier de Stockholm, au pied d'un canal, l'équipe conçoit et réalise ses formats avant de les exporter hors des frontières.

Strix est un laboratoire d'idées où quatre personnes tiennent une place centrale. À longueur de journée, elles jouent avec de nouveaux concepts, imaginent des dramaturgies, s'imprègnent de l'air du temps pour le restituer sous forme de programmes. Bien rémunérées, elles travaillent en étroite coopération avec Anna Carrfors Brakenhielm qui, de son côté, dialogue régulièrement avec les chaînes de télévision suédoises. Celles-ci servent le plus souvent à tester les nouveautés en grandeur nature.« Quand nous tenons une très bonne idée,raconte-t-elle,cela nous arrive d'appeler une chaîne le jour même. Si la réaction est bonne, nous commençons tout de suite à travailler à la concrétisation du projet. »Un processus qui, parfois, traîne en longueur.« Il peut se passer de deux mois à deux ans entre le jour où l'idée nous vient et la diffusion de la première émission »,poursuit-elle. Pourtant, rien que cet automne, six nouveautés sont apparues au catalogue. Un mariage dont le partenaire masculin reste à trouver, un grand cuisinier préparant des petits plats en compagnie de célébrités, un programme pour maigrir... Strix ratisse large.

Même si Alexia Laroche-Joubert estime que« la production des formats en Suède est moins aboutie qu'en France »,l'entreprise de Stockholm accorde une certaine importance à la finition des programmes. En partie pour des raisons financières : Strix loue ses services aux chaînes étrangères clientes afin de les assister dans la première phase du tournage. PourSurvivor, elle vend le produit fini clés en main.« Les chaînes n'ont plus qu'à acheminer leurs candidats sur place »,précise Anna Carrfors Brakenhielm qui,« pour rien au monde », ne participerait à de tels programmes... Télé-réaliste.

Envoyer par mail un article

Strix, le laboratoire d'Endemol

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.