Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Hachette se concentre sur la PQR

26/06/1998

Le groupe de presse ne lancera pas de magazine cette année. Ses efforts porteront sur la mise en place de synergies dans la presse quotidienne régionale et sur le développement de Fémina Hebdo.

L'heure est à la pause et à la consolidation chez Hachette Filipacchi Médias.«Nous avons lancé 60 magazines dans le monde entre 1991 et 1997,indique Gérald de Roquemaurel.Il n'y aura pas de lancement cette année.»Pour atteindre son objectif de 1,1milliard de francs de résultat d'exploitation en 1999 (contre 771,6millions en 1997), le Pdg du leader mondial de la presse magazine, qui affiche un chiffre d'affaires de 12,4milliards de francs pour son dernier exercice, a décidé de lever le pied, tout en poursuivant son programme de réduction de coûts de 200millions à l'horizon 1999, dans la foulée de la fusion entre Hachette Filipacchi Presse et Filipacchi Médias réalisée en juin 1997. Au terme de cette fusion, le capital d'Hachette Filipacchi Médias, société cotée à la Bourse de Paris, est détenu par le groupe Lagardère à hauteur de 68%, le solde étant dans le public. Certes, Hachette Filipacchi Médias n'a pas ménagé ses efforts depuis deux ans pour démontrer que son ambition ne se limitait pas à la déclinaison de ses titres phares -Elleau premier chef - sur toute la planète. Le groupe de presse a ainsi lancé deux magazines,Top FamilleetQuo,en octobre 1996, puisFémina Hebdo, un supplément féminin diffusé avec les quotidiens régionaux en février 1997. Ces trois lancements ont représenté un coût de 106MF en 1997. Après des débuts hésitants,Top Famillesemble trouver sa voie. Adapté du magazine américainFamily Fun,ce mensuel coédité avec Disney est crédité d'une diffusion France payée de 150575exemplaires en 1997. Son éditeur, Xavier Goupy, espère atteindre rapidement les 200000exemplaires. Côté publicité,Top Famillea réalisé«une bonne percée»avec 348pages, ajoute Xavier Goupy, qui fait état de«bonnes tendances»pour les premiers mois de 1998. Satisfaction aussi àQuo, dont la diffusion France payée de 178243exemplaires en 1997, est conforme aux objectifs du groupe. Bruno Le Souef, éditeur de ce mensuel au ton et à la mise en page agressifs, vise lui aussi les 200000exemplaires. En revanche, les 80pages de publicité collectées en 1997 sont insuffisantes pour assurer l'équilibre économique du magazine, prévu pour l'année prochaine.

120millions de francs investis dansFémina Hebdo

Mais le gros chantier en cours concerne Fémina Hebdo, lancé en mars 1997 et pour lequel 120millions de francs ont été investis en 1997 et 1998. Philippe Zagdoun, éditeur délégué, vient d'être déchargé deTélé 7Jours(dont il était directeur de la publication) pour se consacrer totalement à la presse quotidienne régionale et à ses deux suppléments,TV HebdoetFémina Hebdo. Diffusé actuellement à 1,5million d'exemplaires(1),Fémina Hebdodoit franchir la barre des deux millions à la fin de l'année pour trouver son équilibre. Cette montée en puissance sera possible dès cet été grâce àNice Matin, puis sans doute avecMidi Libre(dont Hachette Filipacchi Médias détient 8% du capital) etSud Ouest,voire avecLa Voix du Nord,qui devraient à leur tour diffuserFémina Hebdodans les prochains mois. Parallèlement au développement de ce supplément féminin, Hachette Filipacchi Médias se concentre sur la presse quotidienne régionale. L'année 1997 a été marquée par la fusion duMéridionalet duProvençal,donnant naissance àLa Provence,au mois de juin dernier, pour un coût de 62millions de francs. Une opération qui satisfait Gérald de Roquemaurel puisqu'elle ne s'est pas traduite par une perte de lectorat. En outre, d'une exploitation négative de 20millions de francs avant la fusion, le Pdg d'Hachette Filipacchi Médias espère arriver à un bénéfice de 25millions de francs cette année. Toujours au sud de la Loire, le groupe de presse a pris le contrôle deNice Matin(55,5% du capital) en février 1998. Cette acquisition, indispensable à la mise en place de «l'arc méditerranéen» d'Hachette, ouvre la voie à d'importantes synergies et économies - notamment en termes industriels. Elle est le prélude à une contribution significative de l'activité presse quotidienne régionale aux résultats du groupe dès cette année. (1)Fémina Hebdoest actuellement diffusé avecL'Alsace, Le Berry Républicain, Le Courrier Picard, Le Journal du Centre, Le Journal du dimanche, La Montagne, La Provence, Le Télégrammeet l'Yonne Républicaine.

Envoyer par mail un article

Hachette se concentre sur la PQR

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.