Vous êtes ici

Nés pour être connectés

Sur la commode du salon, quatre téléphones portables rangés côte à côte se rechargent pendant la nuit. Celui du père, de la mère et... des deux fils, âgés de 11 et 17 ans. Le plus jeune a eu son Nokia en cadeau pour son passage en sixième. Situation très parisienne ? Non ! Ils sont désormais 62 % de jeunes de 11 à 19ans à posséder un téléphone mobile, selon l'étude ConsoJunior 2004 de TNS Média Intelligence qui paraît ces jours-ci (lire la méthodologie).« Le pourcentage grimpe même à 82 % pour les 15-19 ans et dépasse le taux d'équipement des adultes (autour de 60 %),souligne Christine Bitsch, directrice du pôle médias de l'institut d'études.L'explosion était attendue depuis la dernière enquête en 2000, où déjà plus de la moitié des 11-19 ans possédait un portable. »Si pour les plus jeunes, il est utilisé à l'extérieur du foyer comme objet nomade - sa vocation première - le portable remplace le téléphone fixe pour un tiers des 15-19 ans. Les parents qui financent, le plus souvent, les forfaits de leurs ados ne semblent pas prêts, en plus, à accepter que leur propre facture télécom augmente.

82% des foyers avec ado disposent d'un ordinateur

Mais, on le sait, le portable ne sert pas seulement à téléphoner. Le succès des SMS a surpris tous les opérateurs, mais leur usage est désormais ancré dans la consommation des juniors. Plus d'un jeune sur deux (58 %, contre 46 % en 2002), se sert de son portable pour envoyer ces messages courts en langage phonétique.« Avant tout, ils permettent de communiquer (97 % des réponses), mais leur utilisation pour participer à des jeux-concours et notamment à des votes proposés par les émissions de TV et de radio (9 % des réponses) émerge »,note Nathalie Meyer, responsable de l'étude.

Autre évolution fulgurante en deux ans : Internet. Lors de sa dernière enquête ConsoJunior 2000, TNS avait demandé aux jeunes s'ils étaient déjà allés sur Internet - ils étaient alors 68 % à répondre positivement. Cette fois-ci, la question était plus précise et s'intéressait aux connexions depuis les douze derniers mois. Le pourcentage - 80 % de connectés - est d'autant plus impressionnant que les 11-19ans sont aussi nombreux à utiliser l'ordinateur familial, d'ailleurs présent dans 82 % des foyers avec ado.« La maison est bien le lieu de connexion privilégié,souligne Hélène Hascouet, directrice commerciale du pôle études médias de TNS.L'établissement scolaire arrive juste derrière, notamment le lycée. »

Cette connexion à domicile favorise évidemment une consommation du Web plus fréquente. Selon une étude TGI Europa de janvier 2003, les jeunes Français de 15-24 ans surfent de chez eux plus de 50 minutes par jour (proche de 1,10 heure consacrée à la radio, mais encore loin des 3 heures de télévision) et ne consacrent que 17minutes aux magazines et 8 minutes aux quotidiens ! La bascule s'est, en revanche, déjà produite de l'autre côté de l'Atlantique. L'étude américaine Born to be wired (« Nés pour être connectés ») menée en juin 2003 par Harris Interactive et Teenage Research Unlimited auprès de 2 500 jeunes Américains indique qu'Internet est désormais le premier média des 13-24 ans. Ils surfent 16,7 heures par semaine hors courrier électronique, contre 13,6 heures passées devant le petit écran, 12heures à écouter la radio et 7,7 heures au téléphone.

Les études... et la musique

« Internet est utilisé avant tout pour communiquer,poursuit Christine Bitsch.L'envoi d'e-mails arrive en tête, avec 43 % de citations. »TNS n'a pas posé de question sur la messagerie instantanée, qui est cependant un phénomène à surveiller. Elle permet d'échanger par écrit et en direct sans surcoût quand l'accès est haut débit ou illimité. Et si l'on branche un micro sur l'ordinateur, cela devient un moyen de téléphoner gratuitement... partout dans le monde. Ajoutez-y une webcam et vous obtenez un visiophone.« La messagerie instantanée est en passe de détrôner le SMS,affirme Grégory Salinger, le président de MSN.fr.Près de 48 milliards de messages instantanés ont été échangés sur notre service MSN Messenger en 2003, soit plus de quatre fois le nombre total de SMS transmis par les trois opérateurs nationaux. »Deuxième usage d'Internet cité par les jeunes : la recherche pour l'école ou les cours (37 %). Suivent l'écoute de musique (23 %) et le téléchargement de morceaux (21 %). Sur ce dernier point, il faut sans doute manier les résultats avec précaution car il n'est pas sûr que les jeunes aient eu spontanément envie d'avouer qu'ils pirataient de la musique sur les sites illégaux d'échange peer to peer...

Enfin, la panoplie du « djeune » ne serait pas complète sans la console de jeux vidéo - de poche ou à brancher sur le téléviseur - possédée par 67 % des 11-19 ans, dont 78 % de garçons et 55 % de filles. Plus de doute, les 11-19 ans sont bien la génération connectée. Et même plus précisément la « finger génération », les doigts pianotant sans cesse sur les claviers de l'ordinateur, de la console ou de leur portable pour envoyer des SMS ou se connecter à l'Internet mobile.

Sur la commode du salon, quatre téléphones portables rangés côte à côte se rechargent pendant la nuit. Celui du père, de la mère et... des deux fils, âgés de 11 et 17 ans. Le plus jeune a eu son Nokia en cadeau pour son passage en sixième. Situation très parisienne ? Non ! Ils sont désormais 62 % de jeunes de 11 à 19ans à posséder un téléphone mobile, selon l'étude ConsoJunior 2004 de TNS Média Intelligence qui paraît ces jours-ci (lire la méthodologie).« Le pourcentage grimpe même à 82 % pour les 15-19 ans et dépasse le taux d'équipement des adultes (autour de 60 %),souligne Christine Bitsch, directrice du pôle médias de l'institut d'études.L'explosion était attendue depuis la dernière enquête en 2000, où déjà plus de la moitié des 11-19 ans possédait un portable. »Si pour les plus jeunes, il est utilisé à l'extérieur du foyer comme objet nomade - sa vocation première - le portable remplace le téléphone fixe pour un tiers des 15-19 ans. Les parents qui financent, le plus souvent, les forfaits de leurs ados ne semblent pas prêts, en plus, à accepter que leur propre facture télécom augmente.

82% des foyers avec ado disposent d'un ordinateur

Mais, on le sait, le portable ne sert pas seulement à téléphoner. Le succès des SMS a surpris tous les opérateurs, mais leur usage est désormais ancré dans la consommation des juniors. Plus d'un jeune sur deux (58 %, contre 46 % en 2002), se sert de son portable pour envoyer ces messages courts en langage phonétique.« Avant tout, ils permettent de communiquer (97 % des réponses), mais leur utilisation pour participer à des jeux-concours et notamment à des votes proposés par les émissions de TV et de radio (9 % des réponses) émerge »,note Nathalie Meyer, responsable de l'étude.

Autre évolution fulgurante en deux ans : Internet. Lors de sa dernière enquête ConsoJunior 2000, TNS avait demandé aux jeunes s'ils étaient déjà allés sur Internet - ils étaient alors 68 % à répondre positivement. Cette fois-ci, la question était plus précise et s'intéressait aux connexions depuis les douze derniers mois. Le pourcentage - 80 % de connectés - est d'autant plus impressionnant que les 11-19ans sont aussi nombreux à utiliser l'ordinateur familial, d'ailleurs présent dans 82 % des foyers avec ado.« La maison est bien le lieu de connexion privilégié,souligne Hélène Hascouet, directrice commerciale du pôle études médias de TNS.L'établissement scolaire arrive juste derrière, notamment le lycée. »

Cette connexion à domicile favorise évidemment une consommation du Web plus fréquente. Selon une étude TGI Europa de janvier 2003, les jeunes Français de 15-24 ans surfent de chez eux plus de 50 minutes par jour (proche de 1,10 heure consacrée à la radio, mais encore loin des 3 heures de télévision) et ne consacrent que 17minutes aux magazines et 8 minutes aux quotidiens ! La bascule s'est, en revanche, déjà produite de l'autre côté de l'Atlantique. L'étude américaine Born to be wired (« Nés pour être connectés ») menée en juin 2003 par Harris Interactive et Teenage Research Unlimited auprès de 2 500 jeunes Américains indique qu'Internet est désormais le premier média des 13-24 ans. Ils surfent 16,7 heures par semaine hors courrier électronique, contre 13,6 heures passées devant le petit écran, 12heures à écouter la radio et 7,7 heures au téléphone.

Les études... et la musique

« Internet est utilisé avant tout pour communiquer,poursuit Christine Bitsch.L'envoi d'e-mails arrive en tête, avec 43 % de citations. »TNS n'a pas posé de question sur la messagerie instantanée, qui est cependant un phénomène à surveiller. Elle permet d'échanger par écrit et en direct sans surcoût quand l'accès est haut débit ou illimité. Et si l'on branche un micro sur l'ordinateur, cela devient un moyen de téléphoner gratuitement... partout dans le monde. Ajoutez-y une webcam et vous obtenez un visiophone.« La messagerie instantanée est en passe de détrôner le SMS,affirme Grégory Salinger, le président de MSN.fr.Près de 48 milliards de messages instantanés ont été échangés sur notre service MSN Messenger en 2003, soit plus de quatre fois le nombre total de SMS transmis par les trois opérateurs nationaux. »Deuxième usage d'Internet cité par les jeunes : la recherche pour l'école ou les cours (37 %). Suivent l'écoute de musique (23 %) et le téléchargement de morceaux (21 %). Sur ce dernier point, il faut sans doute manier les résultats avec précaution car il n'est pas sûr que les jeunes aient eu spontanément envie d'avouer qu'ils pirataient de la musique sur les sites illégaux d'échange peer to peer...

Enfin, la panoplie du « djeune » ne serait pas complète sans la console de jeux vidéo - de poche ou à brancher sur le téléviseur - possédée par 67 % des 11-19 ans, dont 78 % de garçons et 55 % de filles. Plus de doute, les 11-19 ans sont bien la génération connectée. Et même plus précisément la « finger génération », les doigts pianotant sans cesse sur les claviers de l'ordinateur, de la console ou de leur portable pour envoyer des SMS ou se connecter à l'Internet mobile.