Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PSA met ses journaux en Rezzo

01/04/2004

Le constructeur automobile, qui édite ses nombreuses publications, a fait appel à Angie pour concevoir une plate-forme éditoriale, baptisée Rezzo, dans un souci de rationalisation, de cohérence et d'économie.

Une centaine de publications par an, soit 1 500 à 2 000 pages produites dans le même temps. Autant de journaux d'entreprise que de sites de production. Tous différents, tant dans leur forme que dans leur fréquence de parution. Cela, c'était avant. Depuis novembre 2002, la presse d'entreprise de PSA Peugeot Citroën a lancé un processus devant aboutir à un changement complet d'organisation. « Notre objectif est celui de l'harmonisation autant sur le plan de la forme que dans le fond et ce, tout en recherchant la qualité, explique Liliane Lacourt, directrice de la communication de PSA. Pour cela, il nous faut renforcer la cohérence éditoriale, professionnaliser la production tout en baissant les coûts de fabrication. »

La réflexion a commencé tout à fait naturellement en interne, par une réunion des rédacteurs en chef locaux des quinze sites industriels du groupe pour créer une charte éditoriale cohérente, capable de satisfaire toutes les parties. « Tous les journaux du groupe étaient rédigés en interne, la création était réalisée par une agence locale, le journal imprimé sur place. L'hétérogénéité était totale », note Nathalie Guérin, rédactrice en chef de Planète Groupe, le journal des cadres et agents de maîtrise de PSA, qui a pris en charge l'animation des groupes de travail. « Le profil des rédacteurs en chef était également très différent selon les sites. Nombres d'entre eux ne sont pas issus du monde de la communication mais de la promotion interne. Il fallait donc un projet qui s'articule autour de leur formation à la presse. »

Un an de travail en amont a été nécessaire pour mettre en place une charte éditoriale commune avec les groupes de travail. Une étude comparative a été réalisée auprès de groupes de presse régionaux, comme Ouest France ou La Voix du Nord. L'occasion pour les rédacteurs des journaux de PSA de se frotter aux techniques journalistiques. L'équipe s'est ensuite attelée à une étude de lectorat. « Entre Planète Groupe, le journal consacré à un site spécifique et les lettres qui s'adressent à une unité particulière, les coeurs de cibles et les niveaux de lecture peuvent être très différents », explique Liliane Lacourt.

Un système amorti en 14 mois

Ce n'est qu'après ce travail de fond qu'un appel d'offres a été lancé. Et c'est l'agence Angie qui a été choisie pour refondre la plate-forme éditoriale de PSA. Son atout ? Avoir proposé, en plus d'un système d'utilisation facile, une assistance disponible en ligne et par téléphone pour aiguiller les rédacteurs en difficulté. Trois personnes ont été recrutées chez Angie pour se charger du secrétariat de rédaction, des corrections et des mises en forme de la maquette. Chaque rédacteur en chef a le choix entre trois formules : 8, 16 ou 24 pages. Il établit lui-même son chemin de fer (le déroulé du journal).

Il a ensuite accès à des modèles de pages qu'il peut enrichir et personnaliser avec des encadrés et des photos issues de la médiathèque qui est mise à sa disposition. Le rédacteur en chef crée directement son magazine sur l'extranet E-Planète grâce au système éditorial Getready. Il peut puiser dans une multitude de gabarits de pages et d'articles préformatés et peut affecter et rédiger une fiche de conseils à ses rédacteurs pour chaque page. Ces derniers utilisent des formulaires en ligne précalibrés. « On peut visualiser au fur et à mesure la mise en pages automatique des articles », explique Stanislas Haquet, manager chez Angie de Rezzo, la plate-forme mise en place pour PSA et qui sera opérationnelle ces jours-ci. « Le travail du maquettiste est moindre, ce qui permet de dégager des gains de productivité. »

Des gains importants puisque, pour l'année 2004, PSA a atteint ses objectifs de 10 % d'économie et vise 20 % de plus au global pour les deux prochaines années. Le système devrait être amorti au bout de quatorze mois. Pour un coût de 800 000 euros annuels, quelque 100 000 salariés de PSA reçoivent un mensuel, bimestriel ou trimestriel selon les sites, avec des tirages moyens de 350 à 22 000 exemplaires. Dans un second temps, PSA envisage de s'attaquer à la refonte des journaux de ses sites à l'étranger, notamment en Espagne, en Angleterre, au Brésil, puis aux journaux des sites techniques et tertiaires.

Envoyer par mail un article

PSA met ses journaux en Rezzo

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.