Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

PRESSE

LE TIMES ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

10/06/2004

Le journal, lancé en 1785 par un imprimeur visionnaire, surfe avec bonheur sur la vague des nouvelles technologies de l'information.

Pas facile de se tenir au courant des derniers gadgets techniques à la mode quand on affiche plus de deux cents ans au compteur. Surtout quand on s'appelle leTimeset que l'on est un quotidien davantage associé aux traditions qu'aux nouvelles technologies. Il n'empêche : cette icône de la presse anglaise a réussi à évoluer avec son lectorat.

Bien que les Britanniques soient de gros lecteurs de quotidiens - plus de dix millions d'entre eux achètent au moins un des dix titres nationaux chaque matin -, la diffusion duTimesa baissé de 4 % depuis l'avènement d'Internet. Clive Milner, directeur du titre, s'est vite fait une raison :« Si nos lecteurs souhaitent lire le journal en ligne, sur leur téléphone mobile ou leur assistant personnel, il faut rendre cela possible. »De fait, leTimesa toujours été à la pointe de l'innovation. Lancé en 1785 par l'imprimeur John Walter pour promouvoir un procédé révolutionnaire d'imprimerie appelé « logography », il fut le premier quotidien imprimé sur presses à vapeur. Le 11 décembre 1849, ce fut aussi le premier journal anglais disponible à Paris le jour de son impression. Plus récemment, en 1986, son bouillant propriétaire, le magnat Rupert Murdoch, fit grand bruit quand il décida de déménager en catimini l'entreprise du célèbre quartier de la presse, Fleet Street, vers les docks de Londres.

Dernière innovation en date : l'introduction, l'an passé, d'une édition compacte du journal au format tabloïd pour les lecteurs londoniens. Une quasi-hérésie outre-Manche, où la presse de qualité a toujours été associée à un grand format. L'idée était de faciliter la lecture dans le métro, une façon de se défendre face aux quotidiens gratuits. À ceux qui préfèrent accéder à l'information via Internet, le journal offre désormais la réplique de sa version papier en ligne. Un autre service, baptisé « FastTimes», regroupe des applications téléphoniques : flashs d'info, cours de la Bourse, résultats sportifs, tirages de la loterie... Enfin, avec un assistant personnel ou un PC de poche, on accède à une édition du Times sur mesure, avec les meilleurs articles, des petites infos ou des pages culturelles.

Paul Hayes, directeur général duTimes,également en charge du marketing, affirme que son journal pourra bientôt se positionner aussi comme fournisseur de contenus.« Il n'y a pas si longtemps,explique-t-il,les compagnies de téléphone débauchaient des journalistes en leur disant qu'elles allaient remplacer leurs patrons. Cela n'a pas marché car elles n'avaient pas les ressources et ne comprenaient rien au marché de la presse. Surtout, elles n'avaient pas les marques. »

LeTimesinnove même dans les techniques de promotion. Le titre fut l'un des premiers à offrir tous les mois un DVD gratuit, « Film First », à ses lecteurs. Il s'agit d'un magazine de cinéma avec bandes-annonces, interviews de réalisateurs, critiques... Le tout relayé par un site Internet - 65 000 abonnés revendiqués - où les lecteurs sont gratifiés de billets pour des avant-premières ou de places à prix réduit. Enfin, leTimesoffre un guide culturel sur CD-Rom gratuit appelé « The Month » (le mois), comprenant des critiques de cinéma, de théâtre, des extraits d'albums ou de jeux vidéo. Si la rubrique « musique » du quotidien évoque, par exemple, le dernier CD de Diana Krall, le journaliste avertit le lecteur qu'il pourra écouter un morceau dans The Month. Vive la convergence...

Envoyer par mail un article

LE TIMES ENTRE TRADITION ET MODERNITÉ

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.