Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien : James Casella.

Les éditeurs devront combiner le print et le Web

08/07/2004

James A. Casella est président de Reed Business Information US (ex-Cahners), filiale de Reed Business Information (propriétaire deStratégies) et numéro un de la presse professionnelle aux États-Unis. Le groupe compte plus de cent publications leaders sur leur marché et presque autant de sites Internet. Outre-Atlantique, Cahners est considéré comme l'inventeur de la presse professionnelle en diffusion qualifiée, c'est-à-dire envoyée gratuitement à une cible prédéterminée, une pratique courante. Le groupe édite aussi de nombreuses publications payantes, dontVariety, la bible des professionnels du cinéma à Hollywood, ouPublishers Weekly, l'équivalent américain deLivres hebdo.

Comment se porte la presse professionnelle aux États-Unis ?

James Casella.Le marché va mieux. Les professionnels sont beaucoup plus optimistes qu'au début de la crise... La tragédie du 11 septembre 2001 a eu une incidence sur toute l'économie et la presse dans son ensemble. La presse professionnelle n'y a évidemment pas échappé. Mais le marché est maintenant très dynamique aux États-Unis. Il y aura toujours de la place pour la nouveauté et l'innovation.

La demande de vos lecteurs et de vos annonceurs a-t-elle changé ?

J.C.Nos lecteurs et nos annonceurs ont tendance à se tourner de plus en plus vers des solutions en ligne. Nous veillons à répondre à cette demande.

Avez-vous relevé des innovations particulières sur le marché américain ?

J.C.La vente de liens sponsorisés payants, sur le modèle de Google, a le vent en poupe aux États-Unis. Le principe consiste pour un annonceur à acheter un mot-clé lié à son univers. Cette formule devrait exploser en Europe dans les deux ans qui viennent.

RBI US a-t-il lancé de nouvelles publications aux États-Unis ? Et si oui, dans quel secteur ?

J.C.Nous avons privilégié le développement autour de nos marques existantes. Nous avons par exemple lancé un Business Intelligence Center pourPurchasing magazine, un titre spécialisé dans le « supply chain management » [gestion du processus de production]... Nous avons également testéVLife, un supplément style de vie qui prolonge notre magazineVariety. Il fonctionne bien et nous espérons faire deVLifeun magazine à part entière en 2005.

L'imprimé a-t-il encore un avenir dans l'information business to business ?

J.C.Absolument, à condition de le combiner à des solutions en ligne. Il représentera toujours une part significative de nos revenus.

Le marché américain de la presse B to B est largement dominé par un modèle gratuit, en diffusion qualifiée. Est-ce que ce modèle évolue ?

J.C.Nous publions aussi bien des titres en diffusion qualifiée que des titres payants. Notre publication numéro un en termes de revenus et de profits aux États-Unis,Variety, est un quotidien payant qui va fêter son centième anniversaire en 2005.

Un titre professionnel payant a-t-il une chance d'exister sur un marché où dominent des gratuits ?

J.C.Bien sûr.Furniture/Todayest le numéro un de son secteur alors qu'il est en concurrence avec des publications gratuites. Mais cet hebdomadaire payant offre suffisamment de valeur ajoutée pour intéresser un large public.

Propos recueillis par François Kermoal

Envoyer par mail un article

Les éditeurs devront combiner le print et le Web

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies