Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les Franciliens privés de télé ?

02/09/2004

Toutes les grandes agglomérations françaises ont ou auront bientôt leur télévision locale. Sauf Paris. Explications.

Y aura-t-il un jour une télévision locale 100 % Paris ? Rien n'est moins sûr.« Encore faut-il s'entendre sur la définition de ce que serait une télévision parisienne,souligne Philippe Lévrier, conseiller en charge des télévisions locales au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA).Doit-elle ou non se limiter au périphérique et existe-t-il vraiment une identité parisienne ? »Si Paris valait vraiment une chaîne,« elle serait née sur le câble, et Paris Première ne serait pas une chaîne thématique nationale mais une vraie city-TV »,poursuit-il. Pourtant, il y a cinq ans, Paris était encore au centre des attentions de nombreux groupes, comme Le Monde, Lagardère, Le Figaro, Amaury et M6, alléchés par un potentiel publicitaire jugé prometteur. Et France 3 avait inscrit une chaîne Île-de-France dans son projet Proximo. Mais les difficultés se sont accumulées.

Au premier rang de ces dernières, le fait qu'une télévision francilienne toucherait un bassin de plus de 11 millions de personnes, soit bien plus que le seuil des 8 millions fixé par la loi de 1986 pour définir une chaîne locale. La récente loi dite « Paquet Télécoms », qui a été votée début juin, a fait passer ce seuil à... 10 millions de personnes. Ainsi, une chaîne lancée sur la région Île-de-France serait donc toujours considérée comme une chaîne nationale, et un opérateur national se lançant sur Paris ne pourrait contrôler à plus de 33 % une chaîne locale. Autre frein, plus politique celui-là : à qui confier le pilotage d'une telle chaîne ? Sujet éminemment délicat...

Les groupes médias ont d'autres « priorités »

On comprend pourquoi le CSA a longtemps gelé l'attribution des fréquences analogiques, à Paris comme ailleurs. Il y a quelques mois, de nouveaux appels d'offres ont été lancés pour les grandes villes. Pas à Paris :« Nous n'avons pas été saisis de demandes pressantes »,relève Philippe Lévrier. Le Monde indique avoir d'autres projets, tout comme le groupe Amaury, pour lequel une chaîne parisienne« n'est pas la priorité des priorités »,selon Benoît Lucciani, directeur délégué d'Aujourd'hui en France.Le groupe a également annulé il y a quelques semaines son projet de supplément parisien. Enfin, chez M6, un porte-parole déclare que« le groupe n'a pas totalement abandonné l'idée »d'une chaîne parisienne, mais que« d'autres développements sont jugés prioritaires, comme les chaînes thématiques ou l'extension des décrochages locaux existants ».D'ailleurs, le groupe M6 ne s'est porté candidat ni à la télévision locale de Marseille ni à celle de Montpellier.

Cependant, la télévision numérique terrestre (TNT) pourrait à nouveau réveiller les appétits sur la capitale. Le canal 35, longtemps brigué, est provisoirement utilisé par des chaînes aussi analogiques que confidentielles (Zaléa TV, OSF, Télé Bocal, VOTV, Téléssonne, etc.). Il sera ensuite attribué au multiplex R1 de la TNT, qui regroupe les six chaînes du service public. Reste le canal 37, réservé aux télévisions locales, mais numériques, selon le choix du CSA.« Nous allons faire l'état des lieux des candidatures sur ce canal, mais il est peu probable que le sujet soit d'actualité avant 2005 »,estime Philippe Lévrier.

Envoyer par mail un article

Les Franciliens privés de télé ?

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.