Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

tendances

Chienne de vie de bureau

16/12/2004

Terrain de jeu ou exutoire de la haine ordinaire... La représentation que fait la publicité du monde de l'entreprise vire à la thérapie de groupe.

J'aime ma boîte. » Ce slogan publicitaire de l'inénarrable Fête de l'entreprise a de quoi laisser songeur à l'aune de ce que la publicité a donné à voir du monde du travail cette année. Devant les combats de biscuits-lasers au bureau (Mikado, BETC Euro RSCG), les atermoiements collectifs face au distributeur de confiseries (Kinder Bueno, FCB) ou la partie de morpion géant sur le parking de la société (Modus, Publicis Conseil), il faut se rendre à l'évidence : la glande au bureau a été plus qu'encouragée.

Bien sûr, le syndromeBonjour Paresseest passé par là. Mais si la « provocation » de Corinne Maier, salariée d'EDF, est devenue le livre de chevet des créatifs, c'est que l'entreprise est désormais sur la sellette.« Face à un consommateur expert qui décrypte les messages et qui décode les promesses, la publicité s'est adaptée,souligne Luc Wise, directeur du planning stratégique de l'agence V.Dans le monde du travail, elle s'est faite complice du désenchantement des salariés en le représentant tel qu'il est réellement, ou tel qu'il est fantasmé ! »

Des salariés au bord de l'hystérie

« L'entreprise est devenue un référent négatif,observe Monique Wahlen, directrice du planning stratégique de Grrrey !.Face à des employés qui s'en amusent, elle est présentée comme un repoussoir : réunions sordides, figures sinistres, univers carcéral... Dès lors, pas étonnant que 70 % des jeunes rêvent de devenir fonctionnaires : quitte à s'emmerder, autant le faire avec le plus de hauteur possible. »Ce que précisément les Français dans leur ensemble semblent avoir du mal à mettre en oeuvre. Deux tiers d'entre eux se disent ainsi incapables de concilier épanouissement personnel et professionnel.

Résultat : les salariés sont au bord de l'hystérie. C'est ce que suggère le film SNCF (TBWA\Paris) dans lequel un chauve cravaté pète un câble devant la machine à café. Ce que montraient aussi, mais dans un genre vengeur, les spots pour la Française des jeux. À cette nuance près qu'il y a deux ans, le salarié narguait seulement son patron (Loto, DDB Paris). Depuis, il a aussi fait enrager ses collègues (TacOTac TV, McCann Paris). Il y a les salariés qui subissent et ceux qui se libèrent.

À tout prendre, les agences ne se plaignent pas de cette radicalisation. Bien au contraire.« Tourner en dérision la vie de bureau, c'est chose plus aisée, avec le BVP, que de parler des femmes ou de politique »,constate Pierre-Dominique Burgaud, rédacteur chez Devarrieuxvillaret, agence qui a signé un film sur le sujet pour l'Apec. Surtout quand on voit passer les charrettes des « plans de sauvegarde de l'emploi » et que l'on s'impatiente devant l'immobilisme du marché. Et puis il paraît que les bureaux, c'est très graphique...

Envoyer par mail un article

Chienne de vie de bureau

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies