Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Les agences font de la résistance

10/03/2005

Malgré les nombreux regroupements et fusions de l'industrie pharmaceutique, la marge brute des agences en communication santé continue de croître, grâce à une internationalisation des budgets et à la vogue du « medical education ».

Pour les agences-conseils en communication santé, moins de clients ne signifie pas moins d'activité pour autant. Les fusions entre laboratoires n'ont pas vraiment affecté les résultats des agences-conseils, dont certaines affichent des taux de croissance à deux chiffres. Les défis qu'elles doivent relever sont d'une autre nature :« Il s'agit surtout de trouver comment sortir du carcan d'un mix marketing dans lequel 85 % du budget sont consacrés à la visite médicale »,explique Éric Romoli, PDG et directeur de création d'Arsenal TBWA. Une visite médicale de plus en plus encadrée, suite à la récente parution d'une charte signée par le Leem, syndicat des entreprises pharmaceutiques, et le Comité économique des produits de santé.

Élargir le champ des compétences

Parallèlement, la réglementation concernant les molécules se durcit. Ce phénomène, amplifié par les récentes affaires comme celle du Vioxx, a des conséquences sur la communication :« Les possibilités d'expression, donc de promotion, sont de plus en plus limitées »,estime Louis Valente, coprésident de DDB Ciel&Terre. Autre problème à résoudre pour les agences santé : faire face à une internationalisation accrue des budgets.« La tendance est clairement à la globalisation. Seul un petit nombre de prestataires est référencé par les groupes pharmaceutiques »,précise Thierry Kermorvant, directeur général de Grey Healthcare.

Mais des possibilités nouvelles viennent compenser ces freins au développement. L'une d'entre elles a pour nom « medical education ». Cette technique importée des États-Unis consiste à créer un environnement de communication propice à un médicament sans le promouvoir directement.« Si un labo sort un nouvel antibiotique plus efficace contre les germes résistants, nous allons communiquer autour de ce thème »,détaille Louis Valente. Notices pédagogiques à l'intention des médecins, communications d'experts lors de symposiums, marketing direct, campagnes télévisées : les moyens employés pour délivrer cette éducation médicale sont variés.« C'est un créneau important. Les médecins n'ont pas le temps de se former. Leur apporter une vraie information fait partie intrinsèque de notre métier »,renchérit Éric Romoli. Cette « éducation médicale » rend aussi possible la diversification de l'activité des agences.« Cela nous permet d'engranger des budgets qui ne concernent pas uniquement la promotion des médicaments, comme les relations publiques »,constate Thierry Kermorvant.

Autre manière de contourner les obstacles réglementaires, le DTP ou « direct to patient » consiste à s'adresser au grand public via les médias.« En France, par exemple, les migraineux sont fatalistes : plus de la moitié d'entre eux ne vont jamais chez le médecin »,rappelle Louis Valente.

Ainsi, malgré des annonceurs moins nombreux et une réglementation plus sévère, les agences-conseils en communication santé sont plutôt optimistes. La preuve ? La plupart d'entre elles comptent recruter en 2005.

En savoir +

>www.leem.org

Envoyer par mail un article

Les agences font de la résistance

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W