Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tendances créatives

Entre réalisme et sophistication

23/06/2005

Très inspirée par la création anglo-saxonne, la photo publicitaire amorce un retour à une image de facture réaliste, voire hyperréaliste, dans la lignée de l'Américain Stephen Shore. Ou encore « monumentale », à l'exemple de l'Allemand Andreas Gursky. Jusqu'à ce nectar d'humanité cueilli par l'Américaine Nan Goldin (campagne Transilien, juin 2002). Le quotidien, l'ordinaire, la banale cohabitation des individus et de leur environnement social ont fini par avoir raison de la consécration artificielle du sujet.

Comme s'il ne s'agissait plus de « survendre » l'image du produit, mais plutôt d'en suggérer les qualités par l'évocation d'un univers auquel le consommateur peut s'identifier et qu'il s'approprie librement. Cette tendance dans laquelle s'inscrit la photo publicitaire fait écho aux nouveaux champs d'expression de la photo d'art, mais aussi à un certain cinéma d'auteur (Lost in translation, par exemple), où la référence au quotidien le dispute à la transcendance de l'inconnu, notamment grâce à un travail poussé de photo et de lumière.

Le retour du signifiant

Lancée le 13 juin en presse, la dernière campagne Transilien, signée Devarrieuxvillaret, s'inscrit pleinement dans cet encouragement à l'identification, en conjuguant simplicité et travail pointu sur la lumière. Deux vagues de visuels, l'une signée Mario Palmieri, l'autre Christophe Bourguedieu, proposent une série de portraits d'automobiles, les unes bâchées, les autres surprises dans leurs « pensées ». Des voitures de banlieusards, non fantasmées, non maquillées, montrées dans la banalité de leur environnement. Pour une fois, on n'oppose pas la voiture au train, mais on joue sur la cohabitation, nécessaire ou souhaitée, des deux modes de transport. Bref, on est tout simplement dans le réel.

Autre tendance dans les options créatives : une extrême sophistication, autorisée par une maîtrise enfin décomplexée des technologies numériques. La retouche, étape centrale de la conception et de l'exécution, permet une réhabilitation « léchée » des images psychédéliques des années soixante-dix et des artifices outrés des années quatre-vingt, où la photo finit par confiner à l'illustration.

Réalisme et sophistication, loin d'être contradictoires, trouvent une justification dans un retour marqué vers le signifiant. La photographie doit exprimer une idée. Elle est chargée de tout dire et doit se suffire à elle-même. Le mot prend davantage fonction de faire-valoir que de complément. L'image renoue à la fois avec la peinture classique et une iconographie de propagande, écho de l'école russe du début du xxe siècle, dont la finalité était d'activer l'instinct avant l'intellect, de persuader plutôt que de convaincre.Mu.Ma.

Envoyer par mail un article

Entre réalisme et sophistication

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.