Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

L'AACC recrute au sein de l'Anaé

22/09/2005

La tension couvait depuis des mois. Le schisme a eu lieu fin juin. Refusant le positionnement de l'Anaé, syndicat historique de la profession, dix agences ont rallié l'AACC.

Le 30 juin dernier, le conseil d'administration de l'Association des agences-conseils en communication (AACC) ­approuvait la création d'une délégation des agences-conseils en communication événementielle. Un communiqué laconique est venu solder des mois de discussions et de tensions au sein de la profession. Au coeur de ces querelles intestines, l'Association nationale des agences-conseils en événement (Anaé), syndicat créé en 1994, qui regroupe aujourd'hui 82agences représentant près de 600 millions d'euros de chiffre d'affaires. En ­décidant il y a trois ans de rapprocher les ­métiers de l'événement et des voyages, l'Anaé amorce les prémices d'une crise qui ne fera que s'envenimer. « L'Anaé s'est fourvoyée. Quelle légitimité reconnaître à une charte censée fédérer un gros acteur en conception et production d'événements, une agence de voyages de banlieue et un tour-opérateur spécialisé sur les châteaux de la Loire ? », lance Cyril Giorgini, président d'Auditoire (TBWA).

Les plus gros prestataires ne se reconnaissent pas dans un syndicat fourre-tout. « Les agences fondatrices de la délégation AACC ont un mode de fonctionnement et une organisation par rapport aux annonceurs qui se rapprochent des agences de communication », affirme Frédéric Torloting, président de Pro Deo (Y&R) et président de la nouvelle délégationAACC. De fait, on retrouve parmi les dix premiers adhérents des acteurs ­importants du marché. Auditoire, Carré bleu marine, Denis&Co, Europimages, Lever de ­rideau, Market Place, Nord Nord Ouest, Phileog, Pro Deo, Strateus : autant d'agences qui revendiquent le statut de structures de conseil.

N'aurait-il pas été préférable de créer au sein de l'Anaé des délégations susceptibles de conforter chacun dans son positionnement, et de tenter un rapprochement avec l'AACC ? « L'Anaé était en discussions depuis un an et demi avec l'AACC. À terme, il se serait agi d'installer l'une dans les ­bureaux de l'autre, comme cela a été le cas pour le Club des directeurs artistiques », explique Frédéric Bedin. Tout en déplorant cette agitation intestine, le dirigeant du Public Système, au demeurant déjà ­adhérent à la délégation marketing services de l'AACC, ne cache pas que la logique le pousse à rejoindre la nouvelle délégation. Chez Publicis Events, Richard Attias ­attend pour sa part un avis de son équipe.

« Cette affaire jette un trouble parce qu'elle pose la question de la représentativité des agences et de leurs porte-parole », affirme Françoise Renaud, directrice du marketing relationnel et des nouvelles technologies à l'Union des annonceurs (UDA). Quelques jours à peine avant le « coming out » des frondeurs, l'UDA décidait de rédiger un guide ­référent pour la profession. Aujourd'hui, Françoise Renaud s'avoue perplexe : « Je ne veux pas engager de chantier avec une structure qui n'est pas représentative des grands acteurs. » Si les deux entités devaient perdurer, la représentante de l'UDA ne veut pourtant pas d'exclusive : « Nous représentons les annonceurs, petits ou grands. Nous discuterons avec les deux représentations syndicales. »

La présidente de l'Anaé en appelle pour sa part à la complémentarité. « Je ne pense pas que l'AACC ait une quelconque légitimité à négocier avec les pouvoirs publics sur la question des ­intermittents. En tant qu'association d'agences de conseil, elle ne sera jamais reçue au ministère de la Culture, remarque Nathalie Morlot (WM Événements). En revanche, l'AACC est mieux placée pour aborder la problématique des honoraires. »

Car l'ambition affichée de la nouvelle délégation est bien de mener les chantiers nécessaires à la promotion des métiers de l'événement. Reste à ses fondateurs, dont la plupart n'étaient plus membres de l'Anaé ­depuis belle lurette, à passer de la pétition de principe aux actes. Si l'AACC ­affirme avoir adopté un corpus de règles professionnelles propres aux agences de la nouvelle délégation, il semble que le cadre procédural et déontologique scellant l'acceptation des membres soit loin d'être ficelé.

Nul ne peut douter que la motivation des frondeurs - qui ont un temps envisagé un ralliement au Syntec - se nourrisse d'ambitions moins avouables : valoriser leur structure et leur carrière en montrant à la présidence de leur groupe et à leurs actionnaires qu'ils jouent dans la même cour que les patrons des autres agences.

www.anae.org

 www.aacc.fr

Envoyer par mail un article

L'AACC recrute au sein de l'Anaé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies