Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ville par ville, ce qui plaît, ce qu'il faut changer

03/11/2005

De Besançon, qui arrive en tête du classement, à Rouen, bonne dernière, tour de France des motifs de satisfaction et de mécontentement.

1e/ Besançon la conviviale (PS)

Sur la première marche du podium, la ­capitale de la Franche-Comté cueille les fruits de sa convivialité et de sa large palette de loisirs. C'est dans ses murs que les jeunes, les retraités, les personnes seules et les familles affichent la plus forte satisfaction sur les actions de la municipalité, considérée comme non partisane dans ses choix. Points noirs : l'économie et la notoriété.

2e/ Limoges la sociale (PS)

La capitale du Limousin détient le record des victoires d'étape : elle arrive en tête sur le social, la rue, l'environnement, la confiance et la famille. Pas de gaspillage, mais des faiblesses sur l'emploi et les activités culturelles.

3e/ Rennes la dynamique (PS)

Avec trois palmes (sur la vie en général, les transports et la convivialité), l'action des élus de la capitale bretonne est saluée par leurs administrés et plus particulièrement par leurs sympathisants. Un ressenti plus mitigé sur la pertinence des actions dans les loisirs et le comportement des élus.

4e/ Nantes, le plaisir de vie (PS)

On se plaît dans la capitale de Loire-Atlantique, première ex æquo avec Rennes sur la vie en général. Nantes remporte le grand prix du transport et des atouts géographiques. L'implication non partisane des élus est bien perçue, mais se battent-ils sur les bons terrains ? L'indice de gaspillage (14) sur cet item est le plus fort.

5e/ Dijon peut mieux faire (PS)

Bon élève qui se repose sur ses lauriers, la capitale bourguignonne obtient son meilleur score sur la vie en général : les familles s'y plaisent. Mais elle est épinglée pour le manque de pertinence de ses actions en matière de loisirs et de transports, avec des indices de gaspillage de 16.

5e/ Poitiers, du potentiel (PS)

La capitale de Poitou-Charentes, avec moins de 100 000 habitants, s'applique dans tous les domaines mais défend ses choix politiques. Points forts : la santé, les études, le tri sélectif, la vie des quartiers. Points faibles : le développement économique et l'image.

7e/ Amiens, des élus impliqués (UDF)

Première ville de droite dans le classement, la capitale (UDF) de Picardie obtient une première place sur le rôle des élus et leur implication dans les actions de la cité. Les personnes seules s'y trouvent bien. Mais en matière d'emploi et de logement, il reste beaucoup à faire.

7e/ Metz la commerciale (DVD)

La capitale lorraine dépasse juste la moyenne, avec de bons scores sur le commerce et la vie en général. Elle est appréciée pour ses atouts (dont les espaces verts et l'architecture), particulièrement par les retraités. Faiblesse sur l'emploi et le transport urbain.

9e/ Strasbourg a la santé (UMP)

La ville est appréciée pour le commerce, les transports et la rue. Pour autant, la capitale ­alsacienne affiche un indice de gaspillage élevé sur ces items, ainsi que sur les loisirs et le développement économique. En fait-elle trop et mal ? Championne sur la santé, elle est épinglée sur le rôle des élus.

9e/ Caen, un parfum de gaspi (UMP)

La capitale de la Basse-Normandie partage avec Rouen (Haute-Normandie) la première place sur le podium du gaspillage, ce qui traduit une mauvaise écoute et une moindre implication de la municipalité. Elle est à la traîne sur le développement économique et le comportement des élus. Son meilleur score est le commerce, et elle se défend sur la rue, la sécurité et le social.

11e/ Châlons-en-Champagne sans complexe (UMP)

La capitale de Champagne-Ardenne est la plus petite ville du classement, avec 37 000 habitants. Elle se défend sur les loisirs, la rue, l'environnement, les transports et les jeunes. Pour tenir son rang, elle gaspille plus que Reims (187 000 habitants), sa voisine, mais fait nettement mieux sur l'implication des élus.

11e/ Orléans la laborieuse (UMP)

Ici pas de gaspillage. La capitale du Centre ­dépasse la moyenne sur le commerce, les marchés qui animent les quartiers et le développement économique. Ses problèmes majeurs viennent de ses élus et de la gestion des transports urbains.

11e/ Reims la décevante (DVD)

Cette sous-préfecture champenoise n'est pas la capitale de sa région, mais son plus grand bassin d'emploi. Son offre de santé est plébiscitée. Elle se défend moyennement sur tout (le commerce, la fiabilité des transports en commun, etc.) mais mal sur les jeunes. Elle partage le troisième moins bon score de France sur l'implication des élus.

11e/ Clermont-Ferrand joue la carte de la famille (PS)

La capitale de l'Auvergne souffre en matière de développement économique, mais est correctement notée sur la famille et l'éducation, le social et notamment les moyens de santé et la sécurité. Les jeunes et les retraités ne se retrouvent pas vraiment dans l'action municipale.

15e/ Lyon la paradoxale (PS)

La capitale de la région Rhône-Alpes se défend sur le commerce, la vie culturelle et les atouts géographiques. Elle est mise à l'index sur l'environnement (pollution, bruit, stationnement), la famille, l'implication des élus et le gaspillage, notamment en matière de rue et de loisirs. La municipalité socialiste satisfait davantage... ses opposants.

15e/ Paris, la tête de l'emploi (PS)

Deux premières places au palmarès pour la capitale de l'Île-de-France : sur le développement économique et le commerce. Paris obtient juste la moyenne chez les jeunes et est montré du doigt par les retraités. Points noirs : logement, stationnement, pollution, famille avec jeunes enfants. La capitale émerveille les nouveaux venus (indice 81) et décourage les habitants de longue date (59).

15e/ Bordeaux forte de son image (UMP)

La capitale aquitaine remporte la palme de l'image (architecture, climat, rayonnement, gestion, équipements), mais ses dépenses en loisirs sont perçues comme du gaspillage. Elle ne dépasse la moyenne que sur les acquis et l'implication des élus. Les partisans de la municipalité sont nettement plus enthousiastes que ses opposants.

15e/ Toulouse la festive (UMP)

La première ville de Midi-Pyrénées se défend sur le commerce, l'image, les acquis, la vie en général et surtout les loisirs.

19e/ Lille la chaleureuse (PS)

Le commerce et la convivialité sont les points forts de la capitale du Nord-Pas-de-Calais, qui en oublie ses retraités. La municipalité n'est pas perçue comme partisane. L'implication des élus reste insuffisante, leurs administrés regrettent la difficulté à les rencontrer.

19e/ Ajaccio se sent en sécurité (PS)

Cela pourra surprendre mais c'est bien la capitale de la Corse qui remporte la palme de la sécurité (score de 81), loin devant toutes les autres villes et à cinq points de la deuxième, Limoges. Ses atouts naturels comblent ses habitants mais le chômage est un gros point noir.

21e/ Montpellier en panne de confiance (PS)

Particulièrement critiquée en matière de famille et de gaspillage sur la plupart des items, la capitale du Languedoc-Roussillon doit revoir sa copie. Hormis le commerce, rien ne semble aller. Les élus sont très mal notés et, du coup, la confiance n'est plus au rendez-vous.

22e/ Marseille sous le soleil et... la moyenne (UMP)

Le climat n'y fait rien, la capitale de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur est sous la moyenne sur tous les thèmes, sauf le commerce. Elle est épinglée sur les élus, la propreté des rues, la famille, l'environnement, la sécurité, mais gaspille peu.

23e/ Rouen a presque tout faux (UDF)

Hormis le commerce et les transports, la ­capitale de la Haute-Normandie a faux sur toute la ligne. Elle grimpe sur la première marche du ­podium pour le gaspillage et la désertion des élus.

Envoyer par mail un article

Ville par ville, ce qui plaît, ce qu'il faut changer

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.