Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Bonjour, c'est pour un sondage

25/09/1998

Jean-Marie Messier? Bonjour, c'est pour un sondage!»La chasse aux cadres est une activité périlleuse pour les instituts de sondage. Surtout quand il s'agit de contacter les très hauts responsables, comme le Pdg de Vivendi. À la Sofres, on a trouvé la parade : c'est le patron, Pierre Weill, qui prend directement le téléphone pour les contacter. Tous les moyens sont bons pour approcher l'une des populations les plus difficiles à sonder. Un emploi du temps surchargé ne leur laisse souvent que peu de répit, et ils se sentent d'autant moins disponibles pour répondre à un enquêteur. Il faut en moyenne six contacts pour un interview, mais dix chez les cadres.«La seule solution est de les harceler, avoue Stéphane Marder, directeur du département opinion et institutionnel chez BVA.Et cela demande du temps.»C'est pourquoi BVA préconise des délais assez longs pour la réalisation d'études sur une cible de cadres.«On peut faire un sondage dans le grand public en trois jours,explique t-il.Pas chez les leaders d'opinion, où il faut au minimum trois semaines de terrain pour obtenir des résultats significatifs.»

De petites attentions

C'est au bureau, sur son lieu de travail, que le cadre est le plus facile à contacter.«Surtout pas chez lui, insiste Katherine Poujol, directrice du département médias de Sofres.Mieux vaut le joindre au bureau, tôt le matin ou le soir tard, voire à l'heure du déjeuner.»Une fois le contact établi, le plus dur est à venir : proposer un rendez-vous téléphonique. Un entretien peut difficilement dépasser une demi-heure.«Selon les sujets, ils ont envie, ou non, de s'exprimer,poursuit Katherine Poujol.Il est par exemple difficile d'avoir des renseignements concernant leurs investissements à venir.»Dans ce cas, une petite motivation aide un peu. Les instituts de sondage proposent ainsi quelques menus cadeaux.«En principe, c'est un échange d'informations, résume Benoît Parraud, chargé d'études pour les cadres actifs chez Ipsos.Nous les encourageons avec une plaquette présentant l'étude, et pour les remercier, nous leur envoyons les principaux résultats de l'enquête de l'année précédante, et leur profil personnel parmi les cadres actifs.»D'autres cadeaux sont aussi d'usage, du CD de jazz aux bons d'achat.«Une simple politesse», estime Benoît Parraud. Et un petit privilège que les instituts de sondage évitent tout de même de proposer aux grands patrons. Bruno Fraioli

Envoyer par mail un article

Bonjour, c'est pour un sondage

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W