Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Diffusion

Les majors américaines débarquent en France

12/01/2006

L'arrivée de chaînes thématiques adossées à de puissants groupes de communication américains irrite les éditeurs français. N'émettant pas depuis l'Hexagone, ces programmes n'ont pas les mêmes contraintes réglementaires.

Sci-Fi, Fox Life, MTV Pulse, MTV Idol, Nickelodeon... Les majors américaines débarquent en force dans le paysage audiovisuel de complément. Fin 2005, elles ont lancé plusieurs chaînes en français, sur les réseaux de distribution numériques, notamment CanalSat. Adossées à de puissants éditeurs de programmes (NBC Universal, NewsCorp. et Viacom), ces chaînes présentent le point commun de ne pas émettre depuis le territoire français.

Elles n'ont donc pas conclu de convention directe avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), mais ont néanmoins signé une convention avec un autre régulateur européen. Ainsi, elles peuvent diffuser en France sous le régime déclaratif, c'est-à-dire sans être soumises aux contraintes de quotas de diffusion ou d'investissements dans la production française et européenne. « Concurrence déloyale », dénonce Jean d'Arthuys. Et le PDG de M6 Thématiques d'ajouter : « Le CSA a déjà été alerté à ce sujet, mais le processus est long pour faire modifier les textes d'une loi. »

L'arrivée des majors américaines soulève un autre problème : celui de l'approvisionnement de programmes pour les concurrentes. Viacom va-t-il réserver ses productions à sa chaîne jeunesse, Nickelodeon ? « Nous bénéficierons d'un accès plein et exclusif à notre catalogue dès 2008 », a assuré Thierry Cammas, président de Nickelodeon en France, lors de la conférence de présentation de la chaîne, le 9 novembre 2005. Ce cas de figure pourrait se reproduire pour d'autres thématiques. Pour autant, les groupes américains ne vont pas nécessairement fermer le robinet de programmes aux chaînes françaises. Selon nos informations, Viacom a d'ailleurs renouvelé pour deux ou trois ans une partie de ses engagements avec Canal J, quelques mois avant le lancement de Nickelodeon. « Cet approvisionnement était important, mais on peut aussi s'en passer, réagit Emmanuelle Guilbart, présidente de Canal J. Nous avons la chance d'avoir une production européenne riche et diversifiée, où nous sommes déjà positionnés. »

Par ailleurs, ces chaînes bénéficie- raient d'accords liés aux contrats de diffusion de catalogues de films. Ainsi, TPS, qui a signé un accord d'exclusivité avec Time Warner pour sa production cinématographique, diffuse Boomerang, la chaîne premium de dessins animés du géant américain. De même, le groupe Canal +, qui, en janvier 2005, a signé un accord exclusif de diffusion avec NBC Universal, vient d'accueillir Sci-Fi, la chaîne science-fiction du groupe américain, sur CanalSat.

Pour Philippe Bailly, directeur associé de NPA Conseil, « l'impact de la fusion TPS-CanalSat devrait permettre de rééquilibrer les négociations avec les chaînes des studios américains. Cela devrait donner plus d'autonomie aux discussions. »

Envoyer par mail un article

Les majors américaines débarquent en France

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.