Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le tourisme d'affaires en plein recentrage

19/01/2006 - par Mu.Ma.

Effet d'une crise soutenue, les entreprises délaissent les destinations lointaines pour se concentrer sur l'Europe et la France.

Conséquence des attentats du 11 septembre 2001, de la crise économique, de la perte de valeurs et de repères dans les entreprises, etc., le marché du tourisme d'affaires traverse depuis quelques années une zone de turbulences qui affecte directement le volet international de cette activité. « Nous avons subi une véritable dégringolade de la demande étrangère », constate Jean-Christophe Vittet, ­directeur commercial hôtels et séminaires de Pierre&Vacances (25sites B to B, 6 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2004).

La réticence des entreprises à réserver des vols collectifs et la pratique de plus en plus courue des listes noires épinglant les compagnies aériennes se sont soldées par un resserrement du périmètre des destinations. Un phénomène accentué par les restrictions budgétaires. Pour les entreprises françaises, les projets les plus éloignés se sont reportés sur l'Europe, et les programmes continentaux reviennent vers l'Hexagone. « L'Europe a bénéficié de la crise, commente Xavier Michalon, directeur commercial de Saga Events. En 2002-2003, les entreprises et les agences se sont toutes ­emballées pour l'Europe du Nord. Puis, pour des ­raisons de coûts, pour le Sud, notamment ­l'Espagne (Bilbao, Valence) et le Portugal, nettement plus économiques. » Aujourd'hui, outre certaines destinations en vogue comme Dubaï, ce sont les pays de l'Est qui suscitent l'engouement. La récente promotion de Barcelone et Vienne en tête du classement mondial des villes pour l'accueil des ­salons et congrès ne fait que traduire la tendance générale.

« Les clients fonctionnent en enveloppe fermée : il faut ventiler le budget dans ce cadre. ­Sachant que l'heure d'avion en soi n'a pas une grande valeur ajoutée et que l'essentiel se concentre sur la destination et la qualité du programme de travail », explique Gilles Étoubleau, directeur général de FC2 Travel. Si les budgets fluctuent dans une fourchette moyenne de 800 à 3 500 euros par personne pour une formule standard de trois jours et deux nuits, les délais imposés aux agences pour les opérations de type conventions ou séminaires ont été réduits à trois mois en moyenne. Les programmes d'incentive ou de récompense bénéficient quant à eux d'un temps de préparation plus important, puisque les destinations sont choisies bien à l'avance. « Ce qui pose d'autres problèmes, notamment en matière de taux de change », remarque Gilles Étoubleau.

Château en Écosse

Malgré cette tendance générale à la restriction, les entreprises réclament des destinations si possible originales et des cadres inédits. Proposer des environnements oubliés des catalogues des agences de voyages et inconnus des agences d'événements et d'incentives, c'est la vocation du site Internet ­hotelexcellence.com, ouvert en France depuis cinq mois. Une île privée dans les Caraïbes, un château en Écosse (où l'on ne peut être accueilli qu'une fois dans sa vie, sauf à faire partie d'un club privé), un ranch de luxe dans le Colorado, un quatre étoiles de moins de dix chambres dans Paris : on ne s'adresse pas ici au tout-venant. Pour accéder à l'offre d'­hotelexcellence.com, il faut verser une obole annuelle de 590 euros. La consultation est ensuite ­illimitée et la réservation de l'une des 4 500adresses référencées se fait directement par courriel ou téléphone. « Nous comptons 140abonnés et visons un potentiel de 200agences de relations publiques et attachés de direction. Les agences de voyages ne représentent même pas 2 % de nos clients », détaille Bernard Fomageau, fondateur du site et ancien patron d'un réseau d'agences de voyages de luxe.

Envoyer par mail un article

Le tourisme d'affaires en plein recentrage

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.