Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Des journalistes en quête de statut

23/03/2006 - par Marie Maudieu

L'absence de statut rend difficile la vie des journalistes de presse d'entreprise. L'Ujjef en a fait l'une de ses priorités.

Cela a assez duré ! » Boris Éloy, nouveau président de l'Ujjef (association interprofessionnelle de la communication d'entreprise), élu en janvier 2006, se donne jusqu'à la fin de l'année pour faire avancer un dossier qui traîne depuis près de cinq ans, celui du statut des journalistes de presse d'entreprise. Depuis 2004 et la parution d'un Livre blanc, rien n'a progressé. Ni du côté des agences ni de celui des pouvoirs publics. La mission est confiée à Xavier Cazard, directeur associé d'Entrecom. L'auteur du Guide de la pige (29e, Entrecom éditions) maîtrise son sujet. « Rien ne devrait différencier les journalistes d'entreprise de leurs confrères de la presse éditeur, estime-t-il. Dans la pratique, ils occupent les mêmes fonctions mais n'ont pas les mêmes droits, encore moins le même statut. »

L'objectif de Xavier Cazard est de « pousser » les cinq propositions du Livre blanc, à commencer par la définition d'un statut clair du journaliste d'entreprise salarié occasionnel, le fameux « Jeso », assorti d'une carte de presse spécifique. Il faut pour cela définir ce qu'est un support de presse d'entreprise, clarifier les fonctions au sein des agences, établir des contrats de travail types et développer des formations. Il n'en existe actuellement qu'une, au sein de l'Institut pratique du journalisme. Reste, enfin, à mettre en place une charte de bonnes pratiques, à l'instar de ce que l'Association des agences-conseils en communication a su faire avec l'Union des annonceurs.

Pas d'existence légale

Aujourd'hui, le plus grand flou règne sur ces questions. La plupart des supports de presse d'entreprise n'ayant pas de numéro de commission paritaire - ­condition sine qua non pour être rattaché au régime général des journalistes -, les journalistes d'entreprise ne bénéficient pas du titre de journaliste et n'en ont aucun des avantages, comme la carte de presse ou l'abattement fiscal. Le titre de journaliste d'entreprise n'a aucune existence légale aux yeux de l'Urssaf, de l'ANPE, des Assedic, etc. De même, il n'existe pas de convention collective spécifique, ni d'instance de représentation à l'exception de l'Ujjef. Faute de définition précise des fonctions, les agences s'en remettent à des activités approchantes plus ou moins calquées sur la presse « éditeur » : rédacteur, rédacteur en chef, graphiste. Une aberration, quand on sait que la plupart des journalistes d'entreprise sont des seniors qui travaillent depuis longtemps dans le secteur et la plupart du temps pour plusieurs supports (lire l'encadré).

Le casse-tête continue quand il s'agit d'établir des contrats de travail ou de... payer. « Tout le monde bricole, constate Boris Éloy. Les modes de rémunération diffèrent selon les agences : honoraires, paiement à la pige, droits d'auteur, etc. Des agences délocalisent même la facturation en Grande-Bretagne ! » Aux yeux des administrations, le journaliste est tantôt publicitaire, tantôt auteur, graphiste ou consultant. Les agences subissent des redressements fiscaux en rafale et hésitent à embaucher. « La solution la plus en vogue est le recours à des sociétés de portage, explique Xavier Cazard. Une société extérieure sert d'intermédiaire légal entre l'agence et le salarié. » Une solution qui semble s'imposer. L'Ujjef songe à créer, avec l'aide d'un prestataire extérieur, une société des rédacteurs qui pourrait assumer ce rôle. « Tout le monde semble d'accord sur le principe. Reste à définir la forme », tempère Xavier Cazard.

www.ujjef.com

Envoyer par mail un article

Des journalistes en quête de statut

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies