Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Écrin total

24/11/2006 - par Yves Mirande

Les architectes et designers n'en finissent plus de magnifier les lieux d'échange et de commerce, dans le but d'attirer les clients en les faisant rêver. Hôtels, restaurants, boutiques ou spas sont devenus de véritables odes à la beauté. Tour d'horizon mondial des chantiers récents.

Le travail de l'architecte ou du designer est un exercice de style ardu. Celui-ci doit retranscrire, avec des nuances subtiles, tout l'univers d'une marque dans un espace en trois dimensions, que ce soit une boutique, un concept-store, un hôtel-restaurant ou, pourquoi pas, un spa. Il doit aussi véhiculer une image d'excellence jusque dans les détails de la réalisation. Mission difficile, donc généralement dévolue à des pointures du métier, comme Lena Pessoa. Cette ­Brésilienne est passée, en 2000, de la création de vêtements à la conception « d'écrins », oeuvrant pour les boutiques des plus grands. Jimmy Choo, Pucci, Givenchy, Kenzo ou Moschino ont fait appel à ses services. « Les finitions et les matières sont essentielles pour moi. Je travaille dans un univers où elles traduisent précisément ce sentiment de luxe, de savoir-faire et de qualité », explique-t-elle. Lena Pessoa vient de terminer la boutique Pucci (une marque détenue à 67 % par LVMH) qui a ouvert à la mi-octobre, avenue Montaigne, à Paris. « Pour créer le concept de ces boutiques, je me suis inspirée de la Grotte bleue, à Capri, lieu cher à Monsieur Pucci », explique-t-elle. L'ambiance générale est d'un blanc laiteux. Les murs sont couverts d'un léger voile tendu, diffusant en douceur une auréole de lumière sur les vêtements et accessoires.

Rena Dumas, de l'agence RDAI, autre professionnelle reconnue, oeuvre notamment pour la quintessence du luxe, en l'occurrence Hermès. Son actualité est brûlante : elle vient de repenser entièrement la boutique Hermès de l'avenue George-V, à Paris. Cette adresse, devenue en quinze ans la préférée des Parisiens et de la clientèle des grands hôtels voisins, se devait d'être sublimée. Elle a été agrandie et totalement réinterprétée. Ouvert à la ­mi-­septembre 2006, cet écrin de 350 m2 expose sur deux étages les différents métiers de la marque (soie, univers du cuir, prêt-à-porter homme, prêt-à-porter femme...) au sein d'espaces clairement délimités. Rena Dumas y a utilisé toute une palette de matériaux : merisier européen, dalles de pierre de Molianos, au Portugal, moquette moelleuse aux couleurs d'Hermès, etc. L'architecte vient également tout juste d'achever la réalisation du colossal immeuble de la marque, à Séoul.

En dehors des boutiques, ces créateurs de talent s'intéressent aussi aux hôtels, devenus incontournables dans le cursus d'un architecte ou d'un designer. Ron Arad, designer iconoclaste dont la manipulation des matériaux et les transformations « à la Duchamp » ont dessiné les axes de travail, a été choisi pour repenser entièrement l'hôtel Duomo, à Rimini, en Italie, afin d'attirer une clientèle plus jeune et plus chic. Le designer a recouvert les façades du bâtiment d'une « peau » de bronze qui se prolonge à l'intérieur de l'hôtel, pour finir sur le profil des banquettes. Dans les chambres, une cloison pourvue d'un hublot et faite en Corian, un nouveau matériau, fait office de tête de lit, séparant ainsi la chambre de la pièce d'eau. À peine ouvert, le lieu est déjà membre du cercle très fermé des Design Hotels (www.designhotels.com) qui recense les plus beaux établissements de la planète.

Les restaurants ne sont pas en reste. Le trublion du design ­Philippe Starck a ouvert le Katsuya à Los Angeles en juin 2006. Au menu, murs ceints de bois naturel, salon orné de miroirs vénitiens et mobilier signé par les grandes références du design : ­Thonet, Prouvé et Zanotta. L'infatigable designer a également conçu le ­restaurant Bon, à Moscou, qui a ouvert ses portes en avril 2006. ­L'ambiance y est radicalement différente de celle qui règne au Katsuya. Au programme, murs en béton brut, scarabées géants, anges démoniaques, chandeliers et coulées de bougies, têtes d'animaux accrochées aux murs. Du coup, le lieu tient surtout du cabinet de curiosités et du repaire de bandits mafieux...

On l'a compris, les créateurs fourmillent d'idées pour nous faire entrer dans un univers féerique et mythique, qui enveloppe et apaise. Com'un écrin vous invite à faire un tour d'horizon planétaire, à la découverte des plus époustouflantes ­réalisations d'architectures « marchandes », pour lesquelles nous avons eu un coup de coeur.

Envoyer par mail un article

Écrin total

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.