Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien Jean-Clément Texier

« Les titres de presse gratuite doivent étoffer leur marque »

22/03/2007

Président de la Compagnie financière de communication et de Ringier France, fililale du groupe de presse suisse, l'expert médias Jean-Clément Texier analyse les voies de diversification des quotidiens gratuits.

Quels sont les principaux axes de développement des quotidiens gratuits ?

Jean-Clément Texier. Ils doivent se doter d'une grosse puissance de frappe afin de prendre une position suffisamment forte sur leur marché et d'engranger des bénéfices. Mais il n'est pas dit que leurs investissements de départ, souvent lourds, puissent être amortis par le seul quotidien dans un environnement de plus en plus concurrentiel. Les gratuits doivent donc étoffer leur marque, soit par le biais d'un site Web, une stratégie privilégiée par 20 Minutes en France, par Ringier en Suisse avec Cash Daily ou par El País en Espagne avec 24 Horas, soit en éditant un magazine. Pour cette dernière diversification, le quotidien doit profiter de sa marque et de son réseau de distribution. Les gratuits, devenus de véritables entreprises médias, ont aujourd'hui beaucoup d'atouts pour faire glisser leurs contenus vers d'autres supports.

Pourquoi les titres réfléchissent-ils au lancement de magazines alors que le marché est déjà encombré ?

J.-C.T. Il faut que les quotidiens gratuits utilisent leur force de ­pénétration et celle de leur marque pour imposer une ­surimpression publicitaire. Pour se différencier de l'offre existante, ils doivent avoir une démarche d'analyse de leur clientèle et de l'intérêt du marché publicitaire.

Selon vous, ces projets sont-ils rentables et n'est-ce pas cette question qui a retardé les lancements de magazines annoncés en 2006 par Metro et 20 Minutes ?

J.-C.T. Est-ce la question de la rentabilité intrinsèque de ces lancements ou celle de la rentabilité de l'entreprise qui est en cause ? En 2006, le souci de Metro était d'arriver à l'équilibre, d'où la réduction de ses investissements. Quant à 20 Minutes, il est toujours en période d'investissement et sa stratégie est davantage axée sur le Web.

Un magazine est-il un moyen d'apparaître encore plus crédible auprès du marché publicitaire ?

J.-C.T. Je ne le pense pas. Les gratuits ont gagné l'estime des annonceurs et des agences ­médias par la qualité intrinsèque de leur produit. À présent, pour développer leurs revenus publicitaires, ils sont face à une alternative. Leur faut-il se lancer dans le créneau magazine pour tenter de capter une partie des annonceurs de ce secteur de presse ? Ou ont-ils plutôt intérêt à continuer à améliorer leur propre mise en page pour atteindre une qualité et un look équivalents à ceux du ­magazine ?

Envoyer par mail un article

« Les titres de presse gratuite doivent étoffer leur marque »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.