Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Entretien Florence Hermelin

De la crise d'adolescence à l'érosion du lien familial

05/04/2007

Où en est-on du conflit des générations ?

Florence Hermelin. L'adolescence a toujours été assimilée à une période de fortes turbulences familiales. D'un passage obligé vécu comme très dé­stabilisant de part et d'autres, les experts (pédopsychiatres, sociologues, éducateurs) s'accordent désormais pour minimiser cette fameuse transition, rejoignant en cela les jeunes, qui ­reconnaissent quasi unanimement bien s'entendre avec leurs parents.

Comment s'explique cet apaisement ?

F.H. Plusieurs raisons se conjuguent pour installer une sorte de moratoire familial. D'abord l'évolution de la structure familiale, d'un modèle patriarcal à une conception de l'autorité plus diffuse, où les parents reconnaissent plus précocement des compétences, notamment numériques, à l'enfant. Et cela dans un contexte de plus grand partage d'expériences et de centres d'intérêt communs. Enfin, l'entité familiale étant vécue comme le dernier rempart à l'angoisse d'un monde qui change, personne ne souhaite véritablement la déstabiliser.

Comment analysez-vous l'impact de la révolution numérique sur les relations familiales ?

F.H. La révolution numérique révèle les prémices d'un nouveau péril plus diffus mais tout aussi troublant : l'érosion manifeste du lien familial. Il est clair que les jeunes se réfugient plus volontiers dans le virtuel pour s'échapper, se divertir ou élargir leur réseau grâce au Web 2.0. Les parents ne mesurent pas encore la portée de cette nouvelle dépendance aux écrans (PC, mobile et console) tandis que les jeunes n'ont pas encore vraiment conscience d'être à ce point immergés. Les écrans les préservent du regard de l'autre et les libèrent de toute ­inhibition. À l'instar de la radio, ils deviennent un confident privilégié, un paravent qui protège de tout débordement émotionnel et leur permet de contrôler leur rapport aux autres.

Quel est le danger ?

F.H. Que nos rebelles d'hier se transforment en une génération silencieuse, certes moins conflictuelle, mais qui se désocialisera doucement pour ne plus s'impliquer vraiment dans la vie sociale de la famille. Pour les plus cyniques, la famille deviendrait une sorte de Bed&Breakfast où les enfants souhaitent ne plus créer d'occasion de discorde pour rester « au chaud » le plus longtemps possible. Tout l'enjeu du marketing familial de demain est de maintenir ou de recréer des occasions de partage, de dialogue, afin d'entretenir un lien fondamental autour d'une valeur, la famille, qui reste très aspirationnelle pour les ­jeunes.

Youthologymagn°5:Petitsarrangementsenfamille,quiddelavraienaturedesrelationsfamilialesauXXIe siècle?NRJLab,mars 2007.

Envoyer par mail un article

De la crise d'adolescence à l'érosion du lien familial

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.