Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

« 2007, année record pour le recrutement »

26/04/2007 - par Entretien : Lionel Lévy

Profils recherchés, rémunérations proposées, métiers les plus porteurs... Pierre Cannet, PDG de Blue Search, un cabinet de recrutement et d'outplacement spécialisé dans l'Internet, fait le point sur le marché de l'emploi de ce secteur.

Les emplois liés à Internet ont le vent en poupe. Quels sont le poids et la santé de ce marché ?

Pierre Cannet. S'il n'existe pas de chiffres officiels permettant de cerner précisément le nombre de salariés ayant un poste lié à Internet, les estimations les plus courantes parlent de 600 000 à 700 000 cadres employés en France dans les métiers du Net. Depuis 2005, ce marché est en plein développement. Alors que les profils Internet n'intéressaient jusqu'alors que les gros sites d'e-commerce et les « pure players », toutes les grandes entreprises en recrutent aujourd'hui. C'est la même chose du côté des agences, où la part de cette activité ne cesse de se développer. Celles qui étaient déjà sur Internet ont continué à embaucher et les autres se sont converties à la stratégie 360°. Elles recrutent soit des cadres spécialisés, soit d'autres capables d'intégrer Internet en articulation avec les autres médias dans leurs recommandations stratégiques.

Pour quels types de poste les entreprises recrutent-elles ?

P.C. Quatre grandes familles de postes sont particulièrement recherchées. D'abord, les métiers du référencement (responsable mots-clés, « traffic manager », « account manager », etc.) et de la connaissance client (consultant e-CRM, « dataminer »...). Ensuite, les métiers du studio et de l'éditorial, tels les Web designer, flasheur, retoucheur, etc. Les métiers du commercial, comme les chefs de publicité en ligne, sont un autre grand segment. Enfin, les métiers techniques réservés aux informaticiens. Au total, entre 1 500 et 2 000 cadres ont été recrutés sur ces fonctions en 2006.

Et pour 2007 ?

P.C. L'année 2007 devrait être meilleure encore. L'augmentation du nombre de recrutements sur chacun de ces quatre segments pourrait être de 20 à 30 %. Tous les records seront donc battus, même si l'apothéose, en termes de nouvelles embauches, devrait intervenir courant 2008.

Peut-on affirmer que les métiers de l'Internet sont pérennes ?

P.C. Le mouvement Internet est irréversible. En termes de qualification, les métiers vont continuer à se transformer. Mais il n'y aura pas d'explosion de bulle, comme en 2000-2001, car les fondamentaux économiques sont en place. Pour les agences de communication en difficulté sur le « hors ligne », Internet est même une bouée de sauvetage. Elles ont compris que leurs sources de croissance se situent à ce niveau, aussi recrutent-elles. Idem pour les agences Web, qui consolident leur position en embauchant. C'est une sorte de course à l'échalote qui aboutira, à un moment ou à un autre, à un nettoyage du marché. Ce nettoyage ne remettra pas en cause les métiers, mais éventuellement les volumes de recrutements, qui pourraient commencer à décroître après 2008.

Quels sont les besoins spécifiques des agences Web ?

P.C. Elles continuent de recruter des informaticiens sur leur coeur de métier, à savoir la fabrication de sites. Il s'agit, par exemple, de postes de chef de projet technique ou de développeur. Elles recrutent aussi dorénavant des cadres capables d'aider leurs clients à développer des stratégies de recrutement et de fidélisation. Pour les stratégies de recrutement, ce sont des spécialistes du « search marketing ». Pour la stratégie de fidélisation, des consultants CRM, des consultants marketing « en ligne », etc. À noter également que les plus grosses agences interactives, comme Business interactif ou Fullsix, tentent d'avoir une activité d'agence médias. Pour actionner l'achat médias, elles recrutent des patrons d'activité et des directeurs de clientèle qui ont une activité marketing dans leur rôle de conseil, et commerciale dans leur capacité à savoir développer un portefeuille.

Les recrutements se font-ils sur des profils expérimentés ou plutôt juniors ?

P.C. Sur les missions techniques, les agences embauchent des jeunes diplômés pour des postes de développement et des candidats ayant 4 à 6 ans d'expérience pour les postes de chef de projet technique. Pour les autres postes, notamment ceux en marketing et en commercial, les agences recherchent en priorité des profils ayant 4 à 7 ans d'expérience. Si avoir une bonne expérience sur la Toile est un atout majeur, les agences Web s'ouvrent à des profils plurimédias (spécialistes du marketing relationnel, du « brand marketing »...). Les recrutements sur ces profils sont de plus en plus nombreux. Mais les jeunes diplômés ont aussi leur chance. Recrutés à bac + 4 et + 5, et issus généralement d'écoles de commerce, ils représentent environ 30 % des embauches.

Quels sont les profils recherchés dans les agences médias ?

P.C. Si, comme on l'a dit, les agences Web développent des activités d'agence médias, ces dernières tentent également de faire de l'interactif, à l'instar d'Isobar chez Carat et de Media Contacts chez MPG. On note un mouvement de convergence de ces différents métiers et un effet de bascule dans les agences médias, avec une majorité des recrutements qui se font dorénavant sur les médias numériques au détriment des médias traditionnels. Les agences médias recrutent surtout sur les métiers de l'achat classique (type bannières) des profils d'acheteurs, de consultants, de directeurs de clientèle, et sur les métiers du « search marketing » des profils capables d'intervenir sur des campagnes de liens sponsorisés, des campagnes de référencement et des stratégies d'affiliation. Elles recrutent aussi bien des experts du Web que des profils transversaux, le plus souvent des jeunes diplômés, pour des postes de chargé de clientèle et des cadres expérimentés pour des postes de directeur conseil et de consultant.

Et dans les agences de communication ?

P.C. Ce sont à peu près les mêmes profils. Sauf qu'en agence, la différence se fait souvent sur la capacité à avoir les meilleurs créatifs, notamment dans les métiers du studio. Retoucheurs, flasheurs, « web designers », « sound designers », « motion designers »... il y a de plus en plus de métiers très spécialisés. Parallèlement, les agences recherchent des directeurs artistiques et de création polyvalents capables d'articuler la démarche Web dans une approche multimédia. Dans le domaine créatif, elles recrutent des profils internationaux, surtout depuis un an et demi. C'est une tendance de fond. Sur l'ensemble des métiers créatifs, les agences devraient recruter entre 300 et 400 collaborateurs en 2007.

Beaucoup parlent de pénurie de talents. Les agences rencontrent-elles des difficultés à recruter ?

P.C. Oui. Notamment parce qu'elles sont en concurrence avec leurs propres clients pour attirer les meilleurs profils. Or les annonceurs proposent des carrières moins stressantes avec, en outre, des niveaux de rémunération supérieurs de 20 à 30 % en moyenne. Les profils les plus difficiles à recruter sont, dans l'ordre, les informaticiens, qui s'orientent plus volontiers vers des sociétés de services, les populations marketing, commerciales et les métiers créatifs. Contrairement à ce qu'affirment beaucoup de recruteurs, les créatifs sont très bien formés. Les écoles tentent d'adapter leur formation au plus près des évolutions de ces métiers. Mais l'hyper­spécialisation de ces fonctions est tellement rapide qu'il peut parfois exister un petit décalage entre les attentes des employeurs et les compétences des jeunes diplômés.

www.blue-search.com

Envoyer par mail un article

« 2007, année record pour le recrutement »

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.