Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

10 groupes de presse à la loupe

10/05/2007 - par D.L.G.

Alors que les perspectives liées à Internet se précisent, les grands groupes de presse réalisent un année 2006 plutôt bonne.

Lagardère: féminins et people sauvent l'année

Chiffre d'affaires stable en 2006 pour Lagardère Active Media (LAM), qui réalise 500 millions d'euros en France pour 2 milliards au total. « Nos diffusions ont montré une tendance à la baisse, compensées par une hausse de la publicité », explique Olivier Chapuis, directeur général délégué et du marketing de LAM. « Nous avons souffert sur les masculins, alors que nous vivons les derniers soubresauts des quinzomadaires en presse TV », fait-il remarquer. Le mensuel Entrevue a ainsi vu sa diffusion baisser de 28,5 % tandis que Télé 7 jours recule de 4,5 %. Les féminins, eux, affichent une belle santé : Elle progresse de 2 % et Isa de 17 %. « Le marché des féminins trentenaires, comme Isa, a doublé en quatre ans, passant de 599 000 à 1,2 million d'acheteurs. Tout comme la presse people, passée à 1,5 million. » L'hebdomadaire Public réalise d'ailleurs une percée de 5,8 % (à 365 896 ex.). Avec l'arrivée de Didier Quillot à sa tête, Lagardère Active Media a pris le virage Internet en lançant de nouveaux sites depuis le début 2007, tels jdd.fr et elle.fr. Les sites de Paris Match et de Télé 7 jours sont en projet, tout comme un portail regroupant la chaîne Filles TV et le magazine Jeune&Jolie. « D'ici la fin de l'année, le Net représentera 2 % de notre chiffre d'affaires, pour un objectif de 10 % dans 3 ans », précise Olivier Chapuis.

Le Figaro : stabilisation

« On y est », estime Francis Morel, directeur général du Groupe Figaro. Selon lui, la nouvelle formule du quotidien, lancée à l'automne 2005, s'est soldée par une « stabilisation de la diffusion », (-0,9 % en diffusion France payée) en 2006. Les revenus publicitaires sont en hausse, tant pour le quotidien (+5 %) que pour les magazines (+12 %). Le groupe reste donc profitable, pour un chiffre d'affaires de 550 millions d'euros, même si le quotidien n'attend pas l'équilibre avant 2008 (c'est à cette date que son imprimerie de Gallargues, inaugurée début mai, fonctionnera à plein régime). Si Le Figaro ne parvient pas à éradiquer la baisse de ses ventes au numéro, il garantit le renouvellement de ses abonnements à plus de 85 %. Quant au Figaro mademoiselle, lancé en supplément trimestriel, il rajeunit la marque et conforte les ventes du samedi. Enfin, le cahier Réussir, issu de la fusion avec le supplément emploi de L'Express, permet de lutter contre la baisse des petites annonces sur le papier. Un marché sur lequel Aden Classifieds, propriété du groupe et récemment introduit en Bourse, est leader, avec 33 millions d'euros de chiffre d'affaires. Enfin, sur la Toile, lefigaro.fr a franchi la barre des 2 millions d'exemplaires.

Prisma Presse : objectif Net

Le grand gagnant du groupe Prisma Presse est le mensuel Management, qui a vu sa diffusion France payée bondir de 25,8 % en 2006 et a multiplié par deux ses ventes en kiosques. Mais, en 2007, l'objectif du PDG de Prisma, Fabrice Boé, est de faire prendre le virage numérique à son groupe, qui réalise pour l'heure 99 % de son chiffre d'affaires (584 millions d'euros) sur papier, avec un résultat net de 45 millions. Fabrice Boé ambitionne de doubler la part de son chiffre d'affaires sur le Net cette année, après avoir enregistré, en 2006, une baisse de 1,8 % de son chiffre d'affaires publicitaires. Femme actuelle et Capital ont déjà fait leur mue sur la Toile, et ce sera bientôt au tour de Gala et de VSD de proposer une nouvelle version de leur site. Pour ce qui est du papier, Prisma s'est distingué lors des derniers prix de la presse magazine en remportant trois récompenses : celles de la presse people pour Voici, de la presse TV pour Télé 2 semaines et de la presse voyage pour National Geographic. Le PDG de Prisma, groupe qui a pris le contrôle en 2006 du magazine Bien dans ma vie et de l'éditeur Motor Press, veut développer son portefeuille de marques, notamment en lançant un féminin haut de gamme.

Éditions Amaury: bon millésime

L'année 2006 restera une grande année pour Le Parisien-Aujourd'hui en France et L'Équipe (malgré le décès de son président, Philippe Amaury). Le groupe de presse affiche un chiffre d'affaires de 450 millions d'euros. Le quotidien généraliste observe un léger recul sur son édition régionale (-0,9 %), mais poursuit sa forte progression sur l'édition nationale (+8,1 %). Il gagne 15 % en chiffre d'affaires publicitaires, ce qui lui permet de retrouver l'équilibre. En 2007, il veut être en position de force pour affronter le futur « Bild à la française » de Springer. Pour 2008, des projets de quotidien à bas prix, de magazine de fin de semaine et de passage au tout-quadri sont sur les rails tandis que le nouveau portail Internet Mieux vivre en Île-de-France fait partie des chantiers d'avant cet été. Du côté de L'Équipe, 2006 a aussi été une grande année grâce au Mondial de football. Le quotidien a progressé de 15 % en publicité. Le site lequipe.fr, lui, atteint les 2,2 millions de visiteurs uniques et représente 10 % du chiffre d'affaires publicitaire du groupe L'Équipe. Quant à L'Équipe magazine, il a lancé une nouvelle formule le 28 mars. Le groupe L'Équipe, qui affiche plus de 270 millions de chiffre d'affaires, poursuit sa diversification sur les cibles jeunes, femmes et à l'international, où des accords de licence sont attendus.

Mondadori France :en attendant Grazia

Mondadori France lancera-t-il Grazia, le féminin qui a conquis les « fashionistas » outre-Manche ? On saura cette année si le groupe adaptera le magazine, publié d'abord en Italie, puis en Grande-Bretagne sous licence avec Emap. Le rachat d'Emap France par Mondadori a entraîné le départ de 15 % des salariés, soit 140 personnes, qui ont profité de la clause de cession. Deux magazines ont cessé de paraître : Max et 20 Ans, victimes d'une érosion régulière et croissante de leur diffusion et de l'effondrement du marché publicitaire. Ces titres appartenaient à deux familles, la presse jeune et la presse masculine, très touchées par la concurrence d'Internet. Mondadori maintient tout de même son titre masculin FHM, relooké en septembre 2006. Quant au bimestriel haut de gamme Mixte, il est devenu mensuel en mars. Enfin, la régie publicitaire a ouvert vendezplus.com, un outil pratique au service de la relation commerciale entre Mondadori France et les dépositaires et diffuseurs.

Ouest France: projets à foison

Le groupe propriétaire du premier quotidien français a réalisé une année 2006 plutôt bonne. Son titre phare a conservé ses positions, avec une diffusion stable (+0,1 %), à 761 065 exemplaires, Le Courrier de l'Ouest aussi. Le Maine libre et Presse Océan, eux, enregistrent un recul, net pour le second (respectivement -1,7 % et -9,9 %). Les recettes publicitaires du groupe s'élèvent à 160 millions d'euros, en progression de 4,2 %. Au global, le groupe Sipa-Ouest France a réalisé un chiffre d'affaires de 349 millions d'euros en 2006 (+1,4 %). En revanche, le résultat courant a baissé de manière significative, passant de 16 à 9 millions d'euros. Ce décrochage s'explique par la hausse des charges extérieures (tarifs postaux, coût de distribution...) et le maintien du prix de vente de Ouest France (0,70 euro). Pour 2007, le groupe fourmille de projets : l'extension, en partenariat avec d'autres titres de presse quotidienne régionale, du réseau Ma ville dans d'autres villes, dont déjà Nice, Antibes et Grasse. Par ailleurs, Sipa-Ouest France réfléchit à une nouvelle mouture du site du quotidien pour la rentrée 2007, avec plus de photos, de vidéos et des reportages TV exclusifs réalisés par la rédaction.

Ebra: un leader qui s'affirme

L'événement de l'année 2006 dans le paysage de la PQR est bel et bien la constitution du groupe Est-Bourgogne-Rhône-Alpes (Ebra) via le partenariat L'Est républicain-Crédit mutuel et le rachat du pôle Rhône-Alpes de la Socpresse. Ainsi, Ebra s'est accru de quatre quotidiens (Le Progrès, Le Dauphiné, Le Bien public et Le Journal de Saône-et-Loire) et de 612 000 exemplaires quotidiens. Avec cette opération, Ebra s'étend de Nancy aux portes du Vaucluse et devient le premier « bloc » de PQR, avec 1,1 million d'exemplaires payés en France chaque jour. Le chiffre d'affaires du groupe dépasserait 500 millions d'euros en 2006. Par ailleurs, Le Crédit mutuel a racheté début 2007 à la famille Puhl-Demange Le Républicain lorrain. Ce rachat porte à neuf le nombre de titres détenus par Ebra (en plus des sus-nommés, L'Est républicain, Les Dernières Nouvelles d'Alsace, La Liberté de l'Est, Le Journal de la Haute-Marne et Le Républicain lorrain). Ce qui va représenter près de 1,3 million d'exemplaires vendus dans vingt-trois départements de l'Est et du Sud-Est et 4 millions de lecteurs, permettant à Ebra de conforter sa place de premier groupe de presse quotidienne régionale en France. Le Crédit mutuel est donc bel et bien dans une stratégie économique : il vient d'ailleurs de nommer un nouveau directeur général - Pierre Wicker - à la tête du Républicain lorrain, comme pour affirmer sa volonté de relance tant éditoriale qu'économique.

Bayard: objectifs tenus

Le chiffre d'affaires 2006 du groupe Bayard ne sera dévoilé que fin mai, lors du prochain conseil de surveillance. Avec des résultats « en légère hausse » par rapport à 2005 (433 millions d'euros), Corinne Worms, directrice de la communication du groupe, annonce que « les objectifs de l'année ont été tenus ». La filiale édition a explosé, de +23 % sur Bayard Jeunesse à +19 % pour les éditions Milan, grâce au succès de livres comme Eragon. Concernant la presse, la direction se réjouit des bons résultats publicitaires de La Croix et du Pèlerin, qui ont lancé leur nouvelle formule en 2006 . En revanche, le lancement du magazine senior Vivre plus, en septembre 2006, est mitigé : avec 80 000exemplaires achetés, le mensuel est très en deçà des objectifs de vente (100 000 exemplaires). Du coup, le groupe a décidé de réduire la voilure en diminuant la pagination du titre.

Sud-Ouest: en demi-teinte

Sur le plan financier, le groupe de presse bordelais a réalisé une année convenable. Avec un chiffre d'affaires de 325,4 millions d'euros, en hausse de 4,6 % par rapport à 2005, Sud-Ouest a réussi à provisionner les trente départs en préretraite prévus par la loi Raffarin. Son résultat net part du groupe est exceptionnel, à 41,7 millions d'euros. Mais il est conjoncturel puisqu'il résulte de deux belles opérations financières : l'introduction en bourse de la société espagnole Vocento (dont Sud-Ouest est actionnaire à 6 %) et le rapprochement avec Spir Communication. Enfin, le chiffre d'affaires publicitaires global progresse de 4 %, grâce notamment aux offres alliant le quotidien Sud-Ouest, le gratuit (toujours déficitaire) Bordeaux7 et la télévision locale TV7. En termes de diffusion, les chiffres sont moins réjouissants : Sud-Ouest recule de 0,9 %, même s'il diminue moins que les autres titres de PQR, La Charente libre s'effrite de 1,8 % et La Dordogne Libre de 1,7 %. Bonne nouvelle en revanche du côté de Pau, où L'Éclair et La République des Pyrénées progressent. Pour 2007, le groupe est ambitieux puisqu'il mise sur une progression de la diffusion de Sud-Ouest de 1,4 % et qu'il investit 450 000 euros sur le Web, avec une nouvelle version du site prévue pour septembre.

Le Monde :une meilleure mine

En 2006, le groupe Le Monde ainsi que son titre homonyme se sont plutôt bien portés. Le chiffre d'affaires global s'élève à 631 millions d'euros, en progression de 2 % par rapport à 2005, le résultat d'exploitation atteignant, lui, 4,2 millions. Les recettes publicitaires s'élèvent à 59,1 millions d'euros pour Le Monde, en hausse de 4,4 %, et à 54,2 millions pour les Journaux du Midi, soit une baisse de 1,5 %. Au total, elles augmentent pour le groupe de plus de 2 %. Pour le quotidien Le Monde - vaisseau amiral du groupe -, sa santé s'améliore. En effet, pour la première fois depuis 2002, le quotidien atteint le quasi-équilibre. Si sa diffusion a encore diminué (2,6 %) en 2006, elle l'a fait moins vite que les trois années précédentes. Pour 2007, Le Monde devrait même gagner en diffusion, s'il reste sur les bases des quatre premiers mois de l'année. Du côté du Monde 2, la diffusion a progressé de 0,5 %, avec l'ajout de nouvelles pages depuis janvier 2007. Concernant Matin plus, le gratuit édité en partenariat avec le groupe Bolloré, les recettes publicitaires sont dans les « clous » du budget fixé lors du lancement. Côté Web, lemonde.fr bat tous les records : le chiffre d'affaires atteint 13 millions d'euros pour un résultat d'exploitation de 3,2 millions. Le groupe veut d'ailleurs accentuer son effort sur le site. Ainsi, de plus en plus de vidéos seront disponibles et la formule abonnés avec journal électronique sera encore mise en avant. Le groupe Le Monde envisage même la création, dès septembre 2007, d'un portail très grand public avec une forte participation des internautes.

Envoyer par mail un article

10 groupes de presse à la loupe

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.