Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Ces journalistes qui nous observent

30/10/1998
Ils sont américains, anglais, belges, suisses, allemands, espagnols, italiens, canadiens, russes ou japonais. Ils travaillent seuls chez eux ou en groupe au sein d'un bureau plus important. Ils scrutent l'actualité française en fonction des centres d'intérêt de leurs journaux respectifs. Les correspondants de la presse internationale à Paris jouent un rôle essentiel, car ils forgent une partie de l'image de la France à l'étranger. Pour mieux les connaître, pour savoir comment ils remplissent leur fonction, quelles sont leurs attentes, quelles difficultés ils rencontrent quotidiennement, comment ils voient la France et comment ils pratiquent leur métier de correspondants,Stratégiesa choisi de dresser une galerie de portraits. Par définition, cette liste est incomplète et subjective. Certains la trouveront très orientée sur la presse économique et financière, avec une forte connotation anglo-saxonne. L'absence de certains poids lourds s'explique aussi par... le départ en vacances de plusieurs chefs de bureau au moment de l'enquête. À Paris, un correspondant étranger est souvent un journal à lui tout seul. Cette succession de portraits révèle une grande diversité de personnages. Quel point commun existe-t-il entre Louis-Bernard Robitaille, correspondant parisien deLa Pressede Montréal depuis vingt-cinq ans, Joachim Dorfs qui, à trente-quatre ans, a été en poste à Washington et Düsseldorf pour le quotidien économique allemandHandelsblatt,ou encore Robert Graham, qui a passé vingt-neuf ans au service duFinancial Timesdans des lieux aussi divers que le Liban, l'Iran, l'Italie, l'Inde, l'Espagne et l'Amérique latine? Pas grand-chose, sinon qu'ils rencontrent souvent les mêmes problèmes. Beaucoup se plaignent notamment de ne pas être assez respectés par les sociétés françaises, qui ne les rappellent jamais.«L'accès à l'information est un enfer»,témoigne Joëlle Meskens, duSoirde Bruxelles. À bon entendeur...

Envoyer par mail un article

Ces journalistes qui nous observent

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.